175 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Nice, Acte II



Presse :

Nice, Acte II
L'Equipe, le 22/07/2005 à 17h57

Après avoir installé leur club en Ligue 1, les dirigeants azuréens veulent le propulser vers l’Europe d’ici à trois ans.

Après trois années passées à stabiliser le « Gym » en Ligue 1, les dirigeants niçois ont décidé d’enclencher la vitesse supérieure avec l’ambition de faire franchir au club un nouvel échelon. « Avec l’aide de Gernot Rohr, dont on n’oublie surtout pas le travail, on a réussi à installer l’équipe dans l’élite, lâche Maurice Cohen, le président. Mais il fallait passer à autre chose. » Et, pour passer à autre chose, Cohen a fait appel à Frédéric Antonetti en qui il voit le bâtisseur susceptible de poursuivre l’oeuvre entamée par le technicien franco-allemand. Avec des moyens supérieurs. Ainsi, le budget, calculé en fonction d’une 17e place en Championnat et de deux éliminations d’entrée en Coupe de France et en Coupe de la Ligue, est-il passé de 19 à 25 millions d’euros. Et Nice a cette fois consenti un bel effort dans le domaine du recrutement. « On a investi 5 millions d’euros dans l’arrivée de nouveaux joueurs. Pour nous, ça représente un gros effort », concède Cohen.
Anther Yahia (Bastia), Tchato (Kaiserslautern), Rool (Bordeaux), Bagayoko (Nantes) et Bakary Koné, le meilleur buteur du dernier Championnat de Ligue 2 (24 buts), avec Lorient, sont arrivés. Les années précédentes, quand le « Gym» achetait, c’était pour compenser certains départs. Là, les recrues se sont ajoutées à l’effectif en place puisqu’à l’exception notable de José Cobos, qui a raccroché, aucun cadre n’est parti.

Sammy Traoré : « Toujours la même ambiance »

D’ailleurs, Frédéric Antonetti ne cache pas sa satisfaction. Son souci permanent de structurer le club a été exaucé, par exemple dans le domaine de la vidéo, avec la mise en place au stade du Ray de huit capteurs destinés à disséquer le jeu de l’équipe, d’une salle vidéo et d’un système permettant d’enregistrer une quinzaine de matches par weekend. Et l’équipe mise à sa disposition lui convient parfaitement : « Je crois qu’on a fait un recrutement réfléchi par rapport aux moyens dont dispose actuellement le club. Je suis très content de ce que j’ai. »
Certes, le groupe, de près de 30 joueurs, demande à être resserré pour en arriver aux 21 ou 22 éléments que souhaite l’ancien coach de Bastia et de Saint-Étienne pour travailler correctement. Certes, un attaquant supplémentaire ne serait pas de trop à ses yeux. Mais l’état d’esprit « exemplaire » montré par les Niçois depuis le coup d’envoi d’une préparation corsée rendent Antonetti optimiste. « Il y a toujours la même ambiance dans l’équipe, note Sammy Traoré. Les anciens y tiennent et les nouveaux sont de bons mecs. On bosse bien. Il n’y a pas de raison que ça n’aille pas. »
A priori, tout est donc en place pour que Nice décolle, en termine une bonne fois pour toutes avec les sueurs froides de fin de saison et aille même voir un peu plus haut que le milieu de tableau. L’ambition et la motivation animent chaque composante du club, depuis le magasinier jusqu’à l’actionnaire majoritaire ; l’engouement est énorme chez les supporters. Et si le « Gym » n’entend surtout pas faire n’importe quoi et brûler les étapes, l’objectif est clair. « Notre but, c’est de construire une équipe qui soit capable d’entrer dans le top 8 et de jouer l’Europe d’ici à trois ans », annonce Cohen, approuvé par Antonetti, qui est sur la même longueur d’ondes. Dans trois ans, le « Gym » disposera d’un grand stade de 32 000 places. Le rendez-vous est pris.

L'objectif
Une place dans le milieu de tableau serait cette saison une satisfaction. « Faisons mieux que douzièmes, notre classement de l’an dernier », dit Sammy Traoré.
« L’important, c’est de bâtir et, surtout, de ne pas se faire peur », ajoute Maurice Cohen, le président.
En clair, Nice ne veut pas revivre les mêmes angoisses que la saison passée.« On veut bosser et vivre un Championnat tranquille, dit Antonetti. C’est-à-dire ne pas attendre la dernière journée, où ça se joue parfois sur un but marqué ou un but encaissé pour assurer le maintien. »

Le style
Fidèle aux principes qui lui ont valu de réussir tant à Bastia qu’à Saint-Étienne,
Frédéric Antonetti va très vraisemblablement disposer son équipe en 4-3-3. « En réalité, dit-il, le style de jeu que je préfère, c’est une espèce de 4-2-1-3 avec deux milieux défensifs et un milieu offensif derrière les attaquants. Mais je n’ai pas tout à fait les éléments pour pouvoir jouer de la sorte. Alors, je vais m’adapter. » Pas question, en revanche, de toucher à son immuable défense à quatre. « Ça, ça ne bougera pas, promet-il. Après, tout s’organisera en fonction des possibilités. Ça sera du 4-3-3 mais aussi parfois du 4-4-2. » Avec, sans doute,la recherche de l’insaisissable « Baky » Koné dans les espaces. – J.-P. Riv.

L'inconnue
Le brillant intérim de Gérard Buscher, qui a assuré le maintien en Ligue 1 lors des quatre derniers matches de la saison dernière, a permis de constater que les Niçois avaient fait leur deuil de la présence de Gernot Rohr, un entraîneur auquel ils étaient en majorité particulièrement attachés. Mais on peut se poser la question de savoir comment ils vont réagir à l’arrêt de José Cobos, qui, à trente-sept ans, a décidé de rejoindre le staff technique. Le doyen des footballeurs de L 1 était un phare pour ses coéquipiers, aussi bien sur le terrain que dans la vie du groupe, et son retrait va laisser un grand vide, même si des joueurs comme Sammy Traoré, promu capitaine, ou Balmont ont visiblement la carrure et la personnalité pour reprendre le flambeau.

J.-P. Rivais
L'Equipe







- Retour -







25e journee de Ligue 1
sam. 15/02/2020 à 20h


Toulouse - Nice : 0-2

Résumé » Vidéo »



  26e journee de Ligue 1
ven. 21/02/2020 à 19h



Pts J V N D Diff
 7.    Strasbourg 37 25 11 4 10 +3
 8.    Reims 36 25 9 9 7 +4
 9.    Nice 36 25 10 6 9 +2
 10.    Bordeaux 35 25 9 8 8 +7
 11.    Lyon 34 25 9 7 9 +12



   22e  dim. 02/02 (15h) Nice - Lyon : 2 - 1
   23e  mer. 05/02 (19h) Reims - Nice : 1 - 1
   24e  sam. 08/02 (20h) Nice - Nimes : 1 - 3
   25e  sam. 15/02 (20h) Toulouse - Nice : 0 - 2
   26e  ven. 21/02 (19h) Nice - Brest
   27e  dim. 01/03 (17h) Bordeaux - Nice
   28e  sam. 07/03 (20h) Nice - Monaco



Presse :  Nîmes enchaine