59 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Nice calme les Messins



Presse :

Nice calme les Messins
Sport24, le 15/03/2008 à 22h42

Euphorique ces derniers temps, Metz s’est montré beaucoup trop maladroit pour pouvoir venir à bout de réalistes Niçois (1-2). Les Aiglons renouent enfin avec le succès et se replacent dans la course à l’Europe.

Compte Rendu du match
Le FC Metz si décrié et si raillé depuis le début de la saison allait-il enchaîner un troisième succès consécutif ? Totalement libéré de toute pression grâce à ce sentiment d'être de toute manière déjà condamné, le club lorrain accueillait des Niçois au ralenti (0 victoire lors des 7 dernières journées) et légèrement décramponnés des places européennes. Autant dire que ce duel opposant la lanterne rouge au 6e de L1 apparaissait moins déséquilibré que le classement le laissait entendre…

Nice contre le cours du jeu
Du reste, après vingt premières minutes bien ternes et jouées sur un rythme de sénateur, Metz se décidait à enflammer les débats. Kanté effectuait un tacle défensif magistral devant Gueye, prêt à fusiller Lloris (20e), avant une période de 10 minutes où Nice prenait l’eau de toutes parts, surtout sur coup de pied arrêté, devant la puissance physique et le culot des locaux. Lloris devait sortir le grand jeu sur une tête smashée d’Agouazi (24e) puis sur un tir en première intention de Gueye à la suite d’un action à la nantaise (28e). Et quand Lloris se ratait, il pouvait compter sur ses partenaires et en l’occurrence Ederson pour sauver sur sa ligne une frappe lobée d’Agouazi (25e). Des occasions manquées que les hommes de Pouliquen allaient amèrement regrettées. Sur le reculoir et incapable de produire du jeu face au bloc messin, Nice trouvait en effet le moyen d’ouvrir le score sur sa première frappe cadrée. Une action d’école avec à la clé un ballon piqué magique de Koné pour Bamogo qui fusillait le pauvre Marichez (0-1, 41e). KO debout, les Grenats étaient proches de la noyade. Heureusement pour eux, Bamogo perdait son duel avec le portier lorrain (44e). Et comble de malchance, Metz ratait l’égalisation juste avant la pause sur une incroyable mésentente entre François et N’Diaye, absolument seuls au deuxième poteau (45e+1) !

Une histoire de penalties
Et quoi de mieux qu’une égalisation dès le retour des vestiaires pour relancer le moral des Lorrains ? Celle-ci intervenait sur un penalty litigieux pour une faute de Lloris sur Gueye. Pjanic ne se posait pas de questions et se chargeait de la sentence (1-1, 48e). Dans la foulée, Pjanic se servait de l’appel de N’Diaye pour offrir un caviar à Gueye qui se déchirait complètement (49e). Mais l’euphorie ambiante ne durait pas. Car Cheikh Gueye commettait l’irréparable dans sa surface sur Bamogo. Une faute synonyme de penalty transformé par Ederson (1-2, 54e) et de gros coup de bambou sur les têtes lorraines. Le rythme de la partie retombait nettement avec des Messins frustrés et surtout usés physiquement. Du pain béni pour les Aiglons. D’autant que Metz continuait son festival de gâchis devant le but avec une tête de N’Diaye, au point de penalty, largement au-dessus (68e). Bien en place, les hommes d’Antonetti se contentaient eux de gérer tranquillement ce court et précieux avantage avec quelques escarmouches signées Modeste, fraîchement entré en jeu (77e, 83e). Malgré un dernier coup franc de Pjanic (89e), le score n’évoluait plus. Le Gym met fin à la belle série messine et se replace dans la course à l’Europe.

Le jeu et les joueurs
Metz peut s’en mordre les doigts. Avec un soupçon de réussite dans le dernier geste, les Lorrains auraient pu signer une troisième victoire consécutive. Emmené par un Barbosa des grands soirs dans son couloir gauche et véritable métronome du jeu messin, le club de Carlo Molinari aurait largement mérité de rejoindre les vestiaires à la pause avec un avantage au score grâce à la puissance de Diop ou encore de Delhommeau sur coup de pied arrêté. Mais à trop vendanger, la bande à Pjanic, une nouvelle fois excellent dans son rôle de meneur de jeu chargé de montrer la lumière, s’exposait à de graves déconvenues. Et cela n’a pas manqué d’arriver. Marichez n’a quasiment pas eu un arrêt à faire et pourtant, il est allé chercher le ballon deux fois au fond de ses filets.

Côté niçois, le strict minimum a suffi pour enregistrer une première victoire depuis 8 matches ! Muselés, Bamogo et Koné ont souffert pour pouvoir s’exprimer et semer la zizanie dans la défense adverse. Malgré un Laslandes très précieux dans un rôle de pivot et de remiseur. L’ancien Bordelais a couvert un terrain considérable pour créer des brèches. Et la seule fois où le trio d’attaquant est parvenu à combiner, cela s’est concrétiser par un but, juste avant la pause. Derrière, Balmont a dû s’employer pour répondre au combat physique imposé par les Lorrains. Le genre de match que l’ancien pitbull lyonnais adore. Quant à Lloris, il a sauvé la maison niçoise à quelques reprises en première période avec des interventions autoritaires. Un match parfait si ce n’est une sortie hasardeuse durant les 45 premières minutes qui aurait pu coûter cher.

Vincent Duchesne
Sport24







- Retour -







17e journee de Ligue 1
sam. 07/12/2019 à 20h


Nice - Metz : 4-1

Résumé » Photos » Vidéo »



  18e journee de Ligue 1
sam. 14/12/2019 à 20h



Pts J V N D Diff
 11.    Monaco 24 16 7 3 6 +1
 12.    Angers 24 17 7 3 7 -3
 13.    Nice 23 17 7 2 8 -2
 14.    Brest 21 17 5 6 6 +1
 15.    Strasbourg 21 17 6 3 8 -3



   14e  sam. 23/11 (17h30) Lyon - Nice : 2 - 1
   15e  sam. 30/11 (20h) Nice - Angers : 3 - 1
   16e  mer. 04/12 (19h) St-Etienne - Nice : 4 - 1
   17e  sam. 07/12 (20h) Nice - Metz : 4 - 1
   18e  sam. 14/12 (20h) Brest - Nice
   19e  sam. 21/12 (20h) Nice - Toulouse
   20e  sam. 11/01 (20h) Angers - Nice



Coupe de France :  Fréjus St Raphaël - Nic...
Actualité :  Le berger n'est plus
Ligue 1 :  Nice - Metz : 4 - 1