95 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Le nouvel envol des aiglons



Presse :

Le nouvel envol des aiglons
Maxifoot, le 02/09/2005 à 14h12

A l'occasion de cette trêve due aux matchs des sélections internationales, il semble être intéressant de dresser un premier bilan sur l'une des équipes surprises de ce début de saison, l'OGC Nice. Grâce à un recrutement judicieux et à un jeu porté vers l'avant, les hommes de Frédéric Antonetti ont réalisé un début de championnat remarquable.

Samedi dernier, le GYM réalisait la sensation de la cinquième journée de Ligue 1 en s'imposant sur le fil au Parc des Princes (1-2). Loin d'être un hold-up, cette victoire récompense la hargne et la volonté des coéquipiers de Marama Vahirua de produire du jeu. Avec 8 points au compteur (deux victoires, deux nuls et une défaite), les Niçois séduisent et impressionnent. Chronique des évènements récents qui se sont produits sur la Côte d'Azur.

Kone, l'Eléphant-aiglon

Au sortir d'un exercice 2004/05 perturbé par des résultats sportifs décevants et des guerres intestines, l'OGC Nice souhaitait faire peau neuve à l'intersaison. Exit Gernot Rohr, remplacé à quelques semaines de l'été par son adjoint Gérard Buscher puis par Frédéric Antonetti. Exit aussi José Cobos, emblématique capitaine des Aiglons qui prend une retraite bien méritée à presque 36 ans. Avec l'ancien coach des Verts à la baguette et le tout nouveau retraité en tant qu'adjoint, le GYM change donc clairement de visage. Certains joueurs font également les frais de ce changement d'état d'esprit. Le milieu de terrain ivoirien Serge Dié et le colosse nigérian Victor Agali filent en Turquie, Martin Djetou n'est pas conservé tandis que Meslin (Bastia), Ba (Troyes) et Scotto (Amiens) quittent également les bords de la Méditerranée. Enfin, les jeunes Scaramozzino (Gillingham) et Larbi (Lorient) sont priés d'aller s'aguerrir dans des clubs de standing inférieur. L'effectif ainsi délesté de certains poids morts, Coach Antonetti peut entamer sa campagne de recrutement. Ainsi, huit nouveaux joueurs font leur apparition près du Stade du Ray. Bill Tchato (Kaiserslautern), Anthar Yahia (Bastia), Rod Fanni (Lens) et Rool (Bordeaux) arrivent à Nice pour renforcer la défense orpheline de Cobos et où Abardonado ne fait plus l'unanimité.

Dans le secteur offensif, Mamadou Bagayoko est prêté par Nantes, le Brésilien Ederson est prolongé d'une saison pendant que le Sénégalais Souleymane Camara fait le court déménagement entre Monaco et Nice. Enfin, la toute dernière recrue est l'Ivoirien Bakary Kone qui quitte Lorient avec le titre de meilleur joueur de Ligue 2 2004/05 dans ses bagages. A bientôt 24 ans, «Baky» est assurément la star de l'OGC Nice, statut acquis chez les Merlus et confirmé en seulement un mois de compétition sur la Côte d'Azur. «C'est une bombe ! Sur chaque contrôle, il élimine, frappe et se trouve déjà en position de marquer. On peut refaire dix fois la même action, il marquera à chaque fois car il est en plus très intelligent dans le jeu» , déclare Henri Michelle, le sélectionneur ivoirien, au sujet de l'attaquant petit format (1m63, 61 kgs). S'il continue sur ce rythme là, l'éléphanteau, qui devrait disputer la coupe du monde 2006, a vraiment le potentiel pour devenir l'une des attractions du championnat. Et pourquoi pas rejoindre l'une des grosses cylindrées européennes d'ici deux ou trois ans ? En tout cas, le club de Maurice Cohen a réussi un très joli coup sur le marché des transferts.

Un 4-3-3 ambitieux

Mais les noms ne suffisent pas à faire gagner une équipe. Ca se saurait ! De nombreux autres paramètres entrent en jeu, notamment le système tactique mis en place par l'entraîneur. Dès sa prise en main du club, Frédéric Antonetti impose un 4-3-3 très dense mais surtout très ambitieux qui change radicalement des schémas souvent frileux de Gernot Rohr. Oublié le football rugueux et défensif qui contribuait à faire du GYM la formation lanterne rouge au classement du Fair-Play. Désormais, les Aiglons veulent faire plaisir à leurs supporters avec de nombreux joueurs doués techniquement tels que le jeune Brésilien Ederson, le pagayeur chevronné Marama Vahirua ou bien sûr Baky Koné qui symbolisent à eux trois la fraîcheur et l'explosivité des Niçois. Si l'on associe la technique à l'expérience de certains cadres tels que Varrault et Traore et à l'abnégation de Balmont et de Rool, on obtient un très bon cocktail qui se déguste sans modération en ce début de championnat.

Fredéric Antonetti a déjà trouvé la formule qui lui convient. Il n'a en effet utilisé que 16 joueurs depuis le début de la saison. Un groupe restreint auquel il faudra ajouter la recrue de dernière minute, Souleymane Camara, qui n'a pas encore eu le loisir de revêtir son nouveau maillot. Damien Grégorini est toujours fidèle au poste dans les cages niçoises tandis que le jeune Hugo Lloris est devenu sa doublure, profitant de la retraite de Bruno Valencony. La défense azuréenne s'appuie toujours sur l'impressionnant gabarit de Sammy Traore et sur la combativité de Cédric Varrault, qui est finalement resté à Nice malgré les sollicitations de Bordeaux. Au milieu de terrain, Florent Balmont est devenu le vrai patron de l'équipe grâce à son activité impressionnante à la récupération du ballon. A ses côtés le Belge Bisconti s'affirme et possède en Olivier Echouafni un concurrent d'expérience. Enfin, en attaque, la recrue malienne, Mamadou Bagayoko a déjà trouvé ses marques en tant que tour de contrôle et remiseur de ballons pour les flèches que sont Kone, Vahirua et Roudet.

Vers une jurisprudence Balmont

C'est dans cette configuration que l'OGC Nice se présente au Stade du Ray face aux promus troyens pour le compte de la première journée de Ligue 1. Malgré un bon début de match et un coup-franc somptueux de Vahirua dans la lucarne de Le Crom, les Aiglons sont contraints de partager les points avec les Aubois (1-1). Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé puisque Bagayako, sur une tête puissante, Roudet, sur un enchaînement contrôle-frappe et Kone d'une astucieuse déviation acrobatique ont touché les poteaux de l'ancien gardien d'Auxerre et de Guingamp. C'est donc avec un sentiment de frustration que Sammy Traore et ses coéquipiers se rendent au Stadium de Toulouse. Et cette fois-ci, les ballons évitent les poteaux pour faire trembler par deux fois les filets de Revault. Bakary Kone profite de ce match pour faire apprécier son talent en inscrivant un but plein de sang-froid, de puissance et d'inventivité. Un penalty de Traore permet aux Niçois de s'imposer (0-2) et d'effacer la désillusion de la première journée.

Vient ensuite la troisième journée de Ligue 1 qui va faire couler beaucoup d'encre. Rien à signaler lors de la première mi-temps si ce n'est une ouverture du score de Traore décidément très affûté offensivement en ce mois d'août. Au retour des vestiaires, le Brésilien Mirande du club doubiste se fait expulser. On pense alors le GYM sur la voie royale pour un nouveau succès mais c'est sans compter sur l'arbitre de la rencontre, M. Lhermite, qui accorde un penalty à Sochaux et expulse Balmont pour avoir vu une main là où il n'y avait qu'une cuisse. Cette mauvaise blague permet aux Lionceaux d'égaliser et de prendre l'avantage après un arrêt du match due à des protestations trop virulentes des supporters niçois. Extrêmement frustrés et victimes d'une injustice, les Aiglons ne seront qu'en partie indemnisés lorsque la suspension de Balmont sera annulée par la commission de discipline. Une décision rare, la dernière en date remontant à plus de 10 ans et concernant le carton rouge donné par erreur à Japhet N'Dorame, mais qui ne rend pas aux Niçois les trois points qui leur tendaient pourtant les bras.

Six sur six à l'extérieur

Sept jours plus tard, l'OGC Nice a la chance d'évoluer une nouvelle fois à domicile face au FC Nantes. L'occasion rêvée d'oublier le match précédent et de repartir de l'avant. Dès les premières minutes, Bagayoko ouvre le score et par la même, son compteur but face au club qui le loue aux Aiglons. Les occasions sont légion et Landreau doit s'employer de nombreuses fois pour stopper les attaques et les tirs de Koné et des autres attaquants niçois. Le petit Ivoirien est très en jambes et pose des problèmes insurmontables à la défense des Canaris…pendant la première mi-temps. Dès le retour des vestiaires, Emerse Faé profite d'une sieste de l'arrière-garde du GYM pour égaliser et donc tenir en échec les Niçois. Après trois matchs à domicile, les Aiglons présentent un bilan à première vue pas vraiment flatteur (deux matchs nuls et une défaite). Mais la qualité de jeu est belle et bien présente et avec un soupçon de concentration et d'efficacité supplémentaire, les Niçois seraient sur le podium de la Ligue 1.

C'est encore des Niçois tête en l'air qui se font surprendre au Parc le samedi suivant par Pauleta. La réalisation du Portugais était évitable, les Niçois le savent et veulent réagir. Sans paniquer, les joueurs de Frédéric Antonetti laissent passer l'orage parisien et attendent patiemment leur heure qui vient en seconde période. Grâce à l'aide involontaire de Rozehnal, les Aiglons reviennent à égalité. Mieux encore, après une perte de balle de Yepes au centre du terrain, une contre-attaque niçoise s'organise et est conclue par Mamadou Bagayoko. Il s'agit de la sensation de la cinquième journée de Ligue 1 et de la seconde victoire en deux déplacements des Niçois. Grâce à ces trois points venus d'ailleurs, l'OGCN pointe à la septième place du classement, avec 8 points. Ce total n'est pas si impressionnant si l'on regarde bien les cinq premiers adversaires du GYM. Cela dit, il apparaît que les coéquipiers de Damien Grégorini ont remporté les deux matchs qui paraissaient sur le papier les plus difficiles à gérer. Alors, Nice comme tombeur des grosses cylindrées cette saison ? Pourquoi pas.

Avec de nouveaux joueurs tels que Kone, les dirigeants niçois espèrent donner une nouvelle impulsion à une équipe qui stagne depuis sa très bonne saison 2002/03. Explosive et percutante, cette formation azuréenne semble d'ores et déjà à l'aise à l'extérieur où sa force réside dans les contre-attaques. Si les Aiglons parviennent à rectifier le tir à domicile, il faudra compter sur eux tout au long de la saison.

Kevin BITTERLIN
Maxifoot







- Retour -







10e journee de Ligue 1
ven. 18/10/2019 à 20h45


Nice - PSG : 1-4





  11e journee de Ligue 1
sam. 26/10/2019 à 20h



Pts J V N D Diff
 7.    Montpellier 14 9 4 2 3 +2
 8.    Marseille 13 9 3 4 2 -1
 9.    Nice 13 10 4 1 5 -4
 10.    Rennes 12 9 3 3 3 +1
 11.    Amiens 11 9 3 2 4 -2



   8e  sam. 28/09 (20h) Nice - Lille : 1 - 1
   9e  sam. 05/10 (20h) Nantes - Nice : 1 - 0
  ven. 11/10 (15h) Nice - Lausanne : 0 - 0
   10e  ven. 18/10 (20h45) Nice - PSG : 1 - 4
   11e  sam. 26/10 (20h) Strasbourg - Nice
  mer. 30/10 (18h45) Le Mans - Nice
   12e  dim. 03/11 (17h) Nice - Reims