155 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > L'ascension de Kamel Larbi



Presse :

L'ascension de Kamel Larbi
Tendance Foot, le 15/04/2005 à 16h59

Contre Auxerre, déjà, en fin de saison passée, il avait justifié la confiance de son entraîneur, Gernot Rohr, en marquant un but. Le 2 avril dernier, contre Saint-Etienne, Kamel Larbi a remis ça. Pour sa deuxième titularisation en Ligue 1 de la saison, une semaine après Istres (il avait également été aligné contre Reims en Coupe de France), il a inscrit son deuxième but chez les professionnels. Un but plein de sang froid (lob devant le gardien), signe évident que le joueur est doué.

Pour ce jeune garçon de 20 ans qui, voilà un an, évoluait avec les 18 ans Nationaux du club, avant de passer par l’échelon obligatoire CFA, l’ascension fut rapide. Sa récente éclosion est également la preuve que l’OGC Nice sait former des joueurs de talent.

Tendance Foot est allé à la rencontre de Kamel, qui a bien voulu évoquer avec une grande gentillesse les différentes étapes de sa jeune carrière.

Les débuts à Vence
J’y ai joué de la catégorie débutants jusqu’aux 13 ans. Puis, j’ai signé deux ans à l’US Cagnes-sur-Mer, et deux ans au Cavigal Nice. La saison 2004-2005 est ma troisième à l’OGC Nice.

L’entraîneur le plus marquant
Eric Aubert. C’est vraiment lui qui m’a formé à mes débuts, à Vence. En plus, à chaque fois que je montais de catégorie, il changeait lui aussi, ce qui lui a permis de me suivre.

Sa venue à Nice
Je crois que tout s’est passé lorsque j’étais au Cavigal Nice, lors d’une rencontre entre M. Azzopardi, l’un des entraîneurs, et Gaby Desmenez. De toute façon, c’était mon objectif. Je voulais aller dans une structure professionnelle. Son comportement Au Cavigal, je parlais beaucoup sur le terrain. Trop même. Parfois, j’insultais même les joueurs. Je me souviens notamment d’une bagarre à Hyères : je m’étais battu avec Lalabouali, qui par la suite est devenu un coéquipier à Nice ! C’est moi qui avais tout déclenché, et je n’avais pas été sanctionné, alors que quatre joueurs ont été expulsés. Je me suis bien calmé depuis.

Son poste de prédilection
Au Cavigal, j’aimais bien jouer collectif, et quand j’en voyais certain qui jouaient de façon trop personnelle, cela m’énervait. Depuis que je suis tout petit, j’ai toujours aimé jouer au poste de N°6. Malheureusement, c’est trop tard maintenant pour revenir à mes premières amours. Parce que dès que je suis arrivé au Gym, on m’a demandé de jouer devant. Mais comme j’ai marqué une quinzaine de buts lors de ma première saison, puis 18 la deuxième (plus le but face à Auxerre en L1), il est trop tard maintenant pour revenir en arrière ! Pourtant, je suis persuadé que j’aurais été plus performant si j’avais continué à ce poste. J’aimais bien également jouer en N°10.

Ses débuts au Gym
Lors de ma première saison, j’ai joué avec les 18 ans Nationaux, sous la coupe d’Alain Wathelet. J’ai même été champion de France l’an passé avec eux. Dans cette équipe, je connaissais déjà quelques joueurs, comme Franck Padovani, que j’avais croisé sur les terrains lorsqu’il jouait à l’ESO Victorine. Puis, la deuxième saison, j’ai intégré le CFA avec Gérard Buscher, et j’alternais entre les deux catégories. Avec les 18 ans, on n’a pas perdu un seul match de la saison. On était vraiment une équipe de potes.

Ses débuts en CFA
C’était contre Martigues, à Charles Ehrmann. On avait perdu 1-0 mais cela s’était bien passé pour moi. Dans la foulée, j’avais joué contre la réserve de Marseille, où opéraient Flamini, Nasri et Yahiaoui. Et j’avais marqué ! En CFA, c’est plus physique, bien sûr, et plus costaud en défense. On prend plus de coups. En revanche, techniquement, le niveau était supérieur chez les jeunes.

Son premier doublé en seniors
Egalement contre Martigues, en CFA. On avait gagné 2-0 et j’avais marqué les deux buts. Un déclic. Je me rappelle qu’à mes débuts au centre de formation, je “pétais” un câble lorsque je ne marquais pas, et comme je jouais devant... Et puis, j’étais aussi énervé de ne pas jouer à mon poste. Les études J’étais en BEP vente mais ça ne me plaisait pas du tout. Je me suis fait “virer”, mais c’est normal, car je ne faisais rien. Je n’avais qu’une chose en tête : le foot.

La Ligue 1
Déjà, l’une des différences, c’est l’arbitrage. Je me souviens qu’avec l’équipe réserve, à Bayonne, l’an passé, on menait 1-0 à la 90e et on avait joué dix minutes de temps additionnel. Et Bayonne avait marqué deux fois. En Ligue 1, cela ne peut pas arriver. Depuis le début de l’année, je m’entraîne avec le groupe professionnel, alors que l’an passé, c’était de temps en temps. Je me souviens qu’un jour, alors que l’on s’entraînait sur le terrain du centre de formation, derrière le bâtiment, Gaby Desmenez était venu voir Gérard Buscher pour lui dire de me laisser à la disposition du groupe professionnel. Cela m’avait fait tout drôle. Mais je n’ai pas été impressionné tant que ça. Du moins pas trop dans le jeu.

Les sélections Espoirs
Si j’ai la possibilité de jouer avec l’Algérie, je ne vais pas m’en priver. J’ai le temps, jusqu’à 23 ans. En fait, ce sera au premier qui m’appelle, et si c’est la France, tant mieux. Mais je pense que je préférerais l’Algérie, cela ferait très plaisir à mes parents, qui m’ont toujours suivi, et qui ne m’ont jamais lâché. Ce serait une fierté pour eux. Et puis ça fait longtemps que je n’y suis pas allé, depuis l’âge de 8 ans je crois. J’ai d’ailleurs prévu d’y retourner avec des potes...

A.E.B.
Tendance Foot







- Retour -







28e journee de Ligue 1
mer. 03/03/2021 à 19h


Nice - Nimes : 2-1

Résumé » Photos » Vidéo »



  16e de finale de CDF
lun. 08/03/2021 à 21h



Pts J V N D Diff
 9.    Rennes 39 28 10 9 9 +2
 10.    Angers 39 28 11 6 11 -9
 11.    Nice 35 28 10 5 13 -5
 12.    Reims 34 28 8 10 10 -1
 13.    Brest 34 28 10 4 14 -8



   11e  mer. 17/02 (21h) Marseille - Nice : 3 - 2
   26e  dim. 21/02 (15h) Nice - Metz : 1 - 2
   27e  ven. 26/02 (21h) Rennes - Nice : 1 - 2
   28e  mer. 03/03 (19h) Nice - Nimes : 2 - 1
  lun. 08/03 (21h) Nice - Monaco
   29e  dim. 14/03 (15h) Lorient - Nice
   30e  dim. 21/03 (20h) Nice - Marseille



Coupe de France :  Nice - Monaco : le groupe...
Coupe de France :  Nice - Monaco : les échos