109 connectés
Accueil > Multimedia > Interviews > Koziello : « Je ne me sens pas différent »


Interviews :

Koziello : « Je ne me sens pas différent »
L'équipe, le 03/11/2015 à 14h40

Titulaire à Nice, le milieu au visage juvénile est fils d'ingénieurs, Vincent Koziello a obtenu son bac S avec mention très bien en 2013 et est inscrit en fac d'anglais.

À dix-neuf ans, Vincent Koziello vit toujours chez ses parents et s'y sent bien. Son père travaille dans le développement durable, sa mère dans une filiale de Veolia et ils l'ont soutenu aussi bien dans son projet sportif que dans la poursuite de ses études. Mais lui n'a toujours eu que le foot en tête.

- On entend souvent dire de vous que vous êtes un joueur intelligent. Qu'est-ce que cela signifie, précisément ?
Un joueur qui réfléchit et joue avec ses moyens. J'évite les duels, j'essaie de corriger les erreurs tactiques quand je les vois.

- Vous ne pesez que 58 kilos. Cela vous empêche-t-il d'aller au contact ?
J'ai dû développer d'autres qualités, l'anticipation notamment. J'essaie de donner le ballon avant la charge, je me démarque le plus possible, il faut que je sois seul quand je reçois le ballon. Ça demande une grosse dépense d'énergie, je dois analyser le jeu de l'adversaire pour savoir dans quel intervalle me situer. L'adaptation en L 1 s'est faite l'an passé. Aujourd'hui, ça va mieux.

- Peu de monde vous attendait à ce niveau-là cette saison...
Je sais. Même ceux qui me connaissent sont surpris de la rapidité à laquelle c'est allé. Mais ils ne me découvrent pas.

- Pourquoi dites-vous que vous ne joueriez probablement pas en L1 ailleurs qu'à Nice ?
C'est la philosophie de jeu et l'importance accordée à la formation qui font que je joue ici, ailleurs ce serait plus dur. J'espère que j'aurais réussi ailleurs, mais ce n'est pas sûr…

- C'est quand même étonnant ce milieu de terrain niçois avec trois petits gabarits : Seri, Mendy et vous.
On n'est pas en déficit de gabarit, on enchaîne et on répond dans l'engagement. J'ai toujours pensé qu'on pouvait jouer à ce niveau en pesant 58 kilos. J'aimerais tant me rapprocher d'un joueur comme Iniesta. Si t'es bon, peu importe ta physionomie, c'est sur le terrain que ça se décide.

- Quelle moyenne et quelles notes avez-vous obtenues à votre bac S ?
J'ai eu 17,65 de moyenne, mention très bien, avec 19/20 en maths et 17 en physique. J'étais à l'AS Cannes, chez les moins de 19 ans (saison 2012-2013). J'étais externe au centre de vie et d'hébergement du club, ça fonctionnait comme un centre de formation. J'avais entraînement le matin et cours l'après-midi, seulement douze heures par semaine. C'était peu pour une terminale S mais c'était quasiment des cours particuliers, on allait vite dans le programme, c'était top.

- Votre parcours peut vous rendre différent dans un vestiaire, non ?
Non, j'ai toujours été intégré au foot. Je n'ai jamais été l'intello du vestiaire. Bien sûr qu'on m'a chambré mais je l'ai toujours pris à la rigolade. Et puis avec un peu d'humour, tu chambres sur autre chose.

- Et sur votre visage d'enfant ?
C'est pas marrant les moqueries mais je me suis endurci. Et puis j'en ai tellement entendu. Certaines blagues me font rire. Je viens de lire à l'instant : "Nice aura trois absents contre Nantes : Lemarchand et Mendy, suspendus, et Koziello, qui sera chez les scouts." J'ai la tête que j'ai.

- Et sur les terrains de L1, ça chambre ?
Ouais, mais c'est correct. Dimanche, M. Varela m'a dit que j'avais encore le nez qui coulait, c'était dit en rigolant, ça va.

- Quelle était votre priorité, le foot ou les études ?
Je n'ai toujours eu que le foot dans ma tête. Ç'aurait été moins risqué de poursuivre dans les études mais mes parents m'ont incité à aller au bout de mon rêve. Si je n'avais pas signé pro, j'aurais repris mes études à 200 %.

- Ça vous dirait de les reprendre ?
Je suis inscrit en première année de fac d'anglais. J'ai une dispense d'assiduité mais j'essaie d'y aller. J'ai voulu garder cet équilibre entre études et foot. Après mon bac, en 2013, j'étais inscrit en première année de maths. Mais je n'allais pas en cours et, comme je suis loin d'être un génie, je ne suivais pas. Je ne peux pas comprendre des trucs juste en ouvrant un bouquin, j'ai besoin d'un prof, d'un cours. L'anglais, j'aime ça, j'étais au collège international de Valbonne quand j'étais petit. J'ai un niveau correct mais je ne suis pas bilingue. Si vous demandez comment on dit une brouette, je n'en sais rien.

- Vous êtes quand même assez différent du footballeur moyen de 2015.
On a tous la même passion et ça nous réunit. Et puis, ici, le vestiaire est un régal, même les anciens sont jeunes.

- Mardi, vous êtes arrivés avec neuf minutes de retard à l'entraînement.
Ouais, juste après le match de Saint-Étienne, les embouteillages, j'étais mal.

- Ça y est, vous avez pris la grosse tête ?
Ah non, arrêtez, je déteste qu'on me dise ça ! C'est ma première amende de la saison, je contribue à la cagnotte.

Régis Testelin
L'équipe







- Retour -







32e journee de Ligue 1
dim. 11/04/2021 à 15h


Nice - Reims : 0-0

Résumé » Vidéo »



  33e journee de Ligue 1
dim. 18/04/2021 à 20h



Pts J V N D Diff
 7.    Rennes 48 32 13 9 10 +5
 8.    Montpellier 46 32 12 10 10 -1
 9.    Nice 43 32 12 7 13 -1
 10.    Metz 42 32 11 9 12 -2
 11.    Angers 41 31 11 8 12 -10



   29e  dim. 14/03 (15h) Lorient - Nice : 1 - 1
   30e  sam. 20/03 (17h) Nice - Marseille : 3 - 0
   31e  dim. 04/04 (15h) Nantes - Nice : 1 - 2
   32e  dim. 11/04 (15h) Nice - Reims : 0 - 0
   33e  dim. 18/04 (20h) Dijon - Nice
   34e  dim. 25/04 (13h) Nice - Montpellier
   35e  dim. 02/05 (20h) Lille - Nice