144 connectés
Accueil > Actualité > Que devient David Ginola, enfant terrible du foot français ?


Actualité :

Que devient David Ginola, enfant terrible du foot français ?
Ogcnissa.com, le 13/11/2020 à 16h58

À 53 ans, l’ancien footballeur est toujours très actif dans le domaine du sport, mais s’engage toujours pour des œuvres caritatives ou environnementales.

Les années 80 et 90 ont laissé une pléthore de grands joueurs dans le football français. Même s’il n’a pas l’aura d’un Zidane ou le palmarès d’un Deschamps, David Ginola est certainement l’un des footballeurs les plus marquants de sa génération. Les plus jeunes l’oublient peut-être, mais c’est bien à l’OGC Nice que celui que l’on surnommera plus tard “El Magnifico”, a débuté chez les jeunes, au début des années 80. Même si il n’était pas encore professionnel à l’époque, Ginola pourrait donc être ajouté à la liste des grands joueurs qui ont porté le maillot rouge et noir. Grand, rapide, disposant d’un bagage technique et physique au-dessus de la moyenne, le jeune David est repéré en 1984 par les dirigeants du Sporting Club de Toulon qui le chiperont aux aiglons pour lui faire signer son premier contrat pro sur les bords de la rade.

Débuts pro à Toulon

Sous la houlette de Christian Dalger puis de Rolland Courbis, le jeune attaquant surdoué fait les beaux jours du Stade Mayol qui, à l’époque, ne vibrait pas seulement pour le rugby. Rapidement courtisé par des clubs plus huppés, Ginola fera partie de la brève aventure du Matra Racing de Lagardère puis après un passage éclair à Brest, pose ses valises au PSG. Le club parisien, fraîchement racheté par Canal Plus recrute à ses côtés des joueurs de la trempe de Rai, Guérin, Lama, Roche, Weah, qui concurrence l’Olympique de Marseille et commence à écrire de belles pages européennes. À Paris, David Ginola devient une idole et est sacré meilleur joueur français de la saison en 1993 et 1994.

Bilan mitigé en bleu

Michel Platini a été le premier à le lancer en équipe de France, mais l’histoire d’amour avec le maillot frappé du coq sera compliquée. Beaucoup le tiendront responsable de la cauchemardesque défaite au Parc des Princes face à la Bulgarie en 1993, privant les Bleus de la Coupe du Monde aux États-Unis. Mal-aimé sur les pelouses de l’hexagone, il s’exile alors en Angleterre à Newcastle où il forme un duo explosif avec le fantasque buteur colombien Faustino Asprilla. En dépit de ses performances de haut vol outre-Manche, Ginola disparaît peu à peu de l'équipe de France et ne sera donc pas sélectionné lors du titre mondial de 1998.

Un athlète charismatique

De charisme, le beau David n’en manque pas et outre posséder une gueule d’ange, il savait l’ouvrir de temps en temps, preuve d’un fort tempérament et d’un caractère entier, parfois sanguin, parfois émotif, loin des discours policés actuels. Des atouts qu’il a su faire valoir pour se bâtir une après-carrière enviable. Parmi les grandes passions du Varois, on connaissait déjà le golf. Ginola est un excellent joueur sur les greens comme il a pu le montrer lors des divers tournois de personnalités auxquelles il a pris part. Toujours mordu de sport en plus d'être un fin connaisseur en la matière, le natif de Gassin a certes toujours ses détracteurs, mais garde néanmoins une côte d'amour largement au-dessus de la moyenne.


Photo par Wikilmages, CC0.

Le Camp Nou a longtemps rêvé d’accueillir Ginola, mais le transfert du Français au Barça ne pourra jamais se finaliser à son grand regret.

Une après-carrière bien remplie

D’ailleurs, peu après avoir raccroché les crampons en 2002, il n’a pas eu à attendre longtemps avant de crouler sous les propositions. Il sera tour à tour animateur TV, commentateur, ou encore acteur ou mannequin. Preuve que la "marque" Ginola se vend toujours bien, l'ancien ailier s'est fixé un nouveau défi en rejoignant l'univers des jeux en ligne, puisque depuis peu il est devenu l'ambassadeur d'un des plus grands sites de paris sportifs et de poker français. Une fonction qu’il partage avec ses activités familiales, puisqu’il est l’heureux papa de trois enfants, mais aussi avec ses nombreux engagements pour des œuvres caritatives et environnementales.

Le romantique du ballon rond

Désormais âgé de 53 ans, David Ginola reste, à l’instar d’un Eric Cantona, un personnage incontournable du football français. Un poète rebelle qui pouvait enflammer les stades comme les faire se déchaîner contre lui. Mal-aimé dans son pays, mais adulé au-delà de nos frontières, David Ginola méritait sans doute un autre palmarès que ses 17 capes internationales et une plus grande reconnaissance au vu de ses qualités footballistiques. Capable de gestes techniques exceptionnels, et de buts d’anthologie, Ginola incarnait surtout un football romantique, le beau jeu d’une époque révolue.






- Retour -







12e journee de Ligue 1
dim. 29/11/2020 à 17h


Nice - Dijon : 1-3

Résumé » Photos » Vidéo »



  Ligue Europa
jeu. 03/12/2020 à 21h



Pts J V N D Diff
 9.    Lens 18 11 5 3 3 -1
 10.    Brest 18 12 6 0 6 -2
 11.    Nice 17 11 5 2 4 +1
 12.    Metz 16 12 4 4 4 +1
 13.    Bordeaux 16 12 4 4 4 -1



   10e  dim. 08/11 (17h) Nice - Monaco : 1 - 2
   11e  sam. 21/11 (21h) Marseille - Nice : -
  jeu. 26/11 (21h) Nice - Slavia Prague : 1 - 3
   12e  dim. 29/11 (17h) Nice - Dijon : 1 - 3
  jeu. 03/12 (21h) Nice - Leverkusen
   13e  dim. 06/12 (17h) Reims - Nice
  jeu. 10/12 (18h55) Beer-Sheva - Nice



Europa League :  Nice - Leverkusen : le gr...
Europa League :  Beaucoup d'absents contre...
Europa League :  Nice - Leverkusen en clair
Europa League :  Nice - Slavia Prague : 1 - 3
Europa League :  Nice - Slavia Prague : co...
Europa League :  Nice - Slavia Prague : le...
Europa League :  Dolberg et Kamara forfait...
Europa League :  Nice - Slavia Prague : le...