Accueil > Multimedia > Interviews > Balotelli : « Nice, c'est comme une famille »


Interviews :

Balotelli : « Nice, c'est comme une famille »
Ogcnissa.com, le 03/09/2016 à 00h24

Le nouvel attaquant de l'OGC Nice Mario Balotelli s'est exprimé aujourd'hui en conférence de presse sur son arrivée à Nice et ses attentes sur la saison à venir. Interview.


- Mario, c'est un peu une surprise de te voir débarquer à l'OGC Nice, expliques nous ton choix.

Ça a été une décision sportive. Il y avait d'autres équipes, même certaines avec des titres. Mais ma décision a été sportive, car j'ai vraiment besoin de jouer. Donc, le projet niçois m'a plu. J'ai parlé avec l'entraîneur, je crois en lui, il croit en moi. Donc, pour moi, la proposition niçoise était la meilleure. Après, la ville est belle ici. Mais je me concentre sur le foot, car ce qui m'a manqué, c'est le foot. Pour être heureux, mis à part ma fille, j'ai besoin du foot.


- Tu as eu plusieurs propositions, dont celle de Palerme. As-tu eu à un moment donné envie d'y aller ?

Non, en ce moment, je n'ai pas envie de retourner en Italie. Les italiens savent pourquoi.


- On a vu que tu as passé tes vacances en France, que tu arrives à parler aux supporters en français. Qu'est-ce que tu as envie de dire aux supporters niçois ?

(Réponse en français) "J'espère que cette année va être très bonne !" (rires) "C'est tout !" (rires)


- Qu'est-ce que tu attends de cette saison au niveau personnel ? Que penses-tu d'être considéré un peu comme un pari, et que c'est un risque pour Nice de t'avoir pris.

Je pense que ma carrière footballistique personnelle est très différente de celle qui a été décrite dans la presse depuis que j'ai l'âge de 16 ans. Pour moi, ce n'est pas un risque de m'avoir pris. Ces deux dernières années, j'ai eu des problèmes physiques, avec une opération. Mes saisons ont été perturbés par des blessures (NDLR : Mario a été opéré d'une pubalgie en décembre 2015). Donc pour moi, maintenant, il n'y a pas de risque pour Nice de m'avoir pris.


- Quelle ambiance as-tu trouvé à ton arrivée à Nice, qui est peut-être la ville la plus italienne de France ?

On est très bien ici, surtout l'équipe. C'est un groupe jeune, on s'y sent bien. C'est comme une famille. Et ça s'est vraiment quelque chose d'important, surtout pour moi.


- Tu as eu un énorme accueil de la part des supporters et de la presse. T'attendais tu à faire autant sensation ?

J'en profite pour remercier les supporters pour leur chaleureux accueil, mais oui, bien sûr, je m'en doutais (sourire)


- Buffon a déclaré que c'était un choix d'humilité pour toi de venir à Nice, mais forcément tu vas également repenser à la Squadra Azzura, quel est ton sentiment ?

J'ai beaucoup d'estime pour Gianluigi Buffon. C'est quelqu'un de grand, d'important. Un phénomène comme joueur. S'il a dit quelque chose, c'est qu'il l'a fait pour mon bien, donc je le remercie.
Après, tout le monde sait à quel point je suis attaché à l'équipe Nationale. Je pense que dernièrement, je ne méritais pas d'y être. Donc, pour le moment, c'est difficile de penser à l'équipe Nationale. Je dois penser à Nice, à être performant ici. Si après je suis appelé en équipe Nationale, tant mieux, mais si ça ne vient pas, ça fait deux ans qu'ils jouent sans moi, donc j'ai l'habitude.

- Tu as parlé d'un choix sportif. Que connaissais-tu de Nice, notamment de la saison dernière ?

De l'année dernière, je ne sais pas grand-chose. Je sais qu'ils ont fini 4e et qu'ils ont fait un bon championnat. Cette année, avec cet entraîneur, il y a un bon jeu, ça joue au ballon, et c'est surtout ça qui m'a amené ici. J'aime les équipes où il y a du jeu.


- Tu as joué dans de grands clubs en Italie et en Angleterre. Tu t'attends à quoi du football français ?

Je sais que c'est un football très tactique et physique. Mais, pour être sincère, à part pour l'étude tactique des équipes que nous rencontrerons, je ne pense pas au championnat. Je pense à mon équipe et à faire ce que l'entraîneur attend de moi. C'est sur ça que je suis concentré, le reste n'est pas très important.


- Où en es-tu sur ta préparation physique ? Quand est-ce que tu crois pouvoir jouer ?

Je pense que cette question n'est pas très pertinente (rires). Je ne sais pas quoi vous répondre (rires). Je me suis entrainé... On joue dans une semaine, 10 jours. Donc... (sourire).


- En fait, tu es au top physiquement actuellement ? Où vas tu devoir travailler pour arriver au top ?

Ça va, je travaille. Au top, j'y arriverai que lorsque j'enchaînerai les matchs. J'ai eu une pubalgie l'année dernière. C'est quelques choses qui dure longtemps, mais en y travaillant tu arrives à jouer. Maintenant j'arrive à jouer sans problème.


- Tu as regardé l'équipe d'Italie hier soir ?

Non, je n'ai pas pu regarder le match hier soir, car il y avait le repas avec toute l'équipe de Nice.


- Tu vas être une des nouvelles attractions de la Ligue 1. Penses-tu pouvoir faire oublier Zlatan Ibrahimovic ?

Lui, il jouait à Paris, moi je joue à Nice. Donc...


- Quels sont tes objectifs personnels au niveau de ta carrière ici à Nice ?

Je pense prendre les entraînements les uns après les autres. Les matchs les uns après les autres. C'est ça mon objectif.


- Dans quel état d'esprits es tu en arrivant ici ? Hatem Ben Arfa était un peu dans ton cas la saison dernière et est arrivé ici pour se relancer. Est-ce un peu la même chose pour toi ? Veux-tu montrer au monde que Balotelli ce n'est pas les 2 dernières saisons ?

Je me sens bien psychologiquement et mentalement.


- Tu es impressionné à voir autant de monde dans cette salle de presse ?

Ce sont eux qui viennent vers moi, ce n'est pas moi qui vais vers eux...


- En Europa League, tu espères bien figurer ?

Je pense qu’aucune équipe ne joue une compétition pour la perdre. Moi, je joue pour gagner. Nice joue pour gagner. Donc, si on joue l'Europa League, on fera tout pour la gagner. Après, on verra où on arrivera, mais il est normal de se dire au départ qu'on va tout faire pour la gagner.


- Tous les entraîneurs que tu as eus disent que tu es un garçon bien. Quand tu vois ce qui se dit dans la presse, comment tu réagis.

Je ne lis pas la presse, je l'ai toujours dit.


- On a vu à l'entraînement que tu t'es rapproché de Dante. C'est un joueur qui va faciliter ton intégration ?

Je suis en train de m'intégrer dans un bon groupe, avec des joueurs sympas. Dante fait partie de ces joueurs. Donc je suis en train de m'intégrer grâce à tous les joueurs, pas juste grâce à un seul. C'est le groupe complet. Mais sinon, Dante est un grand champion, et ce qu'il dit est à écouter.


- Tu arrives dans une équipe assez jeune, est ce que tu vas essayer d'être un exemple pour les autres.

A part le fait que moi non plus je ne suis pas très vieux, je suis peut être moins jeune que d'autre donc je sais que j'ai sans doute une responsabilité par rapport à certains.


- A Milan, on t’avait demandé d'avoir une utilisation plus modéré des réseaux sociaux. Est-ce que c'est également le cas ici ?

On ne m'a jamais demandé ce genre de chose, d'être plus modéré sur Instagram ou Twitter... Ça c'est vous qui le dite.


- Sur les réseaux sociaux justement, on a vu comme tu étais supporter de l'Italie lors du dernier Euro. Est-ce que tu as pensé que si tu étais présent, l'équipe Nationale aurait pu être plus forte ?

Lorsque je regardais l'équipe d'Italie, je ne faisais pas que regarder l'Italie, j'étais supporter de l'Italie. J'aurais vraiment voulu qu'ils aillent loin. Ca me faisait sincèrement un peu mal de ne pas y être, j'aurais voulu être sur le terrain. Après je ne saurais pas dire si on aurait été plus fort avec moi, car si Conte avait choisi ces joueurs au lieu de moi, cela voulait dire, qu'à ce moment-là, ces joueurs étaient meilleurs que moi.

- Tu vas porter un maillot rouge et noir, comme par le passé au Milan. Est-ce que tu y vois un signe du destin ?

Pour le Milan, mis à part le Président Galliani, qui est une très belle personne, et je le remercie pour tout, mis à part l'équipe et les supporters, et je les remercie vraiment tous, mais le reste, je ne préfère pas en parler...


- Pour conclure, le dimanche 11 septembre, il y a une rencontre spéciale pour les supporters du Gym avec cette rencontre contre l'OM. Ici on dit que si tu rentres et que tu marques, tu auras pratiquement réussi ton passage ici. Qu'est-ce que tu en pense ?

Comme je l'ai déjà dit, je prend entraînement après entraînement, match après match. Avant ce match, il y a encore 7 jours d'entraînement. Donc lorsqu'on sera arrivé au 7ème entraînement, j'y penserais. Mais c'est une certitude, après ce 7ème entraînement, j'aimerai jouer, j'aimerai marquer. Mais il faudra que je prouve à l'entraîneur que je mérite de jouer. Après, je rêverais de marquer un but sur ce match.






- Retour -






10e journee de Ligue 1
dim. 21/10/2018 à 21h


Nice - Marseille : 0-1

Résumé » Vidéo »



  11e journee de Ligue 1
dim. 28/10/2018 à 17h



Pts J V N D Diff
 12.    Caen 11 10 2 5 3 -3
 13.    Reims 11 10 2 5 3 -5
 14.    Nice 11 10 3 2 5 -7
 15.    Nimes 10 10 2 4 4 -5
 16.    Dijon 10 10 3 1 6 -5



   7e  mar. 25/09 (19h) Nantes - Nice : 1 - 2
   8e  sam. 29/09 (17h15) Nice - PSG : 0 - 3
   9e  ven. 05/10 (20h45) Toulouse - Nice : 1 - 1
   10e  dim. 21/10 (21h) Nice - Marseille : 0 - 1
   11e  dim. 28/10 (17h) Bordeaux - Nice
  mer. 31/10 (18h45) Nice - Auxerre
   12e  sam. 03/11 (20h) Nice - Amiens