208 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Comme des Aiglons sans ailes



Presse :

Comme des Aiglons sans ailes
Sport24, le 05/04/2008 à 23h24

Bousculé par des Lillois bien compacts et plus mordants, Nice doit se contenter du nul au Stade du Ray (0-0). Ederson peut s’en vouloir d’avoir raté un penalty en première période.

Compte Rendu du match
Gagner pour rester dans le bon wagon menant à l'Europe. Tel était le leitmotiv des Niçois mais également des Lillois avant de s'affronter ce samedi au Stade du Ray. Avec une seule victoire au compteur en 10 matches, le Gym n'avait plus de temps à perdre. Mais face à des Dogues invaincus en déplacement depuis près de quatre mois mais surtout roi des nuls cette saison, la tâche s'annonçait corsée…

Le poteau d’Ederson
Du reste, Nice découvrait d’entrée l’ampleur de sa mission. Parfaitement regroupé, exerçant un pressing très haut, le LOSC bousculait les locaux malgré quelques petites frayeurs, comme sur cette tête de Kanté hors cadre (5e) ou encore sur une frappe en pivot de Koné bien trop molle (10e). Dans la foulée, les «Lucky-Luke» nordistes se mettaient en action mais Makoun oubliait d’appuyer son plat du pied (11e), Cabaye écrasait sa reprise (12e) tandis que Fauvergue, lui, trouvait les gants de Lloris (13e). Incapable de trouver un minimum d’espace et de solutions, le Gym s’en remettait à la vitesse de Koné qui semait la panique dans la défense lilloise. Rami, qui passait par là, cisaillait littéralement le petit Ivoirien dans la surface. Sans que l’arbitre ne daigne sortir un carton rouge incontestable. Pour couronner le tout, Ederson touchait du bois sur le penalty sifflé par monsieur Enjimi (23e). Une action qui avait le don d’élever la tension sur la pelouse et les bancs. Mais également de stopper Lille dans son élan. Résultat, hormis un missile sur coup franc de Bastos (32e), il fallait attendre les ultimes minutes de la première période pour s’enthousiasmer sur une frappe de Cabaye déviée par Apam juste au-dessus de la barre (42e) puis sur une tête de Rami à bout portant sorti par un réflexe étonnant de Lloris (43e).

Makoun trouve la barre
Au retour de la pause, les belles intentions du départ semblaient être restées aux vestiaires. Semblaient seulement car après dix premières minutes sporadiques marquées par une petite faute de main de Sylva (49e), le LOSC reprenait la direction des opérations. Davantage en mouvements, les Dogues arrosaient allègrement la cage niçoise. Makoun trouvait la barre sur une frappe en pivot (55e) tandis que Bastos (58e) et Frau, fraîchement entré en jeu (61e), ne parvenaient pas à mettre à contribution Lloris. Le Gym, lui, se heurtait à un véritable mur. Modeste pensait bien délivrer tout un stade en piquant son ballon par-dessus Sylva mais l’arbitre annulait son plaisir pour un hors-jeu incontestable (60e). Le match devenait alors un peu fou avec un tir de Lichtsteiner qui titillait le poteau (63e). Dans la foulée, Tafforeau sauvait la maison lilloise devant Modeste après un énorme travail de Koné (63e). Mais c’est bien Lille qui maitrisait les débats et se montrait le plus perforant. Surtout que les Aiglons tiraient la langue au fil des minutes. Il fallait un Lloris autoritaire devant Makoun (69e) et un brin chanceux sur une tête de Franquart après une sortie hasardeuse (76e) pour éviter aux Aiglons d’être déplumés. Malgré les efforts d’Ederson sur un magnifique coup franc (88e), puis de la tête (89e), rien ne sera marqué au Stade du Ray. Un nul qui n’arrange personne…

Le jeu et les joueurs
Dans un 4-4-2 en losange qu’affectionne tout particulièrement Frédéric Antonetti, Nice a manqué d’un point d’ancrage en l’absence de Laslandes. Modeste a eu beau se démener sur le front de l’attaque, il n’a jamais eu le même impact de Koné, virevoltant et à l’origine du penalty. La vitesse de l’ancien Lorientais a causé de gros soucis aux défenseurs lillois. Nice a manqué de simplicité dans son jeu et face à un bloc compact comme celui des Nordistes, ça ne pardonne pas. Ederson a raté le coche en première période avec ce penalty sur le poteau et n’a pas réussi à se faire pardonner par la suite. Sans un Lloris des grands soirs, auteurs de plusieurs interventions déterminantes, le Gym aurait même pu connaître une plus grosse déconvenue à domicile.

Les Lillois, eux, voyagent toujours aussi bien. Le 4-5-1 de Claude Puel empêche les équipes adverses de développer leur jeu et de trouver des solutions. Il faut dire que le trio Cabaye-Makoun-Mavuba s’entend à merveille. Ces trois-là assurent la couverture chacun leur tour et se projettent vers l’avant de manière soudaine ce qui provoque à chaque fois un surnombre. Bastos a une nouvelle fois fait admirer sa frappe de balle avec un minimum de réussite. Mais l’activité du Brésilien dans le couloir gauche a dû faire plaisir à son coach. Derrière, Rami et Franquart ne prennent jamais le moindre risque. Une solidité qui aurait dû être ébranlé par un carton rouge à l’encontre du néo-Bleu. Mais l’arbitre en a décidé autrement.

Vincent Duchesne
Sport24







- Retour -







27e journee de Ligue 1
ven. 26/02/2021 à 21h


Rennes - Nice : 1-2

Résumé » Vidéo »



  28e journee de Ligue 1
mer. 03/03/2021 à 19h



Pts J V N D Diff
 10.    Angers 36 27 10 6 11 -10
 11.    Bordeaux 33 27 9 6 12 -5
 12.    Nice 32 27 9 5 13 -6
 13.    Reims 31 27 7 10 10 -2
 14.    Brest 31 27 9 4 14 -10



   25e  sam. 13/02 (17h) PSG - Nice : 2 - 1
   11e  mer. 17/02 (21h) Marseille - Nice : 3 - 2
   26e  dim. 21/02 (15h) Nice - Metz : 1 - 2
   27e  ven. 26/02 (21h) Rennes - Nice : 1 - 2
   28e  mer. 03/03 (19h) Nice - Nimes
  lun. 08/03 (21h) Nice - Monaco
   29e  dim. 14/03 (15h) Lorient - Nice



Coupe de France :  Nice - Monaco en 16e de C...
Presse :  Metz enfonce Nice
Ligue 1 :  Nice - Metz : 1 - 2