179 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Nice - Guingamp : les joueurs



Presse :

Nice - Guingamp : les joueurs
Nice-Matin, le 02/02/2003 à 08h09

Un buteur nommé Pamarot

Ils voulaient effacer le revers marseillais. Ils souhaitaient atteindre les 42 points. Ils désiraient retrouver le trio de tête.
Voilà qui est fait. Avec la manière. Hier soir, les Aiglons ont repris de l'altitude.
Ils sont si bien là-haut...

GREGORINI. - Il avait délaissé son traditionnel maillot orange pour une superbe tenue noire. Une fois encore, au Ray, il aura porté le deuil des illusions adverses. Le voilà toujours invaincu, à la maison, depuis le 24 aout. Une éternité. Dix matchs de championnat sans se courber. Une performance. En première période, seuls deux ballons aériens vinrent réchauffer ses gants glacés. Il boxa le premier. Cajola le second. Par la suite, la chance, qui colle aux grands, vint le seconder sur une tentative de Drogba finissant sur la transversale. Il boucla la soirée par un arrêt sans rature.

PAMAROT. - Ses potes (Varrault, Traoré...) ne le chambreront plus. Noé a marqué. Ce coup franc, il l'attendait depuis le début de la saison. « Everson frappe tout. Sauf les 6 mètres... », se marrait, récemment, le défenseur qui, lui aussi, a de la poudre dans le soulier. Hier soir, ''Evi'' a joué les généreux. Et Noé a pu s'offrir son premier but en L1. Un coup franc puissant et ciblé. Le buteur fit également son boulot défensif. Avec son sérieux habituel. Au-delà de l'ardeur qu'il mit dans toutes les batailles, il se permit un ou deux centres millimétrés. Dont un sur la tête d'un Diawara malheureux.

COBOS. - « Rendez-vous samedi ! », avait-il lancé aux sceptiques et autres esprits chagrins qui, après la défaite au Vélodrome, voyaient le Gym rentrer dans le rang. Il ne faut pas défier José. C'est un joueur, un fonceur, un gagneur, un leader. Alors, il aura tout mis en œuvre pour tenir sa parole et ses promesses. Calme dans les quelques tempêtes soufflées par les Bretons, il aura maintenu le bon cap. Celui de la victoire. « Le Gym a encore de beaux jours devant lui », jurait le réaliste à l'approche de ce rendez-vous. Le capitaine a toujours raison.

ABARDONADO. - Meilleur Niçois à Marseille, Pancho aura encore fait son match. Concentré, déterminé, il se mit Bardon dans la poche. L'attaquant disparut de la circulation. A un point tel qu'il resta au vestiaire à la pause. C'est Drogba qui le remplaça. Plus grand, plus puissant, il géna davantage le défenseur niçois qui s'en sortit pourtant sans casse. Du très bon ''Pancho''. Ce n'est pas une nouveauté.

VARRAULT. - Après un début un peu timide, l'homme de couloir frappa à la bonne porte. Celle de l'audace. Ainsi, lui aussi, œuvra dans le but de déverrouiller le système guingampais. Il promena rigueur et envie sur une aile gauche qui semblait lui appartenir.

BIGNE. - Sa première action fut un régal. Plus exactement, un slalom. Géant. En deux feintes et quatre passements de jambes, il enrhuma trois rivaux saisis d'effroi. Remuant, combattif, il empoisonna, sans cesse, la vie de ses cousins de Bretagne. Certes, ses derniers gestes furent parfois raturés, mais il lutta, sans relâche, afin de semer le désordre dans le camp d'en face. Coupé en deux par le dénommé Guillaume, il rassembla ses forces pour finir fort. Il signa, aussi, une volée (prolongée par Diawara) qui aurait pu doubler l'addition.

ROY. - Très utile dans les airs (il écarta deux ou trois ballons bouillants), extrèmement précieux au ras des débats (interventions nettes, passes judicieuses), il fut l'auteur d'un match plein. Techniquement très à l'aise, il mit les siens dans le bon sens. Toujours lucide, même au cœur du combat, il favorisa la cohérence du jeu. Une excellente note.

PITAU. - Comme face à Paris, c'est lui qui déclencha la première frappe de la rencontre. Une volée culottée mais non cadrée. Puis, il multiplia les gestes limpides et efficaces. Véritable boite à idées, il fut à l'origine de la grande majorité des mouvements niçois. Dès le début de la seconde mi-temps, il fut bien près de mettre les Guingampais KO. Le Crom sauva les siens du malaise. Malgré un problème à la cuisse gauche, il termina en boulet de canon. Récupérations, relances, ouvertures à l'aveugle, volées. Ce fut le festival Pitau. Jusqu'où ira-t-il ? Le Pitau pourrait monter très haut...

EVERSON. - Lors d'un choc terrible avec Yahia, il devint la cible des visiteurs du samedi. Il en faut bien plus pour effrayer le Brésilien. Très offensif, il se mit au service du duo Cherrad-Diawara. Poussées, percées, ouvertures, combinaisons, il lézarda, plus d'une fois, le mur blanc. Son coup franc flottant (55e) aura rougi les mains gantées de Le Crom. « J'espère trouver un second souffle », glissait-il lors de l'avant-match. C'est fait. demandez aux Guingampais. Ils vacillent encore devant les effets de la tornade rouge et noire.

CHERRAD. - A droite, à gauche, au centre. Il aura dévoré les espaces avec un appétit d'ogre. Il en voulait. Généreux, il se mit au service de l'équipe et de son complice Kaba. Suite à un super contrôle orienté, on le vit mettre son garde du corps dans le vent avant d'offrir une merveille de passe en retrait à Diawara. Puis, c'est Pitau qu'il décala parfaitement. Passeur, jamais poseur, il donna tout avant d'etre remplacé par Mionnet à onze mintes du verdict. Celui-ci plaça une tête sauvée par un Le Crom bondissant.

DIAWARA. - S'il n'a pas marqué, il s'est fait remarquer. Dans tous les bons coups, il se créa plusieurs occasions franches. Guerrier du front de l'attaque, il fut toujours bien placé. Mais le poteau, Le Crom ou un manque de réussite l'empêchèrent de grossir son capital but. Le flair aiguisé, il fut l'homme du dernier geste. Comme cette reprise accrobatique (20e) qui s'en alla fracasser le montant droit d'un le Crom béni. Frappes, têtes, déviations. Intérieur ou bout du pied. Kaba aura tout tenté. Sans réalisme, mais avec une flamme qui continue d'éclairer le chemin du Gym.

Philippe CAMPS.
Dimanche 02 Fevrier 2003
Tous droits réservés - © Nice-Matin






- Retour -







28e journee de Ligue 1
sam. 07/03/2020 à 20h


Nice - Monaco : 2-1

Résumé » Photos » Vidéo »



Saison terminée, rendez-vous pour la saison 2020/2021



Pts J V N D Diff
 4.    Lille 49 28 15 4 9 +8
 5.    Reims 41 28 10 11 7 +5
 6.    Nice 41 28 11 8 9 +3
 7.    Lyon 40 28 11 7 10 +15
 8.    Montpellier 40 28 11 7 10 +1



   25e  sam. 15/02 (20h) Toulouse - Nice : 0 - 2
   26e  ven. 21/02 (19h) Nice - Brest : 2 - 2
   27e  dim. 01/03 (17h) Bordeaux - Nice : 1 - 1
   28e  sam. 07/03 (20h) Nice - Monaco : 2 - 1
   29e  dim. 15/03 (21h) PSG - Nice
   30e  sam. 21/03 (20h) Nice - Montpellier
   31e  dim. 05/04 (17h) Dijon - Nice



Actualité :  Les abonnés remboursés
Transferts :  Un mercato d'été actif
Actualité :  Nice 5e et européen ?
Actualité :  Nice en Europa League ?