171 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Ben Arfa ne se considère pas comme un génie


Presse :

Ben Arfa ne se considère pas comme un génie
Football365, le 05/01/2015 à 21h17

Dans une salle de presse pleine à craquer, Hatem Ben Arfa est revenu lundi sur les raisons qui l'ont poussé à signer à Nice. Convaincu par le discours de Claude Puel et par la présence au club de Julien Fournier, l'international français assure qu'il souhaite avant tout prendre du plaisir sous ses nouvelles couleurs.

- Hatem Ben Arfa, pourquoi avez-vous fait le choix de l’OGC Nice alors que vous étiez en contact avec d’autres clubs ?
J’étais en contact avec Mathieu Bodmer, on a discuté et il m’a demandé si ça m’intéressait de venir à Nice. Je lui ai dit que ça m’intéressait, bien sûr. C’est un club qui a une grosse histoire et c’est un bon club. Pour moi, c’est très bien de revenir en L1. Mathieu m’a dit ensuite que le directeur général était Julien Fournier. Quelqu’un que j’avais connu à Marseille et avec qui j’ai de très bonnes relations. On a discuté longuement. C’est quelqu’un en qui j’ai confiance. Et j’avais besoin de retrouver des gens avec qui j’ai de bonnes relations humaines et qui ne me jugent pas, comme les gens peuvent me juger à travers la presse. C’était intéressant pour moi de venir ici. Ce sont les deux choses qui ont fait que je sois venu. Et, après, j’ai vu le coach (Claude Puel), j’ai bien aimé son intégrité. Quand il m’a parlé de football, ça a collé immédiatement. Et au bout de dix minutes, mon choix était fait. Même si le Real Madrid était venu, à ce moment-là, c’était fini. Mon choix était fait.

- Comment en étiez-vous arrivé à parler de Nice avec Mathieu Bodmer ?
On avait discuté. Il m’avait demandé ce que j’allais faire. Je lui avais dit que je pensais partir et que ça m’intéresserait de venir en France, et c’est parti de là. Moi, je ne savais pas que Julien Fournier travaillait ici. Dès que j’ai su ça, ça a été très important pour moi et une grosse partie du travail était faite.

- Avez-vous la sensation de jouer votre dernière carte ?
Oui, au niveau football, peut-être. Mais pour moi, le plus important, c’est de prendre du plaisir sur le terrain, de pouvoir m’accomplir en tant que footballeur et d’aider ce club avec mes qualités.

- Comment Claude Puel vous a-t-il convaincu de venir jouer à Nice ?
Déjà, avant tout, j’ai aimé l’être humain. A travers la presse, etc, j’avais quand même des a priori. Car on disait que c’était une personne très dure, très rigide. Mais quand je l’ai vu, j’ai vu que c’était une personne intègre, avec de vraies valeurs humaines. Et niveau football, vous savez comme moi qu’il connaît parfaitement son sujet. Il voulait m’intégrer dans un collectif et son discours m’a plu immédiatement.

- Comprenez-vous que votre choix de signer à Nice ait pu étonné certaines personnes ?
Oui, ça peut étonner, bien sûr. Je ne peux pas me mettre à la place des gens. Ils pensent ce qu’ils veulent, mais pour moi, c’est un très bon choix. C’est un club qui a une grande histoire, qui est en train d’essayer de faire quelque chose. Et pour moi, m’intégrer dans cette équipe, c’est une bonne chose. Je le vois vraiment comme une chose très intéressante pour moi, et je suis vraiment très content d’avoir signé dans ce club.

- Avez-vous des objectifs en termes de jeu sur les six mois qui arrivent ?
On verra comment ça va se dérouler. Moi, ce que je veux, c’est retrouver le terrain, prendre du plaisir. Et gagner. Car je suis un compétiteur, et je veux gagner.

- Pensez-vous avoir suffisamment d’expérience pour ne plus faire d’erreurs, comme vous avez pu en faire par le passé ?
J’ai 27 ans. J’ai beaucoup d’expérience. Des bonnes et des mauvaises expériences. Je n’ai pas que de mauvaises, mais j’espère bénéficier un jour de toutes ces expériences. J’espère en bénéficier ici à Nice et pouvoir concrétiser tout ce que j’ai appris durant ma carrière.

- Avez-vous envie de retrouver des joueurs de L1 en particulier ?
Déjà, ça fait plaisir de retrouver Florent Malouda (Metz), car j’ai joué avec lui. Après, quand on retrouve sur le terrain des joueurs qu’on connaît, ça fait plaisir. Mais ça, c’est après le match. Mais c’est vrai que ça va faire plaisir de retrouver des joueurs avec lesquels j’ai évolué par le passé. Je voulais vraiment revenir en France. C’est ici que j’ai grandi et c’est la culture dont j’ai bénéficié quand j’étais petit. Revenir en France, c’était important pour moi. A Nice, il y a tout le cadre nécessaire pour pouvoir m’exprimer et être moi-même.

- Comment résumeriez-vous votre passage en Angleterre ?
J’ai vécu beaucoup de bonnes expériences, j’ai appris beaucoup de choses. Je vais répéter toujours les mêmes choses. J’ai appris beaucoup, c’est vrai. J’ai eu une grosse blessure aussi, mais le plus important, c’est d’avoir accumulé toute cette expérience, qu’elle soit bonne ou mauvaise.

- Que répondez-vous à ceux qui disent que vous arrivez chez le 11eme de L1 après avoir connu Lyon, Marseille et l'Angleterre ?
Est-ce que c’est gênant ? Non, pas du tout. Nice est un club qui a une histoire et les gens qui sont ici sont des gens ambitieux. Si ces personnes sont ici, c’est pour faire quelque chose. Il peut y avoir des clubs mieux classés aujourd’hui, mais il faut du temps pour faire quelque chose et Nice est en train de construire quelque chose. Et je vois ça comme quelque chose de très bon pour moi.

- Que pensez-vous apporter à Nice ?
Déjà mes qualités sur le terrain, et mon expérience par rapport à tout ce que j’ai pu vivre en tant que footballeur. Il y a beaucoup de jeunes joueurs, je pense que je peux aussi leur apporter cette expérience. Mon état de forme est très bon aujourd’hui. Je vais faire des tests avec le préparateur pour voir mon niveau actuel, mais je me sens bien. Jouer dès samedi ? Demandez au coach, qu’est-ce que j’en sais moi !

- Vous souvenez-vous de votre premier match en L1 ?
Oui, c’était avec Lyon à Nice, au stade du Ray en août 2004. C’est peut-être un signe du destin. Je me rappelle que le capitaine de Nice, c’était Echouafni. Et c’est tout. Aujourd’hui, dans le staff, je connais Julien Fournier, car j’ai travaillé avec lui à Marseille. Après, dans l’équipe, je connais Souleymane Diawara, Mathieu Bodmer, Didier Digard. Ce sont les joueurs que je connais très bien. J’ai vu le match contre Lens. Il y a vraiment de bons joueurs. Contre Lens, on voyait que l’équipe essayait de se procurer des occasions. Après, il faut un peu plus de finition. En seconde période, c’était un peu délicat contre Lens. En plus, le terrain était un peu difficile. Mais je vais apprendre à les connaître à l’entraînement parce que je ne suivais pas trop la Ligue 1.

- Pensez-vous traîner encore aujourd’hui comme un boulet votre image de surdoué ?
Mais ça, ce sont les journalistes qui disent que je suis un génie, tout ça. Moi, je me considère comme un joueur qui prend du plaisir sur le terrain, qui fait son maximum. Le reste, ça ne m’intéresse pas. L’équipe de France ? Je n’y pense pas du tout. Je suis venu ici parce que j’avais besoin de revenir en France et de retrouver des gens avec qui je puisse bien travailler.

- Vous devez être très impatient de faire vos débuts sous le maillot niçois…
Oui, je suis impatient, mais pas si impatient que ça. Il faut faire les choses bien. Est-ce que je serai prêt ou pas, on va voir. Quand je regardais les matchs au stade du Ray, il y avait une grosse ambiance. Les supporters sont très chauds. C’est très bien. Là aussi, c’est important pour moi d’avoir des supporters comme ça. Car quand ça marche bien, ça peut faire beaucoup d’ambiance et tout le monde peut prendre beaucoup de plaisir. Je suis vraiment impatient de retrouver les supporters de l’OGC Nice. C’est important d’avoir de bonnes relations avec les supporters, parce que, comme nous, ils font partie du club. On travaille ensemble. Les supporters aiment le football, donc, forcément, quand on prend du plaisir sur le terrain, on leur en donne. Le foot, ça reste un spectacle avant tout.






- Retour -







17e journee de Ligue 1
sam. 07/12/2019 à 20h


Nice - Metz : 4-1

Résumé » Photos » Vidéo »



  18e journee de Ligue 1
sam. 14/12/2019 à 20h



Pts J V N D Diff
 11.    Monaco 24 16 7 3 6 +1
 12.    Angers 24 17 7 3 7 -3
 13.    Nice 23 17 7 2 8 -2
 14.    Brest 21 17 5 6 6 +1
 15.    Strasbourg 21 17 6 3 8 -3



   14e  sam. 23/11 (17h30) Lyon - Nice : 2 - 1
   15e  sam. 30/11 (20h) Nice - Angers : 3 - 1
   16e  mer. 04/12 (19h) St-Etienne - Nice : 4 - 1
   17e  sam. 07/12 (20h) Nice - Metz : 4 - 1
   18e  sam. 14/12 (20h) Brest - Nice
   19e  sam. 21/12 (20h) Nice - Toulouse
  dim. 05/01 (17h15) Frejus St Raphael - Nice



Coupe de France :  Fréjus St Raphaël - Nic...
Actualité :  Le berger n'est plus
Ligue 1 :  Nice - Metz : 4 - 1