161 connectés
Accueil > Multimedia > Interviews > Koziello : « Je veux grandir aux côtés de Nice »


Interviews :

Koziello : « Je veux grandir aux côtés de Nice »
Goal, le 07/05/2016 à 14h13

Révélation de cette saison avec l'OGC Nice, Vincent Koziello, le jeune milieu du club azuréen, est revenu sur son explosion dans un entretien accordé à Goal.

La ferveur n’aura jamais été aussi grande à l’attente d’un match de Ligue 1 qu'à Nice cette semaine. Ce samedi, le Gym joue une place européenne à l’occasion de la réception de l’AS Saint-Etienne dans une Allianz Riviera qui va battre son record d’affluence cette saison (c'était face au PSG, ndlr).

Dimanche matin, Vincent Koziello, révélation du championnat et grand artisan de la bonne saison niçoise prendra ensuite un avion direction Paris pour se rendre à la soirée de l'UNFP où il est nommé pour le titre de meilleur espoir aux côtés d’Ousmane Dembélé (Rennes), Adrien Rabiot (PSG) et Thomas Lemar (AS Monaco). "Il faut mettre un costard ?" demandait même tout sourire le joueur de 20 ans après une interview accordée à Goal.

- On a peut-être avec nous le futur meilleur espoir de Ligue 1…

On ne sait jamais mais honnêtement, je pense qu’il y a d’autres joueurs qui le méritent plus que moi. Je suis déjà très content d’être nommé. Je vais aller à la cérémonie en mode détente. Les années précédentes, je regardais ça à la télévision donc y participer, cela me fait quelque chose.

- C’est symbolique pour vous de votre bonne saison ?

C’est un tout qui récompense ma saison. Il faut ajouter à cette nomination le jeu qu’on a pratiqué toute l’année et qui m’a permis d’être mis en lumière. Individuellement, je suis récompensé, mais je dois beaucoup à l’équipe.

- L'occasion de faire un saut par le passé : vous arrivez au club en 2013, dans la foulée vous vous entraînez avec les professionnels à l’Allianz Riviera. Comment cela s’est passé ?

Très bien, c’est un super souvenir. C’était l’époque où Dario Cvitanich était la star du groupe. Christian Bruls m’avait impressionné techniquement. C’était énorme pour un jeune comme moi qui vient de la région (il est de Grasse, ndlr).I l y a encore quelques années, les joueurs issus de la région choisissaient souvent d'aller à Monaco, Cannes ou encore Montpellier. Aujourd'hui les choses ont changé : ils viennent à l'OGC Nice.Franchement, il y a tout à gagner ici. On a l’impression que je fais de la publicité mais je suis honnête en disant ça.

- Comment vous sentez-vous dans ce système où vous êtes beaucoup plus porté vers l’avant que vous ne l’aviez été dans votre jeunesse ?

C’est vrai mais je prends de plus en plus confiance aussi. J’aime bien apporter le surnombre offensif, je fais plus de courses même si ce n’est pas moi qui reçoit le ballon, ça permet de déstabiliser les défenses.

- On parle beaucoup de ce jeu comme si c’était une nouveauté. Quand est-ce que vous avez commencé à travailler cela ?

On a bien travaillé pendant les matches de préparation surtout avec les professionnels. Après le travail s’est fait en profondeur avec de superbes formateurs au club. Il n’y a pas eu trop de victoires en championnat chez les jeunes mais c’est parce que les joueurs sont surclassés systématiquement. Et puis au centre de formation l'accent est mis sur le jeu et non pas les résultats. Depuis déja 2-3 ans nous avons vraiment cette volonté d'avoir le ballon en faisant du jeu, même quand les résultats ne sont pas toujours là. On a perfectionné ce système de jeu doucement et aujourd'hui nous en récoltons les fruits

- Et votre cas personnel ?

J’ai eu pas mal d’éléments qui sont allés dans mon sens : le 4-4-2 en losange a libéré une place au milieu que Hult devait prendre à la base mais il s’est blessé la veille du premier match amical. Du coup je débute et je fais une passe décisive. Le coach m'a fait confiance et ensuite Jordan Amavi est parti à Aston Villa ce qui a fait que Niklas (Hult) est passé à gauche. Après le reste n’est que régal... Et dire que dans deux semaines c’est terminé, c’est triste.

- Tout est allé très vite, l’année dernière vous n’étiez même pas le groupe. À Cannes en U19, vous ne jouiez pas toujours également, comment avez-vous vécu cela ?

Honnêtement, je n’ai jamais trop douté car je savais qu’en travaillant et en arrivant dans un club pro ce serait un peu plus facile pour moi. On dit souvent que le foot se joue à peu de choses… J’ai été au bon moment, au bon endroit. Il y a 7 ans quand je jouais avec Cannes, mon père m’a dit : 'C’est de l’autre côté que tu devais jouer'. Ce n’était pas un manque de respect envers mon équipe mais ça jouait bien à Nice, en passes courtes, collectif, en ressortant le ballon très proprement. C’était la période de Guardiola au Barça et nous on regardait souvent les Clasico avec mon père. Nice et Cannes, c’était le Barça et le Real de la Côte d’Azur en termes de jeu.

- On vous a souvent présenté comme le joueur au visage juvénile, le petit jeune… cette vision a changé depuis quelques temps ?

Quand on me présente, on aime bien le rappeler mais je trouve que ça a évolué dans le bon sens. Je suis très content car c’est grâce à l’équipe et à mes prestations qu’on a réussi à changer cette image d’intello qui sort de l’école. J’ai vraiment envie de prendre de l’importance dans ce club. Quand je parle avec mes coéquipiers, je ne suis plus le petit jeune, je suis un joueur comme un autre et cela commence à se voir de l’extérieur.

- Cela a toujours été votre volonté de jouer dans une équipe qui pratique du beau jeu ?

Le football c’est du plaisir. Si tu ne t’amuses pas, ça ne sert à rien. Cette année, j’ai pris beaucoup de plaisir sur le terrain.

- Pour progresser, vous regardez vos matches ?

Oui, je les enregistre et je les regarde. Cela me plait, ça m'aide. Je me dis quelque fois que j'aurais pu faire bien mieux. J'ai appris que dans un match, on touche le ballon environ seulement 4 minutes. Et après tu fais quoi ? Il faut prendre les espaces. J'essaye de regarder le placement des joueurs quand je regarde un match même si je n'y arrive pas toujours. Je suis souvent attiré vers le ballon. Avec Iniesta, je me dis qu'il faut que je regarde ce qu'il fait, mais le ballon me 'prend' toujours.

- Samedi, c’est contre un autre adversaire historique que vous allez jouer : l’AS Saint-Etienne…

Cela va être énorme, je pense. En tout cas ça en prend l'allure : le stade sera plein, il y aura de l'enjeu sur le terrain et beaucoup d'animations pour le hors sportif en avant et après match ce qui promet une belle fête et nous l'espérons avec un résultat favorable au bout. Personnellement j’étais au stade lors du dernier match de Coupe d’Europe du club face à Limassol au Stade du Ray donc on veut vivre ça et il faut terminer le travail maintenant. À l’aller je marque là-bas, c’était un bon souvenir (sourire). À Saint-Etienne l’année dernière, on prenait 5-0 par exemple, on a pris notre revanche là-bas. On va avoir le droit à la belle.

- On parle énormément de Hatem Ben Arfa cette saison, il est si important que cela ?

Si il est dans un grand soir... Tout peut arriver. Mais il a été important pour ma progression personnelle. Psychologiquement, se dire que vous avez Ben Arfa qui peut débloquer des situations, ça vous libère sur le terrain. On est ceux dans l'équipe qui se font le plus de passes sur le terrain, dans un sens comme dans l'autre. Celà prouve que l'on s'entend plutôt bien (sourire).

- Jouer la Ligue des champions la saison prochaine, ce ne serait pas trop tôt pour Nice ?

Je ne me pose pas la question. Il faudrait demander au président. Même si la saison est déja réussie, je pense que si on avait le bonheur de la faire, on ne s’en priverait pas. Maintenant avec notre mauvais résultat à Nantes, ça va être compliqué. Mais ce serait une belle fin pour une belle année.

- Avant d’en entamer une nouvelle avec l’OGC Nice ?

Bien sûr. Je suis sous contrat, je suis bien ici et je veux grandir avec le club. Tous les voyants sont au vert pour que je continue ma progression et que le club grandisse. Je n’écoute pas énormément ce qu’il se dit. Je suis au courant de certaines rumeurs. Honnêtement, ça fait plaisir de voir qu’il y a des clubs autour de toi mais il n’y a rien de concret et de toute manière je suis concentré sur Nice. Je suis très bien ici.

Propos recueillis par Loïc Tanzi
Goal







- Retour -







28e journee de Ligue 1
sam. 07/03/2020 à 20h


Nice - Monaco : 2-1

Résumé » Photos » Vidéo »



Saison terminée, rendez-vous pour la saison 2020/2021



Pts J V N D Diff
 4.    Lille 49 28 15 4 9 +8
 5.    Reims 41 28 10 11 7 +5
 6.    Nice 41 28 11 8 9 +3
 7.    Lyon 40 28 11 7 10 +15
 8.    Montpellier 40 28 11 7 10 +1



   25e  sam. 15/02 (20h) Toulouse - Nice : 0 - 2
   26e  ven. 21/02 (19h) Nice - Brest : 2 - 2
   27e  dim. 01/03 (17h) Bordeaux - Nice : 1 - 1
   28e  sam. 07/03 (20h) Nice - Monaco : 2 - 1
   29e  dim. 15/03 (21h) PSG - Nice
   30e  sam. 21/03 (20h) Nice - Montpellier
   31e  dim. 05/04 (17h) Dijon - Nice



Actualité :  Les abonnés remboursés
Transferts :  Un mercato d'été actif
Actualité :  Nice 5e et européen ?
Actualité :  Nice en Europa League ?