245 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Meslin en quête de réparation



Presse :

Meslin en quête de réparation
le 07/11/2002 à 07h55

Absent pour de nombreuses feuilles de match, Christophe Meslin refait surface à Saint-Raphaël. Avant un Nice-Monaco qu'il vivra sur l'écran, « Poussin » a retrouvé un moral d'attaquant

Il est arrivé en claudiquant, une béquille pour unique compagne.

Comme un avion sans ailes...

Celui qui planait l'an passé sur le gazon du Ray, I'homme aux seize buts, n'en a plus qu'un désormais : ne rien lâcher. Persévérer. Endurer.

Tandis que ses coéquipiers s'apprêtent à faire irrévérence aux princes, que les supporters préparent le derby des psaumes, Christophe Meslin a entamé depuis plus d'une semaine sa retraite solitaire.

Au CERS (1) de Saint-Raphaël, bercé par le ressac et le vent coulis dans les pins, il refait doucement surface. En quête de réparation.

Depuis que Kaba Diawara a eu ce geste fort, samedi dernier après son but inscrit à Gerland, soulevant le maillot pour lais-ser transparaître celui de Christophe, « Poussin » a repris du poil de la bête : « J'ai regardé le match à la télé et j'ai bien fait Car ça m'a énormément touché. Je ne m'y attendais pas du tout, vraiment j'ai eu la chair de poule ! Evidemment, j'ai appelé Kaba ensuite et il m'a avoué que c'était la troisième fois qu'il jouait avec ce maillot, mais qu'il n'avait pas pu le montrer avant, puisqu'il n'avait pas marqué ».

Marqué, il le sera à tout jamais, lui, Christophe Meslin.

Autour de son genou, un hématome violacé contraste avec la blancheur de l'épiderme. Une cicatrice court le long de sa cuisse droite sur deux dizaines de centimètres. Un « cadeau » du professeur Jaeger.

Explication de l'intéressé, qui emprunte pour l'occasion ce verbiage souvent abscons du corps médical : « En fait ils m'ont pris un bout de tendon du facial interne pour aider à réparer le ligament du genou. La semaine dernière, je ne pouvais même pas plier la jambe. Là je commence à retrouver un peu de mobilité ».

Cette saison qu'il avait imaginée moins pénible va être longue. Christophe en a pris son parti. Avec le recul, il analyse lucidement la situation : « Le problème c'est que depuis le début de la saison, j'ai joué avec un genou fragilisé, ça allait, bien sûr, mais je ne me sentais pas comme avant. Après les matchs, j'avais de petites douleurs...»

Douleur, un mot qu'il a fait sien. Corps et âme. Aussi fait-il en sorte de couper au maximum son esprit du football.

Bien sûr, il a échangé quelques mots avec l'ex-Lyonnais David Linarès, mais il ne sera pas au Ray, demain soir. « J'avais fait l'erreur lors de ma première blessure (2) de revenir au stade dès que possible, en fait ça m'avait fait plus de mal que de bien. »

« Patrice Evra a de la chance que je ne joue pas ! »

Logé dans un hôtel voisin, « Poussin » fait plusieurs fois par jours les allers-retours au CERS (en ambulance ou navette). Interdit de conduite jusqu'à nouvel ordre, il est soutenu dans cette épreuve par sa fiancée et rentre à Nice chaque week-end.

Si le moral n'est plus en berne, c'est aussi parce qu'il sait qu'il est très attendu : « Je dois dire que tous les messages de soutien sur le site internet du club me vont droit au cœur. Je veux vraiment remercier tous ces gens qui m'encouragent et qui croient en moi. Je me dois de bien travailler ici pour pouvoir rejouer et leur faire plaisir. C'est pour ça que j'y crois dur comme fer. Je vais revenir, il n'y a pas de raison. Le professeur Jaeger m'a dit que le genou sera solide et que ça repartira comme avant »

Les mots d'un Nissart plus vrai que nature !

Touché mais pas coulé, Christophe aura demain soir les yeux rivés sur la télé.

Absent du bal monégasque, il porte seul sa croix. Un match dont il s'était pourtant fait une joie. « C'est vrai que depuis que j'étais revenu à Nice, on en parlait tout le temps avec Patrice Evra. J'ai un message à lui faire passer, écrivez-le : il a de la chance que je ne joue pas ! »

« Poussin » part d'un éclat de rire. Ses yeux pétillent. Il a retrouvé la foi.

Le football attendra mais c'est sûr, il reviendra.

(1) Centre européen de rééducation du spor-tif
(2) Opération des ligaments croisés en 1998 à Rennes


Sa journée type :

- 10 heures : arrivée au CERS, pour un programme de travail du haut du corps, via des abdominaux et de la musculation pour conserver les acquis.
- 11 heures : séance de « kinétec », une machine qui lui fait plier la jambe. En fin de séance Christophe doit recouvrir son genou de glace pour le faire dégonfler...
- 12 heures : repas pris en commun
- 13 heures : séance de verrouillage et maintien de la jambe
- 14 heures : massage du genou, physiothérapie, piscine (à partir de cette fin de semaine)
- 16 heures : retour à l'hôtel.

Christophe Meslin devrait rester deux mois au CERS (il pourrait reconduire d'ici un mois).

Après quoi, s'ensuivra une période de transition de six à huit semaines où il alternera entre Nice et Saint-Raphaël...

Il reviendra enfin terminer sa rééducation au CERS. Il n'est pas prévu qu'il retouche un ballon avant quatre ou cinq mois, en fonction de l'évolution de sa blessure.

Le CERS accueille environ 80 patients et s'est fait une excellence réputation au sein du football, puisque des joueurs de renom comme Pirès, Cissé, le Suédois Ljunberg y ont été traités. Le skieur Christophe Saïoni y a également séjourné.

Christophe DEPIOT
Jeudi 7 novembre 2002
Tout droits réservés - © Nice-Matin






- Retour -







36e journee de Ligue 1
dim. 09/05/2021 à 15h


Nice - Brest : 3-2





  37e journee de Ligue 1
dim. 16/05/2021 à 21h



Pts J V N D Diff
 7.    Rennes 54 35 15 9 11 +11
 8.    Montpellier 50 36 13 11 12 -3
 9.    Nice 49 36 14 7 15 -2
 10.    Metz 46 36 12 10 14 -3
 11.    St-Etienne 45 36 12 9 15 -11



   32e  dim. 11/04 (15h) Nice - Reims : 0 - 0
   33e  dim. 18/04 (20h) Dijon - Nice : 2 - 0
   34e  dim. 25/04 (13h) Nice - Montpellier : 3 - 1
   35e  sam. 01/05 (21h) Lille - Nice : 2 - 0
   36e  dim. 09/05 (15h) Nice - Brest : 3 - 2
   37e  dim. 16/05 (21h) Nice - Strasbourg
   38e  dim. 23/05 (21h) Lyon - Nice