90 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Nice ne l'a pas volée



Presse :

Nice ne l'a pas volée
Nice-Matin, le 14/09/2003 à 12h20

Auteurs d'une superbe première mi-temps où ils ont fait l'essentiel du jeu et ouvert le score, les Aiglons ont su conserver leur acquis par la suite face à de pâles Nantais

NICE 1 NANTES 0
A Nice, stade du Ray, OGC Nice bat FC Nantes 1 à 0 (1-0)
12373 spectateurs
Arbitrage de M. Sars.
But pour Nice : Cherrad (11e)
Avertissements à Nice : Bigné (45+1), Echouafni, (83e)
A Nantes : Guillon (14e) Da Rocha (37e), Cetto (86e)
Expulsion à Nantes : Guillon (78e, deuxième carton jaune)

OGC Nice : Grégorini - Varrault, Abardonado, Cobos (cap), Pamarot - Everson, Roy, Pitau, (puis Echouafni 62e), Bigné (puis Traoré 84e) Laslandes, Cherrad (puis Meslin 89e).
Entraîneur : Gernot Rohr.

FC Nantes : Landreau (cap) - Armand, Guillon, Cetto, Savinaud - Quint, Fae, Berson, Da Rocha (puis Delhommeau 84e) - Pujol (puis Nzigou 67e), Vahirua (puis Ziani 62e).
Entraîneur : Loïc Amisse.


Ils avaient envie de se racheter.
Ils l'ont fait. Avec les tripes. Du coeur. De l'orgueil aussi. Voilà trois points de pris. Eux sont troisièmes ex-aequo désormais.
La cavalcade rouge et noire continue. Pour les Canaris, ça n'a pas souri. Hier soir, les Aiglons les ont laissés en cage...
D'emblée d'ailleurs, on s'en aperçut. Cobos rageur, sortant tel un diable de sa boîte et plaçant une tête imaginaire à l'entrée sur la pelouse, avant d'aller houspiller ses coéquipiers : le ton était donné et la « grinta » niçoise non feinte.
De fait, les Aiglons étaient les premiers au combat, Pitau déclenchant les hostilités d'une frappe à ras de terre de peu à côté (2e). S'appuyant sur un schéma « classique » en 4-4-2 avec la formation type de l'an passé (Laslandes excepté), Nice semblait d'autant plus libre de ses mouvements que Nantes reculait volontiers, laissant venir.
Et c'est Cherrad qui multipliait les allées et venues devant la surface. Très remuant, particulièrement incisif et en pleine confiance, le Niçois s'enfonçait côté gauche à la 9e, mais se retrouvait projeté à terre par Berson. M. Sars ne pipait mot... Au grand dam du public niçois hurlant sa colère.

Ce n'était que partie remise, puisque deux minutes plus tard, l'international algérien héritait d'un ballon aux six mètres. Inspiré, Malek adressait une passe
lobée à Laslandes, côté gauche, qui instantanément lui remisait en retrait. D'une frappe puissante à bout portant, Cherrad ne laissait cette fois pas la moindre chance à Landreau ! (1-0, 11e).
Un début en fanfare. Du pain béni pour les Niçois.
Et les Canaris dans tout ça ? De jeu à la nantaise, on ne voyait guère en ce début de rencontre. Tout juste Da Rocha, Berson et consorts s'appliquaient-ils à ne pas trop porter le ballon. Mais rien de convaincant, Grégorini n'ayant pas connu la moindre occasion dangereuse en vingt minutes.
Fort de son acquis, Nice aurait pu s'appliquer à reculer, défendre ce but. Il n'en fut rien. Au contraire, les hommes de Rohr allaient se montrer toujours aussi entreprenants.
Une évidence : la trêve leur avait fait le plus grand bien. Présents dans les duels, souvent à deux sur le porteur du ballon, multipliant les jaillissements à l'image d'Everson (contrôle en pleine course et frappe instantanée, 25e), les Aiglons maintenaient la pression. S'appuyant qui plus est sur une défense solide qui obligeait les Canaris, très pâles jusque-là, à prendre leur chance de loin (Pujol nettement au-dessus, 28e).
Ce à quoi Nice répondait par un jeu offensif d'excellente facture et réellement enthousiasmant.
A la... nantaise !
Car combinant souvent à une touche de balle, telle cette passe de Pitau pour Cherrad (tir audessus 31e), ou les divers rushs d'Everson et Varrault, s'entendant comme larrons en foire côté gauche pour aller solliciter la tête de Laslandes.
Présents, pressants voire même oppressants, les Niçois ne parvenaient toutefois pas à doubler la mise avant la pause, Nantes s'étant simplement signalé à la 34e sur une frappe d'Armand bien repoussée par Gregorini.

Nantes finit à dix
Inutile de vous dire que Landreau et les siens revenaient sur le pré avec de meilleures intentions. L'obligation surtout de se montrer plus convaincants offensivement, pour à tout le moins égaliser.
Mais Amisse préférait curieusement se séparer de Vahirua au profit de Ziani, laissant Nzigou (ayant remplacé Pujol à la 67e) seul aux avant-postes...
Obligés de mettre le nez à la fenêtre, les Nantais monopolisaient davantage le ballon au milieu de terrain. Cela d'autant plus que Nice, au vu des efforts
concédés précédemment, semblait se contenter de gérer.
Mais rien de décisif ni véritablement efficace côté blanc. C'est au contraire Varrault, servi au second poteau par Everson sur corner (65e), qui piquait sa tête à côté et manquait une nouvelle fois de mettre le Gym à l'abri.
La deuxième période niçoise était moins enlevée, Cherrad et Laslandes étant beaucoup moins sollicités. Les minutes s'écoulaient : encore fallait-il tenir.
Un lob d'Olivier Quint juste audessus de la transversale de Grégorini (73e) et une tête puissante de Savinaud bien captée par Gregorini (76e) sonnaient comme autant d'avertissements. On entrait dans le dernier quart d'heure et Nantes n'avait pas abdiqué.
Mais l'expulsion de Guillon (78e) n'arrangeait pas les affaires d'Amisse. D'autant qu'à cinq minutes de la fin, une puissante lame de fond jaillissait de la tribune sud au son de « Allez Nissa ».
Après 85 minutes de mutisme, le Ray vivait en direct la résurrection de sa Brigade Sud.
Pour les Canaris, c'était déjà le chant du ... cygne. Quatre minutes de temps additionnel ne changeant plus rien au cours de ce match.

Christophe DEPIOT.
© Nice-Matin






- Retour -







17e journee de Ligue 1
sam. 07/12/2019 à 20h


Nice - Metz : 4-1

Résumé » Photos » Vidéo »



  18e journee de Ligue 1
sam. 14/12/2019 à 20h



Pts J V N D Diff
 11.    Monaco 24 16 7 3 6 +1
 12.    Angers 24 17 7 3 7 -3
 13.    Nice 23 17 7 2 8 -2
 14.    Brest 21 17 5 6 6 +1
 15.    Strasbourg 21 17 6 3 8 -3



   14e  sam. 23/11 (17h30) Lyon - Nice : 2 - 1
   15e  sam. 30/11 (20h) Nice - Angers : 3 - 1
   16e  mer. 04/12 (19h) St-Etienne - Nice : 4 - 1
   17e  sam. 07/12 (20h) Nice - Metz : 4 - 1
   18e  sam. 14/12 (20h) Brest - Nice
   19e  sam. 21/12 (20h) Nice - Toulouse
  dim. 05/01 (17h15) Frejus St Raphael - Nice



Coupe de France :  Fréjus St Raphaël - Nic...
Actualité :  Le berger n'est plus
Ligue 1 :  Nice - Metz : 4 - 1