149 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Nice au bout du suspense



Presse :

Nice au bout du suspense
L'Equipe, le 29/10/2003 à 23h24

Les Azuréens ont su canaliser la fougue d'une équipe ajaccienne réduite à dix après quarante minutes de jeu.

AC AJACCIO - NICE : 2-2, 1 t.a.b. à 4 (1-0, 1-1)

Temps doux. Terrain très gras et détrempé. 3 000 spectateurs environ. Arbitre : M. Duhamel. Buts. - AC AJACCIO : Diomède (2e, s.p.), Moracchini (115e) ; NICE : Meslin (60e), Bigné (106e).

Avertissements. - AC Ajaccio : Destruhaut (18e, tirage de maillot sur G.Ba et 40e, faute par-derrière sur G. Ba), Danjou (70e, faute sur Pitau), Robin (76e, faute sur Pamarot) ; Nice : Valencony (2e, faute sur Bagayoko), Pamarot (45e, faute sur Diomède), Bigné (97e, tacle sur Robin). Expulsion. - AC Ajaccio : Destruhaut (40e, 2e avertissement). Tirs au but réussis. - Ajaccio : Diomède ; Nice : Meslin, Laslandes, Pitau, Abardonado. Tirs au but manqués. - Ajaccio : Bagayoko, Granon.

AC AJACCIO : Trévisan - Demont, Danjou (cap.), Destruhaut, Collin - Robin, Bonnal (Granon, 98e), Ouadah (Moraccchini 67e), Diomède - Mitrovic (Seck 46e), Bagayoko. Entraîneur : D.Bijotat.

OGC NICE : Valencony - S.Traoré, Cobos (cap., Pitau 55e), Abardonado, Scotto - Pamarot, Echouafni, O.Bakari (Laslandes 75e), Everson (Bigné 91e) - G.Ba, Meslin. Entraîneur : G.Rohr.


Malédiction ! Tel est le mot que tout Ajaccio associe à cette Coupe de la Ligue qui se refuse obstinément à lui sourire : depuis 1998, date de son accession à la D2 et de son retour au statut professionnel, l'ACA n'a jamais pu franchir le premier tour de l'épreuve...

Hier encore, Danjou et ses équipiers ont bataillé durant 2 heures sur un terrain ressemblant plus à un pré à vaches qu'à une pelouse de L1, ils ont joué à dix durant une heure vingt, pour le plus grand plaisir de leurs frères ennemis bastiais qui les attendront de pied ferme samedi pour le derby.

Et tout ça pour rien puisque, face à des Niçois plus matures et plus posés, ils ont finalement sombré dans l'épreuve des tirs au but, face au « spécialiste » Bruno Valencony, qui a, en définitive, offert aux siens une qualification qu'ils n'avaient absolument pas volée sur l'ensemble du match.

Et pourtant tout avait bien commencé pour les Corses puique d'entrée de jeu, ils avaient eu le bonheur d'ouvrir le score sur penalty. Un penalty d'ailleurs contesté par les Niçois, Bagayoko ayant peut-être effectué un contrôle de l'épaule au départ de l'action. Bernard Diomède, sans état d'âme, exécutait en force le malheureux Valencony qui, après un si long temps de purgatoire, avait certainement rêvé de retrouvailles plus joyeuses avec la Corse...

Mais alors que tout semblait parti au mieux pour l'équipe insulaire, celle-ci n'allait pétiller qu'un quart d'heure avant que son jeu ne se délite progressivement face à celui des Niçois, aux actions beaucoup plus académiques, avec passes redoublées et soutien constant au porteur du ballon, quand les insulaires allaient, eux, abuser des longs ballons en sautant un peu trop souvent le milieu de terrain.

Si l'on ajoute à cela que le stoppeur corse Christophe Destruhaut se trouvait expulsé à la 40e minute pour avoir commis deux fautes sur Georges Ba, il était clair, à la pause, que si les Corses menaient toujours au score, ils n'avaient plus toutes les cartes majeures en main. D'autant que cet incident de jeu entraînait la sortie d'un attaquant, Mitrovic, afin que Mamadou Seck puisse pallier le départ de Destruhaut.

La pression niçoise, de plus en plus nette, allait finir par faire tourner le sens de la partie. Trevisan venait tout juste de repousser l'inéluctable en détournant du bout des doigts une tête de Georges Ba que, sur le corner qui s'ensuivait, tiré par Pitau tout juste entré en jeu, Meslin, l'ex-buteur du Gazelec, égalisait de près de la tête (60e). Il fallait donc jouer la prolongation, non sans que les Azuréens aient laissé passer deux balles de match, par Echouafni et Pitau, dans les derniers instants du temps réglementaire.

Mais, comme précédemment, c'est juste après un arrêt déterminant de Trévisan (105e, tir puissant de Laslandes détourné par le gardien corse sur sa barre) que l'arrière-garde corse allait lâcher, une mésentente entre Danjou et son gardien permettant à Bigné de marquer dans un trou de souris (106e). La victoire à l'OGCN n'était pas acquise pour autant ! Sur un corner de Granon, l'indomptable Moracchini jaillissait pour offrir, de la tête (2-2, 115e), l'égalisation à une équipe corse qui, après avoir beaucoup subi, avait su retrouver un dernier souffle d'énergie. Tout cela en pure perte, hélas...

D.F.
© L'Equipe






- Retour -







12e journee de Ligue 1
dim. 29/11/2020 à 17h


Nice - Dijon : 1-3

Vidéo »



  Ligue Europa
jeu. 03/12/2020 à 21h



Pts J V N D Diff
 9.    Lens 18 11 5 3 3 -1
 10.    Brest 18 12 6 0 6 -2
 11.    Nice 17 11 5 2 4 +1
 12.    Metz 16 12 4 4 4 +1
 13.    Bordeaux 16 12 4 4 4 -1



   10e  dim. 08/11 (17h) Nice - Monaco : 1 - 2
   11e  sam. 21/11 (21h) Marseille - Nice : -
  jeu. 26/11 (21h) Nice - Slavia Prague : 1 - 3
   12e  dim. 29/11 (17h) Nice - Dijon : 1 - 3
  jeu. 03/12 (21h) Nice - Leverkusen
   13e  dim. 06/12 (17h) Reims - Nice
  jeu. 10/12 (18h55) Beer-Sheva - Nice



Europa League :  Nice - Slavia Prague : 1 - 3
Europa League :  Nice - Slavia Prague : co...
Europa League :  Nice - Slavia Prague : le...
Europa League :  Dolberg et Kamara forfait...
Europa League :  Nice - Slavia Prague : le...