100 connectés
Accueil > Multimedia > Interviews > DIAWARA : « Je ne dois pas être trop mauvais »



Interviews :

DIAWARA : « Je ne dois pas être trop mauvais »
Journal du Dimanche, le 20/01/2003 à 21h58

Il arrive en fredonnant un air leger du moment :"C comme corneille ,C comme classe ". Il se sert un café, prend l'accent africain pour chambrer Romain Pitau ,qu'il qualifie de "crevette".
Kaba diawara est décontracte, comme toujours, à l'image de l'équipe niçoise, installée en tête du classement de L1.
Avec dix buts en championnat , l'attaquant des aiglons est la grande sensation de la saison, après un parcours chaotique. Discussion ouverte avec le phénomène qui retrouvera mercredi soir le PSG, le club qui l'a preté à Nice.

- Comment voyez-vous le rendez-vous avec Paris ?

C'est un match de gala. Si je peux marquer ou faire une belle passe, je ne vais pas me gêner. Il faut que j'appelle les joueurs pour obtenir des places supplémentaires. Ma famille va monter de Toulon, tout le monde veut voir ce match. Pour moi, ce n'est pas une revanche, j'ai des bons potes en face : Domi, Touré, Fiorèse ou Déhu... J'ai gardé des contacts avec eux, on s'appelle souvent. C'est des mecs bien : quand j'étais en galère, ils m'appelaient pour me soutenir.

- Comment vivez-vous votre réussite ?

Dans ma carrière, je suis passé par tous les états. Au début, à Bordeaux, j'étais le petit jeune de la bande et ça marchait bien. On m'observait partout où j'allais, je découvrais le milieu. Ensuite, il y a eu quatre saisons mortes. Je passais de club en club, j'étais blessé, on ne me calculait plus... Ça me sert aujourd'hui. Je remercie Nice et Gemot (Rohr, son entraîneur) qui m'ont fait confiance à un moment où personne ne voulait de moi en France.

- C'est-à-dire ?

Avant d'atterrir à Nice, j'ai été proposé à Montpellier, Ajaccio ou encore Le Havre. Ces clubs m'ont pris de haut. On me disait : « Ton genou ne va pas tenir, tu ne pourras pas faire une saison complète. » Ils m'ont fait comprendre que je ne serai pas
au niveau. Je ne veux pas me moquer d'eux aujourd'hui, mais tout se paie dans la vie. Quand je regarde leur situation et celle de Nice, je ne dirais pas que cela me fait plaisir, mais bon...

- Quelles relations entretenez-vous avec Gernot Rohr, qui fut aussi votre formateur à Bordeaux ?

C'est particulier. Il m'a appris le métier, ce que devait être la vie d'un professionnel. Je n'aimais pas trop être dirigé, c'était dur pour moi à l'époque. Je suis arrivé tard là-bas, j'avais déjà 19 ans. J'avais beaucoup de lacunes, il fallait que je me bouge. Il m'est rentré dedans, on s'est accroché plusieurs fois. A présent, en pro, ça n'a plus rien à voir. Il est beaucoup plus souple, je peux vraiment apprécier l'homme. Il me demande mon avis sur l'équipe, on parle des choix tactiques, il me sollicite pour aider les jeunes. Un rôle très neuf pour moi.

- Il dit de vous :" Je veux en faire le meilleur buteur du championnat. "

Je ne joue pas pour ça et je ne vais pas commencer à tirer dans n'importe quelle position. Je préfère assurer un bonne passe décisive et le score de l'équipe. Mais je suis à dix buts et j'en veux plus, c'est naturel. L'objectif individuel, il est personnel. C'est un secret. Mais je n'en suis pas très loin.

- Vous n'avez pas l'impression d'avoir manqué quelque chose, en regardant d'anciens coéquipiers qui évoluent chez les Bleus ?

Je ne suis pas jaloux, je suis fier pour eux. Moi, j'ai eu un parcours différent. Je n'étais pas stable, c'est pour ça que j'en suis là aujourd'hui. Quand je les vois, je me dis : « J'ai joué avec eux, je ne dois pas être trop mauvais ! »

- Comment expliquez-vous cette réussite tardive, à 27 ans ?

Je fais gaffe à ce que je mange et très gaffe à mon corps. Les sorties, les boîtes, les concerts, c'est fini. Je suis obligé de faire attention, j'ai payé pour apprendre. Résultat : je n'ai pas manqué un match. Pourtant, notre style de jeu n'est pas économique. Ma manière de voir le métier a beaucoup changé depuis deux ou trois ans. Et comme on compte beaucoup sur moi ici, il ne faut pas que je me grille. Je veux faire toute la saison et je garde tout mon jus pour le foot.

- Quelles sont vos règles de vie ?

Je crois au travail. Je suis musulman, je fais mes prières, je reste droit avec ma religion. Je fais attention à ce que je fais et ce que je dis, car les musulmans n'ont pas forcément une bonne image en ce moment. Il ne faut pas confondre islam et intégristes. Eux, ils fonctionnent comme une secte. A Toulon, j'ai grandi avec des juifs et des catholiques, je n'ai jamais eu de problèmes. Ma mère n'a pas de grillage sur la tête, mes sœurs ne sont pas enfermées à la maison. Et puis l'islam est parfaitement compatible avec l'hygiène d'un joueur pro. Ne pas boire d'alcool, ça ne peut pas faire de mal à un footballeur.

- Qu 'est-ce qui fait vraiment la force de ce groupe niçois ?

On ne se permet pas d'arriver en retard parce qu'on est premiers, par exemple. Noé (Pamarot) veille avec ses grosses cuisses... Il gère les amendes (1,5€. la minute de retard) et tient bien la caisse. Un autre truc m'impressionne : parfois lors des mises au vert, on est presque vingt à table et tout le monde parle de la même chose. On s'apostrophe tous en même temps, il y a vraiment du bruit. C'est un truc de malades, ici. Je n'ai jamais vu ça ailleurs. Et pourtant, j'en ai fait des clubs !

- Il vous arrive quand même de parler du titre...

Si on continue comme ça, on ne sera pas loin des premiers. Je ne veux pas en parler trop tôt, la fin de saison sera très dure. Arrivons, vite fait, à 42 points pour assurer le maintien (les Niçois en comptent 38). Quand on y sera, le coach a prévu une petite fête avec du Champagne, moi je serai au Coca et au Champomy. Puis on se réunira sérieusement pour parler de la suite. On verra ce qu'on a dans le ventre pour aller chercher quelque chose. Moi, je n'arrête pas d'en parler depuis un moment, on doit faire un truc cette année !

- Que ferez-vous en fin de saison ?

Il me reste un an de contrat. On en parlera en juin avec le PSG. Je n'ai jamais eu de contrat long dans un club qui me ferait confiance. Pour une fois, j'espère que je prendrai la bonne décision. Je ne veux plus me tromper.






- Retour -







17e journee de Ligue 1
sam. 07/12/2019 à 20h


Nice - Metz : 4-1

Résumé » Photos » Vidéo »



  18e journee de Ligue 1
sam. 14/12/2019 à 20h



Pts J V N D Diff
 11.    Monaco 24 16 7 3 6 +1
 12.    Angers 24 17 7 3 7 -3
 13.    Nice 23 17 7 2 8 -2
 14.    Brest 21 17 5 6 6 +1
 15.    Strasbourg 21 17 6 3 8 -3



   14e  sam. 23/11 (17h30) Lyon - Nice : 2 - 1
   15e  sam. 30/11 (20h) Nice - Angers : 3 - 1
   16e  mer. 04/12 (19h) St-Etienne - Nice : 4 - 1
   17e  sam. 07/12 (20h) Nice - Metz : 4 - 1
   18e  sam. 14/12 (20h) Brest - Nice
   19e  sam. 21/12 (20h) Nice - Toulouse
   20e  sam. 11/01 (20h) Angers - Nice



Coupe de France :  Fréjus St Raphaël - Nic...
Actualité :  Le berger n'est plus
Ligue 1 :  Nice - Metz : 4 - 1