145 connectés
Accueil > Multimedia > Interviews > José Cobos : « Encore quatre finales »


Interviews :

José Cobos : « Encore quatre finales »
Football365, le 28/04/2005 à 11h14

Visiblement très marqué par le licenciement de Gernot Rohr, le capitaine de l’OGCN, José Cobos a accepté de revenir pour Football365 sur les événements survenus ces derniers jours du côté de Nice. Pour l’ancien Parisien, plus le temps de se poser de question. La survie du club passe par le maintien.

- José Cobos, comment le groupe a-t-il vécu le licenciement de Gernot Rohr ?
Après deux ans et demi passés avec un entraîneur, on va devoir faire face à un nouveau changement. La faute à notre classement. On s’y attendait en raison des noms qui circulaient depuis un mois, un mois et demi. Et puis il y a eu ces deux dernières défaites (Ndlr : contre Caen et à Paris) qui nous ont fait très mal, ainsi qu’à l’entraîneur.

- Le président Maurice Cohen déclarait que les relations entre les dirigeants et l’entraîneur avaient eu des conséquences néfastes sur le groupe…
(Il coupe). Aujourd’hui, je ne parlerai que des joueurs et de ce que nous ressentons. Ce qui s’est passé entre l’entraîneur et le président, nous ne le saurons pas puisque nous n’étions pas dans le bureau.

- En tant que cadre et capitaine de cette équipe, avez-vous été consulté par les dirigeants pour évoquer l’avenir de Gernot Rohr ?
Consulté non. Mais le président m’a appelé tout de suite. Il m’a dit « tu es le deuxième que j’appelle après l’entraîneur. » Voilà comment les choses se sont passées. Nous n’avons pas à nous mêler de ce qui se passe entre le président et l’entraîneur. Nous devons rester encore plus soudés. Nous ne pouvons nous poser dix mille questions. Au contraire, il faut se mettre dans la tête qu’il reste quatre finales.

« Se serrer les coudes »

- A quel moment avez-vous senti que la situation se compliquait ?
C’est surtout cette défaite contre Caen (1-0) qui nous fait mal. On voulait assurer le maintien devant nos supporters, mais nous avons repoussé cette opportunité. C’est sûr que quand on est dans une situation comme la nôtre, qu’on descend encore et encore et qu’on ne se trouve plus qu’à trois points du premier relégable… (il hésite). Enfin, les dirigeants, le président, ont pris cette décision de licencier l’entraîneur.

- L’objectif est désormais clairement affiché…
L’objectif est le même. Il faut qu’on le comprenne. On s’est toujours intéressé au terrain et cela ne changera pas. Nous avons les moyens de rester en Ligue 1. A nous de reprendre confiance, mais surtout de bien avoir en tête cet objectif. On doit se serrer les coudes et ne pas se poser de questions.

- Les prochaines rencontres contre Nantes et Ajaccio risquent d’être décisives…
De toute façon, nous n’avons pas le choix. Ce match contre Nantes est très important. Nous avons la chance de récupérer nos blessés. Cette saison, les absences nous ont causé beaucoup de tort.

- Ces retours seront-ils déterminants ?
Je pense que pour un effectif comme le notre, les blessures et les suspensions, cela fait beaucoup. Ce groupe a de la qualité, mais il n’a pas eu la chance d’évoluer plus de deux matchs d’affilée avec la même composition. Leur retour est un atout supplémentaire pour reprendre de la confiance, mais surtout pour prendre les trois points contre Nantes.

« Une aventure extraordinaire »

- Après tout ce que vous avez vécu avec Gernot, avec notamment l’abandon des primes pour sauver le club, cela a dû être douloureux de le voir partir du club dans ces conditions ?
Bien évidemment, ça touche. Nous avons eu une aventure extraordinaire, et tout cela restera. Mais comme je le dis, la vie d’un club et notre avenir sont en jeu. De toute façon cette aventure restera extraordinaire. Un entraîneur qui reste aussi longtemps dans un club, c’est rare.

- Vous avez eu de ces nouvelles ?
Oui. Je pense d’ailleurs que tous les joueurs l’ont appelé.

« Je n’oublie pas notre rôle social »

- Une relégation serait un réel pas en arrière…
Nous évoluons dans une ville avec un soutient populaire immense. Je n’oublie pas notre rôle social. Pour tous ces enfants qui aiment le sport et le foot, avoir son club en Ligue 1 peut apporter énormément. Nous avons une pression sur les épaules. Une bonne pression puisque nous avons la chance de faire un sport pour lequel nos sommes suivis, parfois adulés, voire admirés. Il faudra gagner un match pour faire plaisir à toute cette ville.

- Qu’est ce que vous pouvez dire de la méthode de Gérard Buscher ?
On en parlera sur le terrain. La méthode on la connaît : tout faire pour gagner. On profite de la trêve pour travailler physiquement. Il faut que les blessés retrouvent la compétition rapidement car nous n’avons pas le temps. Il faut faire vite, d’où les deux matchs que nous devons disputer samedi et mercredi. Il y a eu de bons moments avec Gernot, mais j’espère qu’il y en aura d’autres avec Gérard Buscher.

Pierrick TAISNE
Football365







- Retour -







28e journee de Ligue 1
mer. 03/03/2021 à 19h


Nice - Nimes : 2-1

Résumé » Photos » Vidéo »



  16e de finale de CDF
lun. 08/03/2021 à 21h



Pts J V N D Diff
 9.    Rennes 39 28 10 9 9 +2
 10.    Angers 39 28 11 6 11 -9
 11.    Nice 35 28 10 5 13 -5
 12.    Reims 34 28 8 10 10 -1
 13.    Brest 34 28 10 4 14 -8



   11e  mer. 17/02 (21h) Marseille - Nice : 3 - 2
   26e  dim. 21/02 (15h) Nice - Metz : 1 - 2
   27e  ven. 26/02 (21h) Rennes - Nice : 1 - 2
   28e  mer. 03/03 (19h) Nice - Nimes : 2 - 1
  lun. 08/03 (21h) Nice - Monaco
   29e  dim. 14/03 (15h) Lorient - Nice
   30e  dim. 21/03 (20h) Nice - Marseille