114 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Monaco ploie, Nice y croit



Presse :

Monaco ploie, Nice y croit
Nice-Matin, le 08/04/2003 à 10h20

L'ASM défaite pour la deuxième fois consécutivement à domicile (après Bordeaux) laisse trop de points en route dans le sprint final. Pour les Aiglons, vainqueur deux fois cette saison face aux Monégasques, tout est bon à prendre en vue de l'Intertoto

« On s'est embourbés dans leur défense... »

Les mots sont de Jérôme Rothen. Ils résument à eux seuls quatre-vingt-dix minutes d'un derby azuréen qui, selon l'expression consacrée, ne restera pas dans les annales.

Un bourbier, oui.

Dimanche soir, le stade Louis II et les 18000 âmes - pour la plupart rouges et noires - qui lui prêtaient vie, n'auront pas appris grand-chose du football moderne.

Sinon que la détermination supplante parfois l'ambition. Et qu'à Monaco, le béton a encore de beaux jours devant lui.

Mais ne soyons pas bégueules !

Nice a fait avec ses moyens quand Monaco s'est montré plus que moyen.

Giuly s'en veut
Ce n'est pas Ludovic Giuly qui dira le contraire, l'homme au brassard ayant livré un match indigne de son talent : « J'ai un peu des remords par rapport à ma prestation qui n'a pas été bonne. J'ai manqué beaucoup d'occasions et je n'ai pas donné au jeu l'impulsion nécessaire. J'ai les''boules'' contre moi et pour cette raison j'ai envie d'oublier vite Nice et de réagir tout de suite sur le terrain pour faire en sorte que l'équipe me suive et ne baisse pas les bras. »

Oublier vite Nice, c'est sans doute... vite dit ! Car qu'ils le veuillent ou non, cette saison, les Monégasques ont concédé six points au voisin venu d'en bas.

Evidemment, le son de cloche diffère radicalement dans le camp opposé. José Cobos, capitaine courage aux interventions rageuses dimanche soir, savourait à juste titre ce succès :

« On n'avait pas été récompensés par les résultats ces derniers temps mais nous n'avions pas baissé les bras. On a fait un bon match à Lens mais on ne prend qu'un point, un bon match face à Lyon et on perd... Enfin, on a été récompensés par ce derby. On s'est montrés conquérants, on n'a rien lâché et on a joué. En fait on a su saisir notre chance. On avait envie de se faire plaisir mais aussi au public. Je dois dire que je les remercie d'être venus aussi nombreux et d'avoir joué leur rôle de douzième homme. »

Le message ira sans doute droit au cœur de « l'aficion » rouge et noire.

Du cœur, les Aiglons en avaient à revendre face à des Monégasques une fois encore décevants face à une bande de rebelles. « On est moins techniques que d'autres mais on a plus de cœur reconnait Eric Roy, dont le propos est toujours d'une rare pertinence. Une grande équipe est capable de s'arc-bouter dans les moments difficiles. Nous ne sommes pas une grande équipe mais on a réussi à le faire. »

Effectivement, cette « petite » équipe niçoise réussit souvent, là où précisément on ne l'attend pas.

Ou plus.

C'est tout l'art de Gernot Rohr que de savoir accommoder les ingrédients dont il dispose.

Ainsi cette rebuffade - du moins fut-elle vécue comme telle - à l'adresse de Diawara, relégué au rang de titulaire discutable.

Un Kaba marqué au fer rouge et l'œil noir. Mais quel œil et quel talent que ce ballon piqué se jouant des cent quatre-vingt-onze centimètres de Flavio Roma.

Rohr : « Ça s'est passé comme prévu »
Hier, depuis Paris où il assistait à une réunion du comité directeur de l'UNFP, Gernot Rohr, dans un langage très imagé, est revenu sur ce match et le banco payant à Monaco avec son attaquant.

« Après une nuit de recul, je pense que nous avons réalisé le match parfait. C'est rare car on prévoit souvent des choses et ça se déroule autrement. Là, ça s'est passé comme prévu. On avait construit une sorte de bunker en attendant que la guerre se passe pour pouvoir sortir le nez dehors ensuite ! C'est ce qui s'est produit en deuxième mi-temps. »

Pour ce qui est de Diawara, il s'explique sans détour : « Ma philosophie c'est que ce sont les meilleurs qui jouent, les plus en forme. Quel que soit le statut, le salaire ou autres. Là depuis les dernières semaines, Cherrad s'était montré à son avantage. Avant le match, j'ai expliqué à Kaba que je ne jouerais qu'avec une seule pointe et que ce serait Malek. Il a été vexé, heureusement d'ailleurs, mais il a été compréhensif et professionnel. Je le connais depuis longtemps, c'est quelqu'un de sensible. Il a su marquer ce but en profitant d'ailleurs du travail réalisé par Cherrad en première période. Toute l'équipe a bien travaillé dans l'ensemble, à l'image d'un Sammy Traoré excellent. »

Voilà Rohr et ses Aiglons nantis de trois unités bienvenues dans l'optique de l'Intertoto.

Monaco n'a pas avancé d'un pouce.

L'ASM demeure un dauphin présentable - au moins autant que l'OM - mais Bordeaux revient quatre à quatre.

Qu'en sera-t-il samedi soir à Ajaccio ?

Courbis qui assistait à la rencontre a sans doute sa petite idée sur la question.

Et à défaut de sabots, Rolland n'est surement pas homme à rester les deux pieds dans les mêmes... derbies.

Pamarot absent un mois
Victime d'une déchirure à la cuisse gauche, le défenseur niçois sera indisponible plusieurs semaines. Il a déjà commencé à suivre des séances en caisson hyperbare afin d'accélérer la cicatrisation. Gernot Rohr espère qu'il sera de retour pour Nice-Sedan (3 mai).

Christophe DEPIOT.
Mardi 08 Avril 2003
Tous droits réservés - © Nice-Matin






- Retour -







10e journee de Ligue 1
ven. 18/10/2019 à 20h45


Nice - PSG : 1-4





  11e journee de Ligue 1
sam. 26/10/2019 à 20h



Pts J V N D Diff
 7.    Montpellier 14 9 4 2 3 +2
 8.    Marseille 13 9 3 4 2 -1
 9.    Nice 13 10 4 1 5 -4
 10.    Rennes 12 9 3 3 3 +1
 11.    Amiens 11 9 3 2 4 -2



   8e  sam. 28/09 (20h) Nice - Lille : 1 - 1
   9e  sam. 05/10 (20h) Nantes - Nice : 1 - 0
  ven. 11/10 (15h) Nice - Lausanne : 0 - 0
   10e  ven. 18/10 (20h45) Nice - PSG : 1 - 4
   11e  sam. 26/10 (20h) Strasbourg - Nice
  mer. 30/10 (18h45) Le Mans - Nice
   12e  dim. 03/11 (17h) Nice - Reims