Mais que deviennent "nos" joueurs?
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 71, 72, 73, 74  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du site de l'OGC Nice : Ogcnissa.com > Football


« Voir le sujet précédent | Voir le sujet suivant »  
Auteur Message
Axel loup nissart
Angeloun Tenebrous
Angeloun Tenebrous



Age: 49
Inscrit le: 28 Mai 2008
Messages: 6574
Localisation: sous les Baous

MessagePosté le: 05 Oct 2019 19:10    Sujet du message: Répondre en citant

Russkaya7Cila a écrit:
...
Courage à lui.

Edit: la blessure semble être beaucoup plus grave que prévue. Fin de saison très probable.

Même très grave et il est de 86...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
CONVERT
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 60
Inscrit le: 04 Mar 2011
Messages: 6876
Localisation: AMBERIEU-EN-BUGEY

MessagePosté le: 05 Oct 2019 19:14    Sujet du message: Répondre en citant

Aux dernières nouvelles Hugo ne souffrirait "que" d'une luxation du coude et n'aurais pas de fracture...Bon c'est plutot rassurant mais son club n'a toujours pas communiqué la durée de son indisponibilité ...bon c'est moins grave que prévu quand meme
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Russkaya7Cila
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 29
Inscrit le: 24 Juil 2009
Messages: 11052
Localisation: Nice, Saint-Petersbourg

MessagePosté le: 05 Oct 2019 19:47    Sujet du message: Répondre en citant

Une luxation de l'épaule, s'il y a atteinte ligamentaire, c'est extrêmement grave. Il peut ne jamais retrouver l'usage complet de son coude. Pour un gardien, c'est dramatique.

Et comme le dit Axel, il a 33 ans...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SIOU D AQUI
Lucifer
Lucifer



Age: 57
Inscrit le: 20 Aoû 2002
Messages: 71701
Localisation: Joan dei Pins

MessagePosté le: 05 Oct 2019 19:53    Sujet du message: Répondre en citant

Je suis d'accord. Mais bien soigné (et ça se soigne bien), il reviendra. Deux fois plus fort.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
CONVERT
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 60
Inscrit le: 04 Mar 2011
Messages: 6876
Localisation: AMBERIEU-EN-BUGEY

MessagePosté le: 05 Oct 2019 19:53    Sujet du message: Répondre en citant

Russkaya7Cila a écrit:
Une luxation de l'épaule, s'il y a atteinte ligamentaire, c'est extrêmement grave. Il peut ne jamais retrouver l'usage complet de son coude. Pour un gardien, c'est dramatique.

Et comme le dit Axel, il a 33 ans...
C'est pas l'épaule RUSS c'est le coude...bon c'est vrai que si les ligaments sont touchés c'est pas mieux
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SIOU D AQUI
Lucifer
Lucifer



Age: 57
Inscrit le: 20 Aoû 2002
Messages: 71701
Localisation: Joan dei Pins

MessagePosté le: 05 Oct 2019 19:55    Sujet du message: Répondre en citant

Le clavier a fourché
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Russkaya7Cila
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 29
Inscrit le: 24 Juil 2009
Messages: 11052
Localisation: Nice, Saint-Petersbourg

MessagePosté le: 05 Oct 2019 19:58    Sujet du message: Répondre en citant

Exact, merci les gars , je voulais évidemment parler du coude.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
CONVERT
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 60
Inscrit le: 04 Mar 2011
Messages: 6876
Localisation: AMBERIEU-EN-BUGEY

MessagePosté le: 05 Oct 2019 20:50    Sujet du message: Répondre en citant

Russkaya7Cila a écrit:
Exact, merci les gars , je voulais évidemment parler du coude.
Pas grave c'est le meme bras
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SIOU D AQUI
Lucifer
Lucifer



Age: 57
Inscrit le: 20 Aoû 2002
Messages: 71701
Localisation: Joan dei Pins

MessagePosté le: 05 Oct 2019 20:51    Sujet du message: Répondre en citant

CONVERT a écrit:
Russkaya7Cila a écrit:
Exact, merci les gars , je voulais évidemment parler du coude.
Pas grave c'est le meme bras


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Lympia
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 45
Inscrit le: 26 Aoû 2016
Messages: 8407
Localisation: Calan de Vilafranca

MessagePosté le: 05 Oct 2019 21:16    Sujet du message: Répondre en citant

Merde
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lympia
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 45
Inscrit le: 26 Aoû 2016
Messages: 8407
Localisation: Calan de Vilafranca

MessagePosté le: 09 Oct 2019 11:06    Sujet du message: Répondre en citant

Pléa vient d'être appelé en EdF, en remplacement de M'BAPPE
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jdc
Aiglon Imperial
Aiglon Imperial



Age: 66
Inscrit le: 13 Déc 2013
Messages: 1741
Localisation: lunac

MessagePosté le: 09 Oct 2019 11:37    Sujet du message: Répondre en citant

- Les MOUETTES , planquez-vous !!!


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
jpgl60
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 59
Inscrit le: 03 Nov 2012
Messages: 4085
Localisation: 04

MessagePosté le: 09 Oct 2019 13:31    Sujet du message: Répondre en citant

Pas de problème pour les mouettes, le stade est fermé par un toit, c'est d'ailleurs pour ça que PLEA a été convoqué.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
pitchoun nissart
Feu Follet
Feu Follet

Avertissements : 4Avertissements : 4Avertissements : 4Avertissements : 4

Age: 58
Inscrit le: 10 Fév 2012
Messages: 5001
Localisation: NICE

MessagePosté le: 10 Oct 2019 10:07    Sujet du message: Répondre en citant

Mouettador est de retour
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Lympia
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 45
Inscrit le: 26 Aoû 2016
Messages: 8407
Localisation: Calan de Vilafranca

MessagePosté le: 11 Oct 2019 13:17    Sujet du message: Répondre en citant

Lu sur RMC:

"La rencontre entre l’Islande et l’équipe de France vendredi en éliminatoires de l’Euro 2020 réveille les souvenirs de l’édition 2016, quand le parcours des Vikings était commenté par un Gudmundur Benediktsson en feu dans la tribune de presse. Le foot, c’est toute la vie de ce passionné, dont la famille est liée au football islandais. Découvrez l'histoire de phénomène dans un document diffusé jeudi soir dans l'émission Footissime, sur RMC Sport1.

Le 22 juin 2016, l’équipe nationale d’Islande entrait dans l’histoire en battant, dans le temps additionnel, l’Autriche (2-1) dans son troisième et dernier match de poule de l’Euro 2016. Pour leur première participation à la phase finale d’une grande compétition, les Islandais réussissaient à passer le premier tour, et cela faisait très, très plaisir à Gudmundur Benediktsson.

Les commentaires enflammés et les cris hystériques de l’Islandais avaient fait le tour du monde et largement participé au buzz autour des Vikings, qui avaient ensuite sortis l’Angleterre en huitièmes de finale (2-1) avant de tomber en quarts face aux Bleus (5-2). Deux ans plus tard, on retrouvait encore "Gummi Ben", toujours aussi fou lors du Mondial 2018 pour commenter les matches de la sélection nationale.

L'ex-espoir douché par les blessures

Avant de devenir ce commentateur très expressif qui plait tant aux internautes, "Gummi Ben" a été joueur. Et même un excellent joueur. Pour certains observateurs, à 15 ans, il était même bien parti pour devenir le meilleur joueur d'Islande. Mais une blessure alors qu'il joue en Belgique et quatre opérations à l'âge de 20 ans ont eu raison de ses espoirs d'une carrière professionnelle.

L’attaquant international, suivi dès l’adolescence par plusieurs gros clubs européens, a dû tirer un trait sur ses rêves pour se contenter d’une carrière plus modeste dans son pays de 350.000 habitants, principalement au KR Reykjavik, avec lequel il a été trois fois champion d’Islande. Le football, on a ça dans le sang dans cette famille.

Un aïeul prestigieux, un fiston bourré de talent

A RMC Sport pour l'émission Footissime (sur RMC Sport1), Gudmundur Benediktsson est fier de montrer une statue d’Albert Gudmundsson (1923-1994) placée devant le siège de la Fédération islandaise de football. "C'est un grand, très grand nom du football islandais. C'est le premier footballeur professionnel du pays. Il a joué avec Arsenal, avec Milan, et bien sûr, il a joué en France (à Nancy, au Racing et à Nice, ndlr)", explique "Gummi Ben", qui est marié à Kristbjorg Ingadottir, ancienne footballeuse internationale et petite-fille d’Albert Gudmundsson.

Aujourd’hui, la tradition familiale se perpétue. Comme son arrière-grand-père Albert Gudmundsson, comme son père Gudmundur Benediktsson et comme sa mère Kristbjorg Ingadottir, Albert Gudmundsson Jr, 22 ans, joue avec la sélection nationale. Formé à Heerenveen et au PSV Eindhoven et joueur désormais de l’AZ Alkmaar, l’ailier était déjà dans le groupe islandais lors du Mondial 2018. Mais il ne pourra jouer face à la France vendredi en raison d’une blessure à une cheville.

La fièvre du foot ne quitte plus l'Islande

Devenu entraîneur une fois les crampons raccrochés, Gudmundur Benediktsson s’est tourné très vite vers le commentaire de match. Il était encore joueur du KR Reykjavik quand l’occasion s’est présentée pour la première fois. "Lors d’une saison, j’ai souvent été blessé, et le club avait une station de radio. Une semaine, alors que j’allais manquer un match, ils sont venus me demander ‘Tu ne voudrais pas commenter le match de demain ?’. Et j’ai répondu ‘Oui, pourquoi pas, je peux essayer’. Je crois que ça s’est bien passé", se rappelle-t-il.

De toute évidence, oui. L’expérience a visiblement été une réussite, vu la trajectoire et la popularité de "Gummi Ben", l’un des symboles de ce pays singulier et passionné de foot qu’est l’Islande, autrefois modeste adversaire et désormais client à prendre très au sérieux
".
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Livernice
Aiglon
Aiglon



Age: 56
Inscrit le: 03 Aoû 2015
Messages: 814
Localisation: Vendée

MessagePosté le: 23 Oct 2019 06:26    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne vais pas créer un topic pour ça, mais j'apprends que Guillou et Katalinski, fûrent nominés au ballon d'Or en leur temps

https://www.nicematin.com/football/savez-vous-combien-de-joueurs-de-logc-nice-ont-un-jour-ete-candidats-au-ballon-dor-424698
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lympia
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 45
Inscrit le: 26 Aoû 2016
Messages: 8407
Localisation: Calan de Vilafranca

MessagePosté le: 23 Oct 2019 07:35    Sujet du message: Répondre en citant

Livernice a écrit:
Je ne vais pas créer un topic pour ça, mais j'apprends que Guillou et Katalinski, fûrent nominés au ballon d'Or en leur temps

https://www.nicematin.com/football/savez-vous-combien-de-joueurs-de-logc-nice-ont-un-jour-ete-candidats-au-ballon-dor-424698


Oui, j'ai vu, et Langers aussi
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jpgl60
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 59
Inscrit le: 03 Nov 2012
Messages: 4085
Localisation: 04

MessagePosté le: 23 Oct 2019 12:54    Sujet du message: Répondre en citant

Jean Marc GUILLOU, sans doute le joueur le plus élégant du championnat et très doué techniquement. La classe.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NISSAKAR
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 62
Inscrit le: 30 Nov 2008
Messages: 13662
Localisation: Nissa

MessagePosté le: 23 Oct 2019 12:58    Sujet du message: Répondre en citant

Hier soir Belhanda n'a pas apprécié qu'une partie des supporters de Galatassaray le sifflent lors de sa sortie et il les a insultés.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
foreth
Petit Aiglon
Petit Aiglon



Age: 51
Inscrit le: 21 Oct 2013
Messages: 280
Localisation: Saint Maximin (oui oui)

MessagePosté le: 23 Oct 2019 19:50    Sujet du message: Répondre en citant

Lympia a écrit:
Lu sur RMC:

"La rencontre entre l’Islande et l’équipe de France vendredi en éliminatoires de l’Euro 2020 réveille les souvenirs de l’édition 2016, quand le parcours des Vikings était commenté par un Gudmundur Benediktsson en feu dans la tribune de presse. Le foot, c’est toute la vie de ce passionné, dont la famille est liée au football islandais. Découvrez l'histoire de phénomène dans un document diffusé jeudi soir dans l'émission Footissime, sur RMC Sport1.

Le 22 juin 2016, l’équipe nationale d’Islande entrait dans l’histoire en battant, dans le temps additionnel, l’Autriche (2-1) dans son troisième et dernier match de poule de l’Euro 2016. Pour leur première participation à la phase finale d’une grande compétition, les Islandais réussissaient à passer le premier tour, et cela faisait très, très plaisir à Gudmundur Benediktsson.

Les commentaires enflammés et les cris hystériques de l’Islandais avaient fait le tour du monde et largement participé au buzz autour des Vikings, qui avaient ensuite sortis l’Angleterre en huitièmes de finale (2-1) avant de tomber en quarts face aux Bleus (5-2). Deux ans plus tard, on retrouvait encore "Gummi Ben", toujours aussi fou lors du Mondial 2018 pour commenter les matches de la sélection nationale.

L'ex-espoir douché par les blessures

Avant de devenir ce commentateur très expressif qui plait tant aux internautes, "Gummi Ben" a été joueur. Et même un excellent joueur. Pour certains observateurs, à 15 ans, il était même bien parti pour devenir le meilleur joueur d'Islande. Mais une blessure alors qu'il joue en Belgique et quatre opérations à l'âge de 20 ans ont eu raison de ses espoirs d'une carrière professionnelle.

L’attaquant international, suivi dès l’adolescence par plusieurs gros clubs européens, a dû tirer un trait sur ses rêves pour se contenter d’une carrière plus modeste dans son pays de 350.000 habitants, principalement au KR Reykjavik, avec lequel il a été trois fois champion d’Islande. Le football, on a ça dans le sang dans cette famille.

Un aïeul prestigieux, un fiston bourré de talent

A RMC Sport pour l'émission Footissime (sur RMC Sport1), Gudmundur Benediktsson est fier de montrer une statue d’Albert Gudmundsson (1923-1994) placée devant le siège de la Fédération islandaise de football. "C'est un grand, très grand nom du football islandais. C'est le premier footballeur professionnel du pays. Il a joué avec Arsenal, avec Milan, et bien sûr, il a joué en France (à Nancy, au Racing et à Nice, ndlr)", explique "Gummi Ben", qui est marié à Kristbjorg Ingadottir, ancienne footballeuse internationale et petite-fille d’Albert Gudmundsson.

Aujourd’hui, la tradition familiale se perpétue. Comme son arrière-grand-père Albert Gudmundsson, comme son père Gudmundur Benediktsson et comme sa mère Kristbjorg Ingadottir, Albert Gudmundsson Jr, 22 ans, joue avec la sélection nationale. Formé à Heerenveen et au PSV Eindhoven et joueur désormais de l’AZ Alkmaar, l’ailier était déjà dans le groupe islandais lors du Mondial 2018. Mais il ne pourra jouer face à la France vendredi en raison d’une blessure à une cheville.

La fièvre du foot ne quitte plus l'Islande

Devenu entraîneur une fois les crampons raccrochés, Gudmundur Benediktsson s’est tourné très vite vers le commentaire de match. Il était encore joueur du KR Reykjavik quand l’occasion s’est présentée pour la première fois. "Lors d’une saison, j’ai souvent été blessé, et le club avait une station de radio. Une semaine, alors que j’allais manquer un match, ils sont venus me demander ‘Tu ne voudrais pas commenter le match de demain ?’. Et j’ai répondu ‘Oui, pourquoi pas, je peux essayer’. Je crois que ça s’est bien passé", se rappelle-t-il.

De toute évidence, oui. L’expérience a visiblement été une réussite, vu la trajectoire et la popularité de "Gummi Ben", l’un des symboles de ce pays singulier et passionné de foot qu’est l’Islande, autrefois modeste adversaire et désormais client à prendre très au sérieux
".



merci pour cet article...J'étais bien au courant de cette histoire. Je suis bien Albert Gudmundsson qui a du mal à franchir un palier depuis son arrivée à l'AZ Alkmaar...
_________________
Supporter du Gym, de l'Islande (oui oui) et du club varois de Bras, fan de rock indé.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Rosso21
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 60
Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 6276
Localisation: Les Mines

MessagePosté le: 01 Nov 2019 13:59    Sujet du message: Répondre en citant

Mouez Hassen qui était sans club, vient de signer au cercle de Bruges, il remplace Badiashile, prêté par Monaco qui vient d'être viré. Bonne chance à lui.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Lympia
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 45
Inscrit le: 26 Aoû 2016
Messages: 8407
Localisation: Calan de Vilafranca

MessagePosté le: 05 Nov 2019 22:00    Sujet du message: Répondre en citant

Onze Mondial

EXCLU - Emerse Faé (1/2) : "Ça ne valait pas la peine de risquer ma vie pour le foot"

C'est un destin qu'il n'avait pas vraiment imaginé. Reconverti avec succès et patience en tant qu'entraîneur des équipes jeunes de l'OGC Nice, l'ancien milieu de terrain des Aiglons Emerse Faé a vu sa carrière prendre prématurément fin en 2012 pour cause de phlébites à répétition. Un moment douloureux que l'ex-international ivoirien a accepté d'évoquer pour Onze Mondial. De sa formation au FC Nantes à la Coupe du Monde 2006 en passant par sa maladie rare dans le monde du foot, Emerse Faé aborde sans détour et avec humilité les instants forts de sa vie professionnelle et personnelle. Découvrez la première partie de l'interview consacrée au prometteur entraîneur des U19 Nationaux de Nice.

Emerse, comment en es-tu venu au foot étant jeune ?

Le foot, c’est le sport populaire par excellence. Quand tu viens d’un quartier, c’est le sport que tout le monde pratique, auquel tout le monde joue. Dans mon quartier, c’est ce que je mangeais matin, midi et soir. Dès que je sortais de l’école, je jetais mon cartable et avant même de penser à faire mes devoirs, je filais tout de suite au gymnase pour faire un foot avec mes copains. Donc au fur et à mesure, tu es dans le jeu, tu joues, tu joues … Au début pour le plaisir, avec tes potes. Puis tu te rends compte que tu as des capacités, que tu peux aller plus loin, plus haut. Donc tu essayes de tout mettre en œuvre pour y arriver.

Devenir footballeur, ça a toujours été un objectif ?

Non, non … Franchement non ! Je jouais vraiment pour le plaisir. Le foot, c’était ma passion. J’étais un peu (il cherche ses mots) … Pas naïf, mais je ne connaissais pas du tout le milieu du foot. Je jouais, je voyais du foot à la télévision. À l’époque, il y avait Paris qui était au top niveau. Je suivais tout ça. Mais à aucun moment en fait je pouvais m’imaginer que j’allais en faire mon métier. C’est vraiment quand je suis arrivé au centre de formation du FC Nantes en U17, que j’ai pu goûter aux équipes de France, que j’ai commencé à me rendre compte que le foot, je pouvais en faire mon métier et que je me suis fixé cet objectif.

Tu avais une idole, un exemple ?

Jeune, j’aimais bien Edgar Davids. J’avais des problèmes de vue et lui, c’était le seul qui jouait avec des lunettes. J’étais milieu de terrain comme lui, j’étais également très agressif donc c’est vrai que c’était un peu un joueur que je suivais et que j’adorais.

EXCLU - EMERSE FAÉ (2/2) : "CE SERAIT UN RÊVE D'ENTRAÎNER L'OGC NICE"

Comment as-tu intégré le centre de formation des Canaris ?

Par hasard en fait. C’était un mercredi, je me souviens encore. Comme j’ai dit tout à l’heure, on avait l’habitude de se retrouver sur les terrains pour faire un foot avec mes potes, surtout le mercredi. Moi, j’habitais au 10e étage de mon immeuble et je voyais tout le quartier. Et ce mercredi-là, je me mets à la fenêtre et je ne vois personne sur le terrain … Je me dis « merdre, il y a un problème. » Pas de téléphone portable à l’époque, pas de moyen de communiquer avec les potes … Je fais les cent pas, je fais les cent pas, je fais les cent pas, … Toutes les deux ou trois minutes je retourne à la fenêtre, et je ne vois toujours personne. Je me dis que c’est bizarre, je me demande ce qu’il se passe. Et à un moment donné, je regarde vers l’arrêt de bus et je vois tous mes potes avec un sac à dos. Je ne me pose pas 36.000 questions, je prends mon sac, je fonce à l’arrêt de bus même si je ne savais pas où ils allaient. Je me dis que s’il y a un foot ailleurs, pas grave ! J’irais faire un foot ailleurs avec mes potes. J’arrive à l’arrêt de bus et ils me disent que le FC Nantes organise des détections et qu’on va aller tenter notre chance. Je me dis : « Bon bah allons-y ! » Mais vraiment sans rien attendre. Moi je suivais les potes pour aller faire un foot, et si ce n’était pas au quartier, j’allais avec eux même si c’était une détection. Je suis arrivé là-bas, on était plein de jeunes ! Au moins 100 … Et à la fin de la détection, ils (les éducateurs) viennent vers moi et me disent : « Tu reviendras la semaine prochaine. » Puis je suis revenu comme ça pendant trois-quatre mercredis et à la fin, ils m’ont proposé d’intégrer le club.

Tu remportes la Coupe Gambardella en 2002, ton premier titre avec le FC Nantes. Ça a été un tournant dans ton objectif de devenir professionnel, un tremplin ?

Oui, un tremplin ! Ça a même été une saison tremplin pour moi en fait. Je l’ai commencé en gagnant un titre avec l’équipe de France (la Coupe du Monde des moins de 17 ans) et à la fin, je remporte la Gambardella avec le FC Nantes donc c’est sûr que ça a été un gros plus de glaner ces deux titres et d’être un peu plus vu, reconnu. D’avoir un statut différent, ça m’a permis d’accélérer un peu le processus pour devenir pro.

Un an plus tard, tu joues ton premier en Ligue 1 face à Bordeaux à seulement 19 ans. Qu’est-ce qu’on ressent à ce moment-là ?

C’est particulier. Particulier en plus quand tu es chez toi, dans ta ville de cœur, là où tu as été formé, là où tu es né, là où tu as tout tes potes et ta famille, … Bien évidemment que tout le monde était au stade. Les amis, la famille, … Donc c’est vrai que c’est particulier. Je me souviens de mon entrée : j’étais tellement excité que je courrais partout, je voulais tout faire. Et finalement je n’ai pas fait grand-chose (sourire). Mais c’est vrai que c’est particulier, une émotion très forte, qui est difficile à gérer parce qu’on a peur de décevoir le coach qui nous a fait confiance. On joue devant 30.000 spectateurs aussi, on a envie d’être à la hauteur. Et puis on est le petit jeune qui vient du centre, qui vient de gagner la Gambardella et dont on parle depuis maintenant un an, un an et demi. C’est plein d’émotions, mais c’est dur à gérer.

C’est une pression supplémentaire d’être le petit gars du coin ?

On est regardé différemment, mais je n’irais pas jusqu’à dire que c’est une pression supplémentaire. Déjà, c’est une fierté (de porter le maillot de sa ville). Et au contraire, je pense qu’on a plus de soutien quand on est un local qu’un petit qui vient de l’extérieur. Il n’y a pas une différence énorme mais on sent quand même un peu plus de soutien.

En 2004, vous êtes battus en finale de la Coupe de la Ligue par Sochaux. C’est un regret de ne pas avoir offert de titre en professionnel à ton club formateur ?

Ouais, c’est un gros gros regret. Là, j’avais l’opportunité d’en remporter un dès ma première saison en professionnel donc ouais, c’est un gros gros gros regret. Surtout quand on regarde la physionomie (le FC Nantes est battu aux tirs au but), on avait fait un très bon match. Je pense qu’on aurait mérité de gagner la partie dans le temps réglementaire. Ensuite on arrive aux tirs au but et voilà (sourire) … On connaît la suite de l’histoire. C’est un regret parce que je pense que ça a aussi été un tournant pour le club. En gagnant cette Coupe de la Ligue, on aurait fait une Coupe d’Europe la saison d’après et beaucoup de choses auraient été différentes selon moi. Ça aurait permis au FC Nantes de rester dans le bon wagon.

En 2007, le FC Nantes est relégué. Tu décides alors de rejoindre Reading en Premier League. La Ligue 2, c’était inenvisageable ?

Ce n’est pas que c’était inenvisageable. En 2006, j’avais demandé à partir pour connaître un club plus ambitieux, avec une Coupe d’Europe. À l’époque, Japhet N’Doram (alors directeur sportif du FC Nantes) m’avait demandé de rester une saison de plus parce qu’il allait faire une équipe justement taillée pour retrouver les sommets. Et effectivement, il avait recruté pas mal de joueurs dont des internationaux : il y avait le gardien serbe (Vladimir Stojkovic), ils avaient recruté (Éric) Cubilier, ils avaient recruté (Alioum) Saïdou au milieu, (Nourdin) Boukhari qui venait de l’Ajax Amsterdam, … Donc effectivement, il avait fait un recrutement ambitieux et c’est vrai que dans son projet, il comptait vraiment sur moi. On s’était arrangé pour que je fasse une saison et qu’on me laisse une lettre de sortie à l’été 2007. Donc c’était prévu. Malheureusement, partir sur une descente, ça a été difficile. Mais déjà en 2006, j’avais demandé à partir et on m’a demandé de rester une saison de plus pour ce projet.

Qu’est-ce qui t’a attiré à Reading ?

On va dire que ça a été un mercato difficile pour moi, parce que juste avant, au mois de mars, j’ai fait ma première phlébite. Trois mois d’arrêt, l’équipe qui descend en Ligue 2, une maladie pas du tout connue dans le monde du foot, … C’est vrai que pas mal de clubs intéressés par moi en 2006 se sont retirés quand j’ai fait ma première phlébite. Je me suis alors retrouvé sur le marché des transferts avec très très peu de sollicitations. Et quand est venu Reading, on était à la fin du mercato. Ça aurait été difficile pour moi psychologiquement de rester à Nantes … Pas parce que le club était descendu en Ligue 2, mais parce que dans ma tête j’étais parti pour partir. Ce n’est pas le club avec le standing que j’espérais mais je voulais m’en servir comme tremplin. Je savais que j’arrivais dans un très bon championnat, très médiatisé, et que j’allais avoir une opportunité de rebondir en passant par Reading en fait.

Nouvel environnement en Angleterre donc. Comment s’est passée ton acclimatation ?

Bien ! Franchement, bien. Tout s’est bien passé, tant sur le plan sportif que personnel. Ma femme s’est bien intégrée aussi à la vie anglaise. Donc franchement oui, tout s’est bien passé. À part le temps de jeu malheureusement. Mais j’ai vraiment apprécié cette expérience anglaise.

Tu es prêté à l’OGC Nice dès ta deuxième saison. Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné finalement à Reading ?

Je suis arrivé dans une équipe qui était remonté de troisième division anglaise à la Premier League, qui venait de faire leur première saison à ce niveau, durant laquelle ils ont terminé huitième je crois. Ils avaient fait un très bon championnat. Ils avaient le meilleur gardien, enfin celui qui avait été élu meilleur gardien de la saison précédente. Le meilleur entraîneur aussi. Donc c’était un peu une famille. Quand moi je suis arrivé … (il se reprend) Je ne faisais pas tâche, mais c’est vrai que ça a été difficile pour moi de m’imposer dans cette équipe parce que le coach avait ses joueurs, ses habitudes depuis plusieurs années. Il n’a pas voulu changer, entre guillemets, ses habitudes.

Il y a la malaria que tu contractes à la Coupe d’Afrique 2008. Ça a joué également.

Oui, parce qu’avant de partir à la CAN je me souviens qu’on avait fait un match de Coupe contre Tottenham. On avait fait un super match, on avait fait 4-4. Et à Reading, les matches de Coupe, c’étaient pour ceux qui n’avaient pas de temps de jeu en championnat. Trois jours avant, on avait déjà joué Tottenham en championnat. Et ils (les titulaires de Reading) avaient perdu 7-2 ou 7-3 là-bas (en réalité, 6-4). Il n’y avait pas eu de match quoi ! Et nous, on est arrivé trois-quatre jours après en Coupe avec l’équipe bis entre guillemets, alors que Tottenham avait aligné tout le monde, dont Dimitar Berbatov. On fait 4-4, mais on avait mené tout le long, on aurait mérité de gagner. On avait vraiment fait un super match. Ça, c’était juste avant de partir à la CAN. Et c’est vrai que mon statut, la vision qu’ils avaient sur moi, commençaient déjà à changer. Donc je suis parti à la CAN, j’ai fait une très bonne compétition aussi. Pareil, ils m’ont vu jouer, et quand je suis rentré, leur regard était encore différent par rapport à moi. Malheureusement, deux semaines après, je tombe malade de la malaria et je suis écarté des terrains pendant un mois. Le temps de retrouver la forme, on était déjà aux mois d’avril-mai, la saison était quasiment finie. Donc on va dire qu’il y a eu de la malchance aussi sur cette saison, ce qui fait que je n’ai pas eu beaucoup de temps de jeu.

C’est un regret aussi de ne pas t’être imposé en Angleterre ?

Ouais, c’est toujours un regret d’échouer de toute façon. Quand on est un joueur, on s’engage dans des clubs pour des challenges, des missions. C’est difficile d’échouer, donc oui c’est un regret. Cela étant, je considère que j’ai donné le maximum pour réussir et que ça n’a pas fonctionné on va dire. Des regrets oui, mais ce n’est pas non plus insurmontable ni invivable.

Si c’était à refaire, tu rechoisirais Reading ?

Je pense que oui. Car comme je t’ai dit, en 2006, je voulais partir et je ne suis pas parti. En 2007, ça aurait été difficile de rester une saison de plus (au FC Nantes) donc il me fallait un nouveau challenge. Ce n’est pas celui que j’espérais, c’est vrai. Il y a aussi eu ce problème de phlébite mais j’avais besoin d’un nouveau challenge, donc je pense que j’aurais dit oui une nouvelle fois.

"On m’en reparle encore comme si c’était hier"

Tu as donc été prêté à Nice. Ça a été difficile de t’imposer et de convaincre tes dirigeants et ton entraîneur de te garder ?

Non, tout s’est fait naturellement. J’avais besoin d’un club qui me fasse confiance, qui me ressemble vraiment dans son projet et c’est ce que j’ai tout de suite senti avec Nice. Donc c’est pour ça que j’ai foncé sans hésiter, je me suis toujours senti bien ici, avec ma femme, ainsi que ma fille à l’époque, je n’en avais qu’une. On s’est toujours bien senti ici, que ce soit dans la vie ou dans le club, donc ça a toujours été naturel. Il n’y a jamais eu besoin de négocier ou de convaincre quoi que ce soit. Ça s’est toujours fait naturellement.

Tu as retrouvé du plaisir à Nice ?

Ouais, du plaisir dans le football. Et puis quand tu vois que ta famille est bien ici, ça te donne du plaisir. C’est un club qui était ambitieux, qui s’était mis en tête de grandir, donc tout était réuni pour que je m’épanouisse à Nice.

Tu es parvenu à t’imposer comme un joueur important de l’effectif ?

Je pense que sur la première saison, oui. Malheureusement lors de la deuxième saison, j’ai rechuté au niveau médical. C’était plus compliqué, mais je considère que j’ai fait ce qu’il faillait, j’ai toujours fait le travail.

Si je te dis : décembre 2010, Nice-Marseille.

(Il sourit) Ouais, ça, tout le monde m’en reparle. Même mes filles ! Pour se moquer de moi, elles mettent la vidéo avec le son très fort. Encore hier, ma plus grande fille l’a fait. Elle faisait un exposé sur le foot, car elle fait du foot aussi, et elle a mis ce but contre Marseille. C’est vrai que tout le monde m’en parle. Moi qui n’ai pas de mémoire, ce serait vraiment difficile de ne pas retenir cette date.

C’est le but le plus marquant de ta carrière ?

Le plus marquant, oui ! Bientôt ça va faire dix ans, et on m’en reparle encore comme si c’était hier. Avec tous les buts qu’on a mis à Marseille, toutes les victoires qu’on a eues contre eux entre-temps, on en reparle encore aujourd’hui. Donc oui, c’est mon but le plus marquant.

Février 2012, tu mets un terme à ta carrière à cause de phlébites à répétition. Ça a été une décision personnelle d’arrêter ?

Ouais … (Il réfléchit) Ça a été une décision logique on va dire. Je pense qu’à un moment donné il fallait venir à l’évidence. J’en ai fait quatre en trois ou quatre ans. Il ne fallait pas se voiler la face, c’est une maladie dangereuse. Il faut se poser les bonnes questions. On a des enfants … Oui le foot c’est ma passion, c’est toute ma vie mais bon, ça ne vaut pas la peine de risquer ma vie pour le foot.

Tu es alors âgé de 28 ans à ce moment-là. Comment fait-on pour accepter de terminer sa carrière aussi tôt ?

On ne l’accepte pas vraiment en fait. On vit avec, mais on n’accepte pas vraiment. En tout cas on essaye de se dire « Oui, on va accepter », mais bon … C’est difficile, surtout au début. Et puis après, quand on passe à autre chose, à d’autres projets, quand on s’investit sur une nouvelle histoire, ça facilite la digestion on va dire.

Quel a été le rôle joué par ton entourage, et notamment celui de ta femme ?

Important. Si vous n’êtes pas bien entouré, je pense que vous ne pouvez pas (Il coupe) … C’est vrai qu’elle (sa femme) a été importante, qu’elle a été forte parce que pour elle, ça a aussi été un choc. Sachant que moi ma vie, ça a toujours été le foot et ça elle le savait. Pour elle, ça n’a pas toujours été évident à vivre tous les jours. Mais elle a toujours été là pour faire face et aujourd’hui, si j’en suis là, c’est en grande partie grâce à elle.

On en vient à être dégoûté du foot ?

Ouais au début, mais ça ne dure pas longtemps. Je ne voulais pas rester dans le milieu du foot. Mais ça a duré deux-trois jours.

Tu considères ce passage comme le plus dur de ta vie ?

De ma vie, non. Parce que j’ai perdu ma mère juste avant. De ma carrière, oui. Mais de ma vie, il y a eu le décès de ma mère juste avant qui a été encore plus dur que la fin de ma carrière.

Aujourd’hui, tu parles facilement de tout ça ?

Pas de moi-même. Je ne me cache pas de ça, ce n’est pas une honte, ce n’est pas un boulet. Mais en parler de moi-même, non. Ce n’est pas un sujet que je vais aborder (il coupe) … Ce n’est pas comme si on parlait de foot avec des potes. Mais si on me pose des questions, sur ma maladie ou quoi que ce soit, j’y réponds avec plaisir.

A suivre ...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NISSAKAR
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 62
Inscrit le: 30 Nov 2008
Messages: 13662
Localisation: Nissa

MessagePosté le: 21 Nov 2019 23:43    Sujet du message: Répondre en citant

Mario Balotelli a été exclu de l'entraînement de Brescia, par son entraîneur, Fabio Grosso, ce jeudi après-midi. Selon la Gazzetta Dello Sport, le technicien aurait reproché à l'attaquant international italien (victime de cris racistes début novembre à Vérone) d'avoir entamé la séance de manière trop dilettante.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
PHI2B
Aleria basta
Aleria basta



Age: 57
Inscrit le: 18 Nov 2001
Messages: 12618
Localisation: Retour à la casa.

MessagePosté le: 22 Nov 2019 19:27    Sujet du message: Répondre en citant

NISSAKAR a écrit:
Mario Balotelli a été exclu de l'entraînement de Brescia, par son entraîneur, Fabio Grosso, ce jeudi après-midi. Selon la Gazzetta Dello Sport, le technicien aurait reproché à l'attaquant international italien (victime de cris racistes début novembre à Vérone) d'avoir entamé la séance de manière trop dilettante.


Non c'est pas vrai!!!


_________________
NISSA en L1 et on y reste. ISSA NISSA.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
philou 06
Forumiste d'Or 2019
Forumiste d'Or 2019



Age: 67
Inscrit le: 03 Mar 2014
Messages: 8431
Localisation: villeneuve loubet

MessagePosté le: 22 Nov 2019 19:44    Sujet du message: Répondre en citant

-OH ..! pas lui ,je le crois pas ...!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Rosso21
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 60
Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 6276
Localisation: Les Mines

MessagePosté le: 23 Nov 2019 16:59    Sujet du message: Répondre en citant

Borussia Dortmund : Lucien Favre condamné par la presse, soutenu par ses joueurs

Le Suisse vit-il ses dernières heures d'entraîneur à Dortmund ? Ciblé par la presse après une nouvelle prestation calamiteuse en Bundesliga face à Paderborn (3-3), vendredi, il est encore soutenu par ses joueurs.
« Ça ne peut plus durer comme ça avec Favre », titre samedi le quotidien Die Welt en ligne, tandis que Eurosport.de claironne : « Ambiance explosive au BVB, Favre à court d'arguments ! »
Ces commentaires acides font suite au nul (3-3) arraché par Dortmund face à Paderborn, vendredi soir en Championnat, après que le Borussia a été mené 0-3 à la pause par la lanterne rouge. Une prestation qui fait tâche après la lourde défaite (0-4) face au Bayern Munich avant la trêve.
« Dortmund [5e de Bundelisa] est à des années-lumière de son objectif de titre », constate Bild, le quotidien le plus lu en Allemagne. « S'ils analysent la situation froidement, ils doivent arriver à une conclusion : Favre n'est pas un entraîneur pour le titre ! »
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PHILOGYM
Aigloun Yin-Yang
Aigloun Yin-Yang



Age: 66
Inscrit le: 17 Juin 2006
Messages: 5158
Localisation: ça dépend

MessagePosté le: 23 Nov 2019 18:25    Sujet du message: Répondre en citant

Que sa femme le ramène à Nice, on le prend tous les jours!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NISSAKAR
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 62
Inscrit le: 30 Nov 2008
Messages: 13662
Localisation: Nissa

MessagePosté le: 24 Nov 2019 17:10    Sujet du message: Répondre en citant

Le directeur général du BvB a renouvelé la confiance du club à son entraîneur suisse, tout en le pressant de redresser la barre contre le Barça en C1, mercredi, et le Hertha Berlin, samedi, en Bundesliga.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Loulou
Aigloun on the road
Aigloun on the road



Age: 62
Inscrit le: 19 Juil 2002
Messages: 16545
Localisation: Nice

MessagePosté le: 24 Nov 2019 17:37    Sujet du message: Répondre en citant

NISSAKAR a écrit:
Le directeur général du BvB a renouvelé la confiance du club à son entraîneur suisse, tout en le pressant de redresser la barre contre le Barça en C1, mercredi, et le Hertha Berlin, samedi, en Bundesliga.


Ouh là, ça sent pas bon un président qui renouvelle sa confiance à son entraîneur...

Lucien, demande à ta femme de commencer à faire les valises.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
NISSAKAR
Vielh Aigloun
Vielh Aigloun



Age: 62
Inscrit le: 30 Nov 2008
Messages: 13662
Localisation: Nissa

MessagePosté le: 06 Déc 2019 00:09    Sujet du message: Répondre en citant

Neal Maupay donne la victoire à Brighton (2-1) face à Arsenal
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du site de l'OGC Nice : Ogcnissa.com > Football Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 71, 72, 73, 74  Suivante
Page 72 sur 74

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum