121 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Vincent Koziello, l'avenir en pointillé à Cologne


Presse :

Vincent Koziello, l'avenir en pointillé à Cologne
France-Football, le 23/08/2019 à 09h34

On lui promettait un temps un avenir doré au sein d'un grand club européen, mais Vincent Koziello a quelque peu disparu des radars. Censé relancer sa carrière en Allemagne, terre souvent promise à l'éclosion des jeunes Français, le milieu de terrain ne semble pas coller avec la Bundesliga...

L'époque où l'OGC Nice titillait les gros morceaux n'est peut-être plus si lointaine au regard des ambitions de Jim Ratcliffe, propriétaire fraîchement intronisé sur la Côte d'Azur. Elle doit en revanche donner le vague à l'âme à Vincent Koziello, lui dont on tressait les louanges aux côtés des Hatem Ben Arfa et autres Valère Germain. Une qualité de passe et une sacrée intelligence de jeu avaient fait du gamin aux cheveux blonds une révélation de la Ligue 1 2015-2016. Sauf que les cartes ont été rebattues avec le départ de Claude Puel, et le temps de jeu du natif de Grasse s'est bigrement réduit sous Lucien Favre. «Il y avait énormément de concurrence à mon poste. Je n'arrivais pas vraiment à être le joueur que je voulais être et que je pouvais être sur le terrain», confiait le principal intéressé à RMC à l'époque. L'heure de quitter Nice venue, Koziello migre vers l'Allemagne en janvier 2018. Ce sera à Cologne, en queue de peloton de la Bundesliga.

« Il n'a été que très peu utilisé l'an passé. Avec la concurrence de Matthias Lehmann, Marco Höger ou encore Johannes Geis, c'était quasiment mission impossible pour lui au milieu »

Aux antipodes de son ex-partenaire Alassane Pléa, qui cartonne à Mönchengladbach, Koziello vit la pénible épreuve d'une relégation en 2.Bundesliga. On se dit alors que, dans la peau d'un titulaire, il pourra malgré tout repartir du bon pied. Reculer pour mieux sauter, en somme. Sauf qu'il est handicapé par deux blessures, l'une au genou et l'autre à épaule, et il finit par ronger son frein sur le banc de touche. «Il n'a été que très peu utilisé l'an passé (quatorze fois en Championnat, NDLR). Avec la concurrence de Matthias Lehmann, Marco Höger ou encore Johannes Geis, c'était quasiment mission impossible pour lui au milieu», analyse Mathéo Rabanowitz, rédacteur pour Fussball Meister.

Pis, à l'aube d'une nouvelle saison qui s'amorce et malgré la remontée immédiate des Boucs, les perspectives de temps de jeu de Koziello ne s'améliorent guère, bien au contraire. Peu utilisé en présaison, il ne figure pas dans le groupe qui reçoit Dortmund ce vendredi (20h30). «Il ne joue plus du tout et ne fait clairement pas partie des plans du nouvel entraîneur Achim Beierlorzer, décrypte Adrien, fervent supporter du club. D'autant que le club a beaucoup recruté à son poste (Skhiri, Verstraete). Sous l'ère Markus Anfang, il a eu sa chance mais ne l'a pas saisi. Le système de jeu actuel n'est clairement pas adapté à ses qualités.»

Vers un futur loin de Cologne ?
Vincent Koziello a-t-il fait le bon choix en ralliant Cologne à l'hiver 2018 ? Pour Mathéo Rabanowitz, qui suit la Bundesliga au quotidien, les caractéristiques du football allemand sont incompatibles avec le football de Koziello : «Il ne correspond pas à un Championnat beaucoup trop physique pour lui.» Claude Puel, qui l'a lancé dans le grand bain à Nice, se veut plus mesuré mais émet tout de même quelques réserves : «Il a des qualités pour jouer dans n'importe quel Championnat, mais il a besoin de réciter la partition. Il lui faut des joueurs techniques autour de lui, avec qui il va pouvoir mettre de la fluidité et jouer en une ou deux touches de balle. Être dans le combat, le duel, ce n'est pas son registre.»

Plein d'espoirs au moment d'évoquer son avenir dans les colonnes de Nice Matin en mai dernier, Vincent Koziello assurait son envie de rester dans un projet où il se sentait impliqué, la Bundesliga en ligne de mire. Mais avec un temps de jeu qui se réduit de jour en jour, le milieu de poche (1,69m et 58kg) pourrait de facto faire machine arrière. «A titre personnel, je pense qu'il serait temps pour lui de quitter Cologne et même la Bundesliga, afin qu'il se relance ailleurs», songe Mathéo Rabanowitz. Pisté par Galatasaray et quelques écuries de Ligue 1, il n'aurait cependant pas reçu d'offre à ce jour. S'il n'est plus en contact avec son ancien protégé, Claude Puel a une toute autre idée derrière la tête : «Vincent, a priori, je l'aurais plutôt vu dans le Championnat espagnol, plus propice à ses qualités. Peut-être s'est-il un peu précipité à quitter Nice aussi.»

Face aux difficultés, Vincent Koziello ne démord pas et garde le sourire, coûte que coûte. «En dehors des terrains, il vit bien. Il n'y a qu'à voir ses réseaux sociaux», assure Adrien, le fan de Cologne. Sous contrat jusqu'en 2022, le bachelier mention très bien fait preuve d'un mental à toute épreuve, loin de l'image qu'on veut bien lui prêter. «Ce n'est pas un joueur lisse. Il a beaucoup de caractère, sinon il n'aurait pas fait tout ce qu'il a fait jusqu'à présent. Ce n'est pas parce qu'il ne fait pas d'histoire et qu'il se comporte bien qu'il est automatiquement lisse. Ç'a un côté très péjoratif alors qu'il a beaucoup de conviction et de caractère», témoigne Claude Puel. Du caractère, il va en effet bien lui en falloir pour surmonter l'épreuve la plus difficile de sa jeune carrière.






- Retour -







5e journee de Ligue 1
sam. 14/09/2019 à 20h


Montpellier - Nice : 2-1

Résumé » Vidéo »



  6e journee de Ligue 1
sam. 21/09/2019 à 20h



Pts J V N D Diff
 4.    Marseille 10 5 3 1 1 +1
 5.    Lille 9 5 3 0 2 +2
 6.    Nice 9 5 3 0 2 +1
 7.    Angers 9 5 3 0 2 0
 8.    Lyon 8 5 2 2 1 +8



   2e  sam. 17/08 (20h) Nimes - Nice : 1 - 2
   3e  mer. 28/08 (21h) Nice - Marseille : 1 - 2
   4e  dim. 01/09 (15h) Rennes - Nice : 1 - 2
   5e  sam. 14/09 (20h) Montpellier - Nice : 2 - 1
   6e  sam. 21/09 (20h) Nice - Dijon
   7e  mar. 24/09 (21h) Monaco - Nice
   8e  sam. 28/09 (20h) Nice - Lille



Transferts :  Hicham Boudaoui a signé