95 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Règlement de comptes à l’OGC Nice



Presse :

Règlement de comptes à l’OGC Nice
L'Humanité, le 27/04/2005 à 16h33

La photo de Maurice Cohen et Gernot Rohr bras dessus, bras dessous, qui illustre la dernière page du livre officiel du centenaire de l’OGC Nice, a brusquement jauni. Les « indissociables », principaux artisans, financier pour l’un et technique pour l, en 2002, de la remontée du Gym en Ligue 1 se sont séparés hier. Ou plutôt, le président a viré l’entraîneur dont le nom vient s’ajouter à la longue liste des techniciens du championnat professionnel remerciés cette saison (il est le neuvième). Ce faisant, Nice laisse partir, honteusement, un gentleman du football, courtois et cultivé, l’un des très rares entraîneurs dans ce milieu déshumanisé du foot-business à laisser, après les matchs, la porte des vestiaires ouverte à la presse.

PROCÉDURE DISCIPLINAIRE

Pourquoi ce brutal limogeage ? Il n’y avait pourtant pas le feu à la maison des Rouge et Noir. Certes, l’OGC Nice venait d’encaisser en ce mois d’avril deux défaites consécutives, l’une à domicile contre Caen (alors qu’une victoire l’aurait certainement mis à l’abri de la descente en L2), l’autre, plus logique, contre le PSG. Ce qui plaçait les coéquipiers de Cobos au dix-septième rang du championnat. Mais avec trois points d’avance sur Bastia, une longueur seulement de retard sur un petit groupe d’équipes à la portée d’un Gym au moral intact. Cette série de mauvais résultats, alors qu’il reste encore quatre matchs à jouer, ne compromettait donc pas définitivement l’objectif principal de la saison, à savoir le maintien en L1, synonyme de pactole à encaisser par le biais des droits télé pharaoniques que versera dès l’an prochain Canal Plus.

D’ailleurs, dans un entretien express accordé hier à Nice-Matin, le président Cohen affirme lui-même que « sans entrer dans les détails ce n’est pas qu’une raison sportive qui nous a poussés à agir ». Et dans son communiqué officiel annonçant la « suspension » de Gernot Rohr et « l’engagement d’une procédure disciplinaire pouvant aller jusqu’à la rupture de son contrat de travail (qui court jusqu’en juin 2007 - NDLR) », la direction de l’OGC Nice explique qu’il est reproché à l’entraîneur « un comportement et des prises de position incompatibles avec l’exercice normal de ses fonctions », et plus précisément « différents manquements à l’obligation de réserve ». Comment décrypter ces déclarations qui émanent plutôt d’une caserne que d’un club de football ?

Coïncidence ? Les relations entre la direction du club, dominée par l’ancien premier adjoint (UMP, ex-RPR) Gilbert Stellardo, qui brigue ouvertement la succession du maire (UMP, ex-FN) de Nice, Jacques Peyrat, et le coach allemand ont commencé à se gâter lorsque ce dernier s’est présenté, en juin dernier, à l’élection européenne dans le grand Sud-Est avec l’étiquette UDF. Ensuite, Gernot Rohr, tout auréolé des bons résultats d’une équipe considérée au début comme candidate à l’ascenseur pour la L2, mais qui finalement allait disputer l’Intertoto, a pris en main le recrutement à l’intersaison et s’est affirmé au fil de la saison comme une sorte de manager général du club tout en imprimant à son équipe un style offensif, ce qui ne faisait pas l’affaire de certains joueurs se liguant peu à peu contre lui.

UNE « MENTALITÉ PEU COMPATIBLE »

Pour la présidence, il était devenu en quelque sorte ce que Raffarin est à Chirac, mais la popularité parmi les supporters, revenus massivement au stade du Ray, en plus. En « patron » de la campagne des Rouge et Noir visant à accéder à une place qualificative en Coupe d’Europe, il avait, mais toujours très courtoisement, pointé certaines insuffisances du club (moyens financiers trop limités, stade et groupes de supporters indignes de la cinquième ville de France), ce qui avait visiblement indisposé une municipalité, de surcroît empêtrée dans une affaire de corruption concernant la maîtrise d’ouvrage du futur « grand stade ».

Bref, comme aurait dit Jacques Peyrat pour justifier la mise à l’écart de la société Obermayer des marchés publics du tramway, une « rigueur allemande peu compatible avec la mentalité niçoise ». À ce propos, Gérard Buscher, ancien porteur du maillot rayé (de 1992 à 1994) et entraîneur de l’équipe amateur, a déclaré, aussitôt sa prise de fonctions annoncée en remplacement de Rohr : « Cohen, Ricort (directeur sportif), Valencony (adjoint au nouvel entraîneur) et moi-même, il n’y a que des Niçois au Gym. On attendait ça depuis longtemps. Tout va maintenant se régler entre nous, entre amis. Avec l’adhésion du public, ça peut être sympa. » Tout en mettant ses espoirs de maintien dans un renouveau du patriotisme de club, on peut donc penser que le nouvel entraîneur va renforcer son milieu.

Philippe Jérôme
L'Humanité







- Retour -







28e journee de Ligue 1
sam. 07/03/2020 à 20h


Nice - Monaco : 2-1

Résumé » Photos » Vidéo »



Saison terminée, rendez-vous pour la saison 2020/2021



Pts J V N D Diff
 4.    Lille 49 28 15 4 9 +8
 5.    Reims 41 28 10 11 7 +5
 6.    Nice 41 28 11 8 9 +3
 7.    Lyon 40 28 11 7 10 +15
 8.    Montpellier 40 28 11 7 10 +1



   25e  sam. 15/02 (20h) Toulouse - Nice : 0 - 2
   26e  ven. 21/02 (19h) Nice - Brest : 2 - 2
   27e  dim. 01/03 (17h) Bordeaux - Nice : 1 - 1
   28e  sam. 07/03 (20h) Nice - Monaco : 2 - 1
   29e  dim. 15/03 (21h) PSG - Nice
   30e  sam. 21/03 (20h) Nice - Montpellier
   31e  dim. 05/04 (17h) Dijon - Nice



Actualité :  Les abonnés remboursés
Transferts :  Un mercato d'été actif
Actualité :  Nice 5e et européen ?
Actualité :  Nice en Europa League ?