150 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Eric Roy : monsieur plus



Presse :

Eric Roy : monsieur plus
Nice-Matin, le 27/08/2002 à 08h33

Son portable ne cesse de bourdonner. C'est fou ce qu'un coup de tête peut déclencher comme coups de fil. Depuis samedi soir, une averse de phrases ensoleillées tombe sur sa messagerie.

Mais un parapluie d'humilité est là pour le protéger de ce déluge d'éloges.

Eric Roy n'est pas né de la dernière pluie...

L'humeur à l'humour, il jongle avec les louanges sans en faire tomber les effets.

Cette fois, la sonnerie insiste. C'est Florian Maurice. Néo-Bastiais et double expulsé en quatre petites journées. « Alors, moi, je marque et toi, tu prends des cartons rouges. C'est le monde à l'envers », se gondole le Niçois qui a croisé l'attaquant du temps où tous deux portaient le maillot blanc de l'OM. « Ah, toi aussi tu croyais que j'étais mort... », souffle celui qui respire la santé.

Les copains se chambrent avant de se donner rendez-vous le 5 octobre pour un OGCN-Bastia toujours excitant.

En attendant, Eric Roy savoure ces émois d'aout inattendus, donc inoubliables.

« Il faut profiter. Il est bon de surfer sur la vague du succès », glisse ce Méditerranéen au regard outremer.

L'expérience en bandoulière, il sait bien qu'un jour viendra où la tempête secouera les rêves et les ambitions du Gym.

« Il y aura forcément des soirées difficiles, des matchs sombres, des désillusions. Au foot, comme dans la vie, il faut être prêt à tout », dicte celui qui déguste le meilleur sans négliger l'existence du pire.

Un enthousiasme intact
Samedi, face à des Montpelliérains plus accrocheurs que réalistes, c'est son coup de tronche qui aura propulsé l'OGCN en tête de la L1.

En signant le pion de la victoire, Roy aura fait chavirer le Ray.

« J'ai vécu ce corner comme un rêve. Dès que le ballon est parti, j'ai su qu'il était pour moi. La suite, j'ai eu l'impression qu'elle se déroulait au ralenti... », raconte celui dont le cœur se mit alors à s'accélérer.

Une décharge de joie le poussera à effectuer un cent mètres à la Maurice Greene, les bras en V avec tous ses coéquipiers sur le dos.

Couronné par ce but, le milieu de terrain aura, une nouvelle fois, réussi un match plein. Plein de ballons chipés à l'ennemi et offert aux amis. Plein de gestes aussi esthétiques qu'efficaces démontrant, si besoin, qu'il n'avait rien perdu de son aisance technique.

Enfin, à bientôt 35 balais (il les fêtera le 26 septembre), le bougre aura nettoyé sa zone avec une fougue de gamin.

A croire que le poids des ans n'écrase ni ses jambes ni sa volonté. « Je mets peut-être un peu plus de temps à récupérer, mais je pense que ma fraicheur est intacte. De toute façon, je n'ai jamais été un joueur explosif. Mes qualités sont donc restées les mêmes », avance celui qui, en l'espace de quelques semaines, est devenu le ''monsieur plus'' de l'OGC Nice.

Bientôt papa...
Après trois saisons à l'étranger entrecoupées d'un passage de cinq mois à Troyes, Eric Roy était tombé aux oubliettes.

Pas banni. Pas perdu. Juste oublié par le petit monde du football français souffrant parfois du trouble de la mémoire.

Le chômage n'était plus très loin...

« Je n'ai jamais douté de moi. Je suis un passionné. Mentalement à cent à pour cent. Encore prêt à me faire mal. Le problème, c'est que plus personne ne me voulait... Certes, je continuais à m'entretenir tous les jours, mais rien ne venait. Alors, je me suis décidé à demander à Maurice Cohen de parfaire ma condition physique avec l'OGCN. Heureusement, que je le connaissais du Cavigal, sinon je n'aurais peut-être jamais fait cette démarche. La suite, vous la connaissez... »

Et personne ne s'en lasse.

Surtout pas Gernot Rohr. « A lui tout seul, il est une belle histoire. Quand il a commencé à s'entrainer avec nous, on a vite compris qu'il pourrait nous apporter un plus. Il a mis une séance et demi pour convaincre tout le monde... Eric est sérieux, intelligent. Doté d'une grosse culture tactique. D'entrée de match, il photographie l'équipe d'en-face pour notre bien à tous. Il voit vite et juste. En plus, son 1,87 mètre n'est pas négligeable dans le combat... Bref, c'est une réussite », se réjouit le coach niçois qui, décidément, a du nez et des idées.

Samedi, ces spécialistes des défis s'en iront à Paris.

« Avec une belle sérénité. Parce qu'il y a toujours un coup à jouer. Même au Parc des Princes », affirme un Roy comblé par la tournure des choses.

Parce que revenir sur sa terre et la conquérir n'est jamais chose facile.

« A Nice, je suis chez moi. La pression est donc plus forte qu'ailleurs. Parce que tout le monde m'attend au tournant. Mais je ne suis pas venu ici pour être ridicule », lâche celui qui, au Ray, évolue sous de nombreuses paires d'yeux qui l'ont vu naitre et grandir.

Aujourd'hui, tout se passe bien.

Et comme un bonheur ne vient jamais seul, Eric Roy peut devenir papa d'une minute à l'autre. Pour la première fois. La douce Laeticia s'apprêtant à lui donner une fille.

Une place de leader.

Un bébé.

Elle est pas belle, la vie...

Philippe CAMPS.
Mardi 27 Aout 2002
Tous droits réservés - © Nice-Matin






- Retour -







28e journee de Ligue 1
sam. 07/03/2020 à 20h


Nice - Monaco : 2-1

Résumé » Photos » Vidéo »



Saison terminée, rendez-vous pour la saison 2020/2021



Pts J V N D Diff
 4.    Lille 49 28 15 4 9 +8
 5.    Reims 41 28 10 11 7 +5
 6.    Nice 41 28 11 8 9 +3
 7.    Lyon 40 28 11 7 10 +15
 8.    Montpellier 40 28 11 7 10 +1



   25e  sam. 15/02 (20h) Toulouse - Nice : 0 - 2
   26e  ven. 21/02 (19h) Nice - Brest : 2 - 2
   27e  dim. 01/03 (17h) Bordeaux - Nice : 1 - 1
   28e  sam. 07/03 (20h) Nice - Monaco : 2 - 1
   29e  dim. 15/03 (21h) PSG - Nice
   30e  sam. 21/03 (20h) Nice - Montpellier
   31e  dim. 05/04 (17h) Dijon - Nice



Actualité :  Les abonnés remboursés
Transferts :  Un mercato d'été actif
Actualité :  Nice 5e et européen ?
Actualité :  Nice en Europa League ?