115 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Malik Sellouki, le five d'une vie


Presse :

Malik Sellouki, le five d'une vie
So Foot, le 04/03/2021 à 17h52

Talentueux à en crever les yeux dès son plus jeune âge, les centres de formation ont pourtant envoyé valser le petit Malik Sellouki. Alors qu’il jouait encore en cinquième division et s’asseyait quotidiennement sur les bancs de la fac de sport de Nice il y a huit mois encore, un petit coup de pouce providentiel est venu remettre les choses dans le bon ordre. Un banal five avec Jordan Amavi, qui a transformé la vie de ce natif de Nice-Nord, et lui a ouvert les portes du football professionnel à 20 ans.

Comme Imran Louza avec le FC Nantes le 4 janvier 2019, ou encore Adrien Truffert au Roazhon Park face à Monaco en début de saison, Malik Sellouki fait partie de ces rares jeunes qui ont trouvé le chemin des filets pour leur première dans le monde des grands. Le 17 février dernier au Stade Vélodrome, Adrian Ursea décide de lancer le Niçois de 20 ans à la 77e minute. Quelques foulées plus tard, le numéro 33 place une subtile reprise du gauche dans un angle imparable. Insuffisant pour que les Aiglons ramènent le moindre point de Marseille, mais à Nice, un père est tout de même fier de son fils. Beaucoup l’auraient été en observant les premiers pas de leur progéniture sur une pelouse de Ligue 1, mais la fierté de ce papa-là a une saveur différente. Les débuts professionnels de son fiston ont en effet un goût de revanche, car il y a huit mois, Malik Sellouki cirait encore le banc de l’AS Cannes (N3) et avait un projet bien différent : celui de devenir prof de sport après ses études de Staps.

« Au bout de trois minutes, je me demande qui est ce gamin. J’adore son jeu. Il se sort de situations compliquées contre deux ou trois joueurs pros. Je reste scotché. » Christian Della Monica

Un five et des chemins qui se croisent
La vie de ce joueur à la délicieuse patte gauche a basculé au mois de juin 2020 sur un terrain de five à Cagnes-sur-Mer. Ce jour-là, Jordan Amavi et plusieurs autres joueurs professionnels en activité se remettent dans le bain lors d’un cinq-contre-cinq. L’un d’eux décide de ramener un joueur amateur en renfort. « Au bout de trois minutes, je me demande qui est ce gamin. J’adore son jeu. Il se sort de situations compliquées contre deux ou trois joueurs pros. Je reste scotché » , raconte Christian Della Monica, qui a assisté à l’opposition en tant que spectateur. De son côté, le latéral gauche de l’OM est ébahi par les prouesses techniques de ce garçon sorti de nulle part. Car malgré ses années au collège en sports-études avec l’AS Cannes, Malik Sellouki est complètement passé entre les mailles des filets des centres de formation. « Plus jeune, il était vraiment bon, mais à partir de ses 13 ans, les recruteurs n’en voulaient plus à cause de ses problèmes de croissance. Il était jugé trop maigre, trop petit, trop lent, regrette son père. Plus tard, vers 17 ans, il a fini par grandir et a commencé à exploser en U19 régional avec l’AS Monaco. Mais on lui trouvait toujours des défauts. Cette fois, il était un peu vieux pour intégrer le centre de formation du Rocher. »

Son âge actuel aurait aussi pu lui fermer définitivement les portes du football professionnel. « Quand tu arrives avec un joueur amateur né en 2000, on te regarde comme E.T., confie Christian Della Monica qui, à la suite du five, s’est lancé durant l’été à la poursuite d’un club professionnel pour Malik. On m’a même dit : "T’as cru que t’allais faire le nouveau film Goal ?" » Finalement, l’OGC Nice et Manuel Pirès, le directeur du centre de formation, tentent le pari. Celui qui a grandi à quelques pas du stade du Ray commence les entraînements avec la réserve, mais l’étincelle tarde à venir. Lors d’un match amical de la dernière chance en juillet, l'ailier est titulaire et brille, enfin. Il passe tout proche du doublé, après avoir ouvert le score. « Le but le plus important de sa carrière » , estime celui qui a repéré ce jeune pétri de talent et qui est désormais son conseiller.

« Je reste sur le cul par rapport à sa gestion des émotions. » M. Sellouki, père de Malik

Un tramway nommé désir
En plein dans le mille. Derrière, Malik explose avec les jeunes pousses du Gym en National 3, s’imposant rapidement comme l’un des meilleurs éléments avec ses cinq pions en six apparitions. Profitant de son année scolaire d’avance, après avoir sauté le CE2, le fiston met ses études de côté pour un an, histoire de se donner toutes ses chances. Et quatre mois après le début de l’aventure, il tape dans l’œil de Patrick Vieira, qui l’intègre souvent aux entraînements du groupe professionnel, avant que son successeur ne le convoque en février pour les rencontres. Le voilà donc parti voyager en avion avec les Aiglons aux quatre coins de la France, lui qui d’habitude prend le tramway pour rejoindre le centre d’entraînement. Le tout avec un calme déconcertant. « Je reste sur le cul par rapport à sa gestion des émotions, confie son père. Je lui ai dit qu’il avait fait une bonne entrée face à Metz et il m’a répondu qu’il était satisfait, mais pas content. Pareil face à l’OM. Je l’ai félicité pour son but et il me rétorque : "Stop papa. Tu me diras ça quand j’aurai le contrat." »

Les pieds sur terre, Malik Sellouki n’en oublie pas qu’il n’a toujours qu’une licence amateur et une indemnité de mille euros en poche. À 20 ans, le garçon doit encore convaincre pour rester au sein d’un effectif, tout de même orphelin d’un profil comme le sien. « Sur le terrain, il me fait penser à Ben Arfa. Gaucher, à l’aise techniquement, bon dribbleur, décrit Peter Besnard, qui l’a coaché en U19 National à l’AS Cannes. Il aime provoquer et éliminer, c’est sa force et il en joue. » Si la comparaison est flatteuse, l’ailier droit préfère prendre exemple sur un certain Lionel Messi du Barça, qu’il supporte en toutes occasions, même face au PSG. Tout en priant pour une remontada de son club fétiche en Ligue des champions, ce gamin travailleur continue son petit bonhomme de chemin avec la troupe d’Adrian Ursea. En espérant avoir l’opportunité d’y faire son trou.






- Retour -







33e journee de Ligue 1
dim. 18/04/2021 à 20h


Dijon - Nice : 2-0

Vidéo »



  34e journee de Ligue 1
dim. 25/04/2021 à 13h



Pts J V N D Diff
 8.    Montpellier 47 33 12 11 10 -1
 9.    Metz 43 33 11 10 12 -2
 10.    Nice 43 33 12 7 14 -3
 11.    Reims 41 33 9 14 10 0
 12.    Angers 41 33 11 8 14 -16



   30e  sam. 20/03 (17h) Nice - Marseille : 3 - 0
   31e  dim. 04/04 (15h) Nantes - Nice : 1 - 2
   32e  dim. 11/04 (15h) Nice - Reims : 0 - 0
   33e  dim. 18/04 (20h) Dijon - Nice : 2 - 0
   34e  dim. 25/04 (13h) Nice - Montpellier
   35e  dim. 02/05 (20h) Lille - Nice
   36e  dim. 09/05 (20h) Nice - Brest