125 connectés
Accueil > Multimedia > Presse > Un grand stade de 32 000 places dans la plaine du var



Presse :

Un grand stade de 32 000 places dans la plaine du var
Nice-Matin, le 18/09/2003 à 08h01

La mairie relance le projet en jetant son dévolu sur un terrain de 24 hectares au sud de Saint-Isidore et de l'autoroute A8. Enquête publique au début 2004

Les travaux du grand stade du Ray démarrent en mai prochain pour une livraison deux ans plus tard... enfin, ils auraient démarré à cette date si le « match » n'avait été subitement interrompu pour trucage et magouille !" (1). Lorsque l'affaire mettant en cause l'ancien directeur général des services de la Ville éclate en mars dernier, il semble bien, aux yeux de tous, que le grand stade de 32000 places en sera la première victime. Mort et enterré avant même d'être né. Tué dans l'oeuf par le serpent de la corruption. Exit le grand Ray. Mais pas le grand stade. Un moment tétanisée par l'affaire, la municipalité ne tarde pas à se ressaisir et à clamer qu'elle n'abandonne pas le projet. Effets de manche, pense-t-on. Eh bien non. Les responsables des sports ont mis à profit cet été de canicule pour pondre un nouveau plan, en jetant leur dévolu cette fois sur la plaine du Var. Un terrain non contaminé. Le grand stade du Var va donner lieu, dès le début 2004, à une enquête publique.

Repartir à zéro
« La cinquième ville de France aura le grand équipement qu'elle mérite. Et ce sera là. Le maire s'y engage », souligne le nouvel adjoint délégué aux sports, Jean-Claude Mari. Aux oubliettes le beau projet retenu pour le Ray, les plans et les maquettes... On fait table rase et on repart à zéro. Ce sera là. Où exactement ? Sur les 24 hectares, anciennement propriété de la SIVN (2), dont la Ville est propriétaire au sud de Saint-Isidore. Une zone formant un vaste quadrilatère entre l'avenue Sainte-Marguerite à l'Est, l'autoroute A8 au nord et le boulevard des Jardiniers à l'ouest (à proximité immédiate de la RN 202 et de l'échangeur autoroutier). Initialement, c'est le Marché d'Intérêt National qui devait être transféré dans ce même secteur. La décision qui vient d'être prise, va obliger les responsables du MIN à trouver un autre point de chute. Le ballon « expulse » les fruits et légumes... Pour la Ville, « ce terrain plat présente plusieurs avantages. Notamment sa superficie très supérieure à celle du Ray. Les architectes pourront y déployer toute leur créativité ». La capacité du stade sera maintenue à 32000 places « On construit pour plusieurs générations. Il faut donc être ambitieux. Ce chiffre nous permettra d'accueillir les matchs européens ». En revanche, contrairement au projet de Nice Nord, il n'y aura pas de parking souterrain « Ce sera une économie substantielle quand on connaît le coût d'une telle infrastructure », estime le directeur général adjoint de la Ville, Gérard Renaudo. 1 500 places de stationnement, voire davantage, seront néanmoins créées mais sur les deux ou trois terrains de grand jeu qui sont également prévus dans le périmètre. « Ces terrains en terre battue vont contribuer à combler le déficit dont la commune souffre depuis longtemps en matière d'équipements sportifs de ce genre. Les soirs de match, ils feront office de parking. A l'image de ce qui se pratique déjà à Gorbella ».

Un « vrai » lieu de vie
Si au Ray, les architectes étaient plutôt à l'étroit, enserrés dans un tissu urbain dense, il n'en va pas de même dans la plaine. Une nouvelle liberté qui permet des aménagements plus ambitieux. « Cette nouvelle aire sportive pourra être conçue comme un vrai lieu de vie, à l'exemple de ce qui a été fait au stade de Lens, par exemple. Il n'y aura pas seulement du sport, mais plusieurs restaurants, des boutiques dans l'enceinte du complexe. Les jours de match on pourra y venir dès l'après-midi et on y fera des prolongations tard dans la nuit. Le foot aujourd'hui c'est aussi cela, la fête, la convivialité », souligne le directeur des sports, Christophe Lotigié. Reste à définir l'échéancier de cette réalisation : enquête publique en 2004, puis définition du cahier des charges, sélection des architectes, choix du lauréat, appels d'offres... Les responsables municipaux se donnent quatre à cinq ans. Pas d'inauguration, donc, avant 2008-2009. Mais c'est dès cette semaine que Jean-Claude Mari monte à Paris pour présenter l'esquisse du projet au responsable de la commission des stades à la Ligue de foot.

1. Rappelons qu'à la suite des écoutes téléphoniques, la police a mis au jour tout un système de marchés publics présumés truqués, concernant notamment l'assistance à maîtrise d'ouvrage du grand stade.
2. Société immobilière de la Ville de Nice qui, sous l'ère Jacques Médecin, avait acquis ces terrains en vue d'une opération économique et immobilière.

Un choix qui divise...

Le président de l'OGCN, Maurice Cohen, applaudit des mains à ce projet de grand stade dans la plaine du Var. « Notre grande crainte, c'était que la municipalité ne finisse par jeter l'éponge, qu'elle renonce à un grand stade. Ce n'est pas le cas et c'est tant mieux pour le sport niçois. Cet équipement, c'est la condition de l'essor du club. Les exemples de Lens, Auxerre, Toulouse, sont là pour démontrer qu'un grand stade est un stimulant extraordinaire. Ce nouvel outil accompagnera, du moins nous l'espérons, notre évolution vers les sommets ». Le positionnement géographique ne présente selon lui que des avantages : « Nice doit devenir le club de la Côte d'Azur sur le plan professionnel. En ce sens, la plaine du Var est un lieu idéal, propre à attirer un public extérieur à la ville ».

Et puis, ce stade dans la plaine éloigne le spectre d'un exil de l'équipe à Cannes ou à Monaco : « Le grand stade au Ray nous obligeait à jouer au dehors durant toute la période des travaux. Une catastrophe pour le moral de l'équipe ». Seul espoir de Maurice Cohen que le projet ne tarde trop à se réaliser. « Maintenant, il faut aller vite. Il nous faut ce stade pour fin 2006 et non 2009. Le stade de Sedan a été construit en dix mois par une entreprise niçoise (Nicoletti)...» Le président du club des supporters, Jean-Marie Gasparini, tout comme le secrétaire, Michel Oreggia sont, eux, beaucoup moins enthousiastes. « Nous avons lancé un sondage à grande échelle auprès de nos adhérents. 650 réponses ont d'ores et déjà été dépouillées. Une nette majorité, plus de 60 %, se dégage en faveur du Ray. Le choix de la plaine du Var posera de nombreux problèmes de desserte. On ne peut s'y rendre à pied. Les soirs de match, tout le secteur risque fort d'être embouteillé... Et puis, il n'existe pas d'exemple de grand stade en dehors d'une ville ».

Philippe FIAMMETTI
© Nice-Matin







- Retour -







16e journee de Ligue 1
mer. 04/12/2019 à 19h


St-Etienne - Nice : 4-1

Résumé » Photos » Vidéo »



  17e journee de Ligue 1
sam. 07/12/2019 à 20h



Pts J V N D Diff
 12.    Brest 21 16 5 6 5 +2
 13.    Monaco 21 15 6 3 6 -2
 14.    Nice 20 16 6 2 8 -5
 15.    Strasbourg 18 16 5 3 8 -5
 16.    Dijon 16 16 4 4 8 -7



   13e  ven. 08/11 (20h45) Nice - Bordeaux : 1 - 1
   14e  sam. 23/11 (17h30) Lyon - Nice : 2 - 1
   15e  sam. 30/11 (20h) Nice - Angers : 3 - 1
   16e  mer. 04/12 (19h) St-Etienne - Nice : 4 - 1
   17e  sam. 07/12 (20h) Nice - Metz
   18e  sam. 14/12 (20h) Brest - Nice
   19e  sam. 21/12 (20h) Nice - Toulouse