152 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Le procureur lance l'opération « stade propre »



Presse :

Le procureur lance l'opération « stade propre »
Nice-Matin, le 28/02/2004 à 17h50

Dimanche soir, au Ray, la moindre dérive « hooligane » sera immédiatement sanctionnée par la police. Dix ans après l'affaire Tapie, le procureur fait un retour en force dans la galaxie foot à la demande de l'OGCN.

« Ceux qui auront le malheur de se faire prendre en flagrant délit de hooliganisme auront affaire immédiatement à la police et, dans la foulée, à la justice. » Dimanche, lors du derby OGCN-OM, le procureur Eric de Montgolfier montera au stade. Et ce ne sera pas pour le foot !

Son seul fanion sera « le glaive de la justice ». Ses armes de dissuasion qu'il escompte massives : les dix-sept caméras, installées début janvier, aux quatre coins du Ray. Et qui, pour la première fois, seront effectivement opérationnelles.

Résultat : le moindre jet d'objet sur la pelouse ou les supporteurs adverses, le plus insignifiant tir tendu de fusée d'une tribune à l'autre, voire le plus discret embrasement de fumigène sera passible d'une interpellation immédiate.

Probablement d'une garde à vue et, de toute façon, d'une comparution immédiate dès lundi matin à la barre du tribunal correctionnel de Nice.

« Je croyais bien connaître le foot »

Avis aux supporteurs ou plutôt au pseudo supporteurs ! Qu'ils soient d'ailleurs Niçois ou Marseillais. « La justice n'est pas chauvine. » Ce dispositif « hooliganisme zéro » sera désormais reconduit systématiquement au Ray. Et à l'unisson d'André Bloch, l'ancien commissaire de la PJ devenu responsable de la sécurité du club, et de Jean-Luc Bailet, le directeur général, le procureur assure qu'il ne s'agit pas de menaces en l'air.

Pendant que Drogba en découdra avec Everson, le procureur n'aura d'yeux dimanche que pour les tribunes. A travers le prisme grossissant de la batterie d'écrans de contrôle, il prévient : « Je ne laisserai rien passer. »

Cinquante policiers, en tenue ou en civil, seront en alerte dans l'enceinte du Ray. Disséminés dans les tribunes. En liaison radio permanente avec le procureur, ils se tiendront prêts à intervenir en direct.

Mesure d'exception ? Non, assure le procureur, même si le retour d'Eric de Montgolfier sur le terrain du foot, dix ans après l'affaire Tapie, ne passe pas inaperçu : « Je croyais bien connaître le football. Je me trompais. Lors de réunions que nous avons eues avec les responsables de l'OGCN, j'ai été effaré. Je n'imaginais pas que le foot puisse à ce point être l'occasion pour certains voyous de casser, de frapper, d'humilier. Il est donc temps que force revienne à la loi. ».

Mais pourquoi aujourd'hui ? Est-ce parce que l'OM se déplace en terre azuréenne ? Pure coïncidence, certifie André Bloch et Jean-Luc Bailet qui sont un peu, beaucoup à l'origine de cette opération « stade propre ».

Les cancres de la L1

La ligue de football, ainsi que le ministère de la Justice et de l'Intérieur ne leur avaient, il est vrai, pas vraiment laissé le choix. Alors que les grands clubs français ont plus que commencé à faire le tri entre supporteurs et casseurs, le Gym était quelque peu en retard.

« Nous tentions de régler ces dérives par le dialogue. Sans vrai succès hélas. Avec 112.500 euros d'amende depuis le début de la saison, nous sommes en effet les cancres de la L1, juste derrière Paris et Marseille. »

André Bloch, l'ancien commissaire de la PJ devenu responsable de la sécurité du club, et Jean-Luc Ballet, le directeur général, examinent des tirages photos réalisés à partir des caméras de surveillance.

« Basta ! » Cela ne pouvait plus durer. D'autant qu'à partir de juillet 2004, les critères d'homologation pour la L1 et pour l'UEFA seront terribles en matière de sécurité. D'où ce « vidéo carton rouge » que l'OGCN sort sans état d'âme. Mais sans prendre personne en traître, insiste l'ex commissaire de la PJ de Nice. « Nous avons prévenu tous les clubs de supporteurs. Ils nous soutiennent et vont jouer le jeu.»

Au petit bémol près toutefois que la Brigade Sud, l'ARN ou le Club des supporteurs de l'OGCN peuvent se porter garants de leurs troupes, pas des éléments isolés. Pas de problème : de ceux-là, le procureur a décidé de s'en charger... au gré d'un marquage vidéo à la culotte.


112 500 € d'amende sur treize matchs

112 500 € d'amende depuis le début de la saison « Il n'y a que deux clubs qui fassent pire que nous le PSG et l'OM. On est donc les derniers de la classe puisque ces clubs tournent à 55 000 et 45 000 spectateurs de moyenne... là où nous tournons à 12 000 », constate André Bloch.

Treize des vingt-trois matches disputés à domicile et à l'extérieur par l'OGCN se sont, il est vrai, soldés par des peines d'amende : 7.000 € à Auxerre le 2 août, 2.000 € contre Sochaux le 9 août, 30.000 € contre Lille le 20 septembre, 1.000 € à Marseille le 27 septembre, 5.000 € contre Bordeaux le 25 octobre, 5.000 € contre Bastia le 8 novembre, 2.500 € contre Metz le 29 novembre, 10.000 € contre Montpellier le 6 décembre, 1.000 € à Toulouse le 13 décembre, 5.000 € contre Metz le 17 décembre, 3.000 € contre Guingamp le 20 décembre, 1.000 € à Sochaux le 10 janvier, 20.000 € à Saint-Etienne le 14 janvier, 15.000 € à Monaco le 21 janvier et 5.000 € contre Lens le 7 février.


Jean-François ROUBAUD
Nice-Matin







- Retour -







28e journee de Ligue 1
mer. 03/03/2021 à 19h


Nice - Nimes : 2-1

Résumé » Photos » Vidéo »



  16e de finale de CDF
lun. 08/03/2021 à 21h



Pts J V N D Diff
 9.    Rennes 39 28 10 9 9 +2
 10.    Angers 39 28 11 6 11 -9
 11.    Nice 35 28 10 5 13 -5
 12.    Reims 34 28 8 10 10 -1
 13.    Brest 34 28 10 4 14 -8



   11e  mer. 17/02 (21h) Marseille - Nice : 3 - 2
   26e  dim. 21/02 (15h) Nice - Metz : 1 - 2
   27e  ven. 26/02 (21h) Rennes - Nice : 1 - 2
   28e  mer. 03/03 (19h) Nice - Nimes : 2 - 1
  lun. 08/03 (21h) Nice - Monaco
   29e  dim. 14/03 (15h) Lorient - Nice
   30e  dim. 21/03 (20h) Nice - Marseille



Coupe de France :  Nice - Monaco : le groupe...
Coupe de France :  Nice - Monaco : les échos