51 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Nice remet ça



Presse :

Nice remet ça
Sport24, le 18/02/2009 à 00h35

Comme au Mans trois jours plus tôt, Nice s’est imposé dans les ultimes secondes sur la pelouse de Nancy (1-2). Une victoire qui raccroche l’OGC dans le wagon des candidats à l’Europe.

Compte Rendu du match
Vainqueur in extremis au Mans (1-2), Nice avait la possibilité de se rapprocher du haut de tableau et des candidats aux places européennes en cas de succès à Nancy. L’équipe lorraine, bien qu’auteur d’un nul encourageant à Rennes (1-1), poursuivait sa quête désespérée de repères et de régularité au cours d’une saison jusqu’à présent décevante. Ce match en retard était cependant une opportunité pour l’ASNL de se replacer dans la première moitié du tableau.

Bamogo prend sa chance
Avec cinq joueurs suspendus et un autre non qualifié, Antonetti a connu un véritable casse-tête pour composer son onze de départ. C’était donc une équipe bis de Nice qui avait pour mission de contourner la ligne arrière nancéienne composée de sept défenseurs et de trois milieux relayeurs. Dans cette tâche, Bamogo s’avérait être l’Azuréen le plus entreprenant en s’essayant sur une frappe lointaine (5e) puis sur un tir croisé dans la surface (16e), tous deux mis en échec par un Bracigliano vigilant. Malgré les tentatives de son attaquant axial, l’OGC affichait une maladresse apparente pour trouver des solutions dans ses intentions de franchir la muraille adverse. De ce fait, la maîtrise du jeu devenait l’affaire de l’équipe locale, celle-ci comptant sur une assise défensive compacte pour remporter l’essentiel des duels du milieu de terrain et s’installer progressivement dans le camp des Aiglons. Mais le mal nancéien cette saison est décidemment celui d’avoir toutes les peines du monde à se procurer des occasions. Il fallait ainsi une montée d’André Luiz pour reprendre un centre ajusté de Bérenguer et contraindre ainsi Ospina à sa première intervention du match (26e). Le temps fort des Lorrains était contrarié par un nouvel essai de Bamogo, butant à bout-portant sur un Bracigliano décisif (35e).

Nice aime le finish
Les Aiglons profitaient de la pause pour aborder la seconde période avec de nouvelles ambitions dans le jeu. En mouvement, les Niçois donnaient le ton par l’intermédiaire d’une frappe cadrée d’Echouafni captée en deux temps par Bracigliano (46e). Ce n’était pas une indication anodine puisque quelques minutes plus tard, Traoré trouvait le fond des filets d’une tentative des 20 mètres à la trajectoire imparable pour le portier lorrain (0-1, 49e). Le scénario devenait idéal pour les Niçois qui pouvaient légitimement espérer faire le break grâce à la vitesse de pointe de ses atouts offensifs alors que les espaces s’ouvraient enfin à eux. Toutefois, Nancy finissait par réagir afin d’asphyxier son adversaire en suivant la foulée d’un Hadji très remuant. Ce dernier, auteur d’un festival sur la gauche de la surface, prenait Ospina et la défense adverse à revers sur un centre côté droit parfaitement repris par Bérenguer (1-1, 58e). Dans son élan, l’ASNL maintenait le pied appuyé sur l’accélérateur mais ne manquait de prendre l’avantage qu’en raison du talent d’Ospina, décisif sur des tentatives de Gavanon (69e) et d’Hadji (72e). Les Lorrains n’arrivaient pas à maintenir leur intensité de jeu en fin de match, au point de se faire surprendre par une combinaison Ben Saada-Hellebuyck conclue par une frappe imparable du second nommé (1-2, 90e). Pour la seconde fois en quatre jours, Nice s’impose à l’arraché hors de ses bases et se repositionne en haut de tableau, signant son premier succès à Nancy en championnat depuis 1979.

Le jeu et les joueurs
Même à domicile, Pablo Correa a maintenu son équipe dans un système ultra-défensif en 5-3-2. Une frilosité qui a longtemps rendu l’ASNL inoffensif jusqu’à ce que l’ouverture du score niçoise n’éveille de réelles intentions offensives, offrant ainsi une vingtaine de minutes séduisantes au public de Marcel-Picot. Cela n’a cependant pas suffi malgré les efforts d’Hadji qui a mis à profit sa qualité technique pour tirer les siens vers le haut. Son entente avec Zerka a été inégale, ce dernier livrant une prestation en demi-teinte. Repositionné latéral droit, Bérenguer a livré un match plein, se montrant très disponible sur son couloir et faisant preuve d’opportunisme sur son but égalisateur. En défense, Ouaddou a souffert face à la vitesse des attaquants adverses.

Avec un effectif diminué, la victoire de Nice fera un bien fou au moral des troupes d’Antonetti, déjà rassurées par leur victoire au Mans. Toutefois tout n’a pas été parfait, notamment sur le plan offensif où Mouloungui a beaucoup gaspillé. Traoré n’a pas non plus été transcendant dans le jeu mais il a eu le grand mérite de débloquer la partie en début de seconde période. Bamogo a été très actif en prémière période avant de disparaître après le repos. Hellebuyck, bien que diminué, a fait preuve de beaucoup d’autorité et de volonté dans l’entrejeu, voyant ses efforts récompensés par le but de la victoire. Dans les cages, Ospina s’est montré très impressionnant derrière une charnière Kanté-Hognon fragile.

Flavien Chailleux
Sport24







- Retour -







10e journee de Ligue 1
ven. 18/10/2019 à 20h45


Nice - PSG : 1-4

Résumé » Photos » Vidéo »



  11e journee de Ligue 1
sam. 26/10/2019 à 20h



Pts J V N D Diff
 9.    Brest 14 10 3 5 2 -2
 10.    St-Etienne 14 10 4 2 4 -4
 11.    Nice 13 10 4 1 5 -4
 12.    Rennes 12 10 3 3 4 0
 13.    Amiens 12 10 3 3 4 -2



   8e  sam. 28/09 (20h) Nice - Lille : 1 - 1
   9e  sam. 05/10 (20h) Nantes - Nice : 1 - 0
  ven. 11/10 (15h) Nice - Lausanne : 0 - 0
   10e  ven. 18/10 (20h45) Nice - PSG : 1 - 4
   11e  sam. 26/10 (20h) Strasbourg - Nice
  mer. 30/10 (18h45) Le Mans - Nice
   12e  dim. 03/11 (17h) Nice - Reims