57 connectés
Accueil > Multimedia > Interviews > Olivier Echouafni : « Allons doucement »



Interviews :

Olivier Echouafni : « Allons doucement »
Football365, le 25/05/2005 à 11h31

A 32 ans, Olivier Echouafni a rempilé pour une saison avec l’OGC Nice. Le natif de Menton continuera d’évoluer en Ligue 1, puisque le « Gym » a obtenu de justesse son maintien. La saison prochaine, « Chouf » espère que son club gravira doucement un échelon avec Frédéric Antonetti.

- Olivier Echouafni, Nice est sauvé, vous devez être soulagé ?
C’est un soulagement. Nous sommes très heureux d’avoir obtenu notre maintien avant la dernière journée. Les deux précédentes saisons, nous avions réussi à le faire bien avant, un mois et demi voire deux mois avant. Là, nous savions que ça allait être dur cette troisième année. Ca l’a été. Il va falloir tirer les enseignements de ce qui a bien marché et de ce qui a moins bien fonctionné. Nous avons eu des moments difficiles, des moments charnières que nous n’avons pas su bien prendre.

- Comment expliquez-vous que cela a moins bien fonctionné cette année ?
Dès le début de la saison, il y a eu quelques problèmes. Quelques joueurs nous ont quittés alors qu’on venait de débuter le championnat. Nous avons perdu des éléments importants comme Pamarot, Everson ou Romain Pitau qui étaient là depuis quelques années. Il a fallu reformer des complémentarités avec des joueurs qui venaient de l’extérieur. Cela n’a pas été facile dès le départ de trouver ces repères. Offensivement, nous avons tardé à trouver nos marques et cela a contribué à ne pas bien lancer la saison.

- Gernot Rohr avait une grande importance à Nice, on se demandait si vous pourriez rebondir après son départ : cela a été le cas avec Gérard Buscher…
Dès le départ nous avions comme objectif le maintien. Gernot avait décidé que le maintien était l’objectif prioritaire du club. Nous aussi. Nous ne nous sommes pas trompés. Au fur et à mesure que la saison avançait, ça devenait de plus en plus délicat. On concédait de lourdes défaites. Il y a eu aussi cette défaite en Coupe de France à Nîmes qui a pesé dans les esprits. Les dirigeants ont décidé de changer l’entraîneur car les résultats ne suivaient pas. Gérard a pris l’équipe et a essayé de donner du sang frais à cette équipe qui en manquait cruellement. A partir de là, nous nous sommes lancés dans ce défi. Il faut reconnaître aujourd’hui, que ce soit avec Gernot Rohr ou Gérard Buscher, l’objectif n’a jamais changé : c’était le maintien. Cette année, nous l’avons obtenu un peu plus tard que les autres années. Mais le principal était surtout d’obtenir notre billet pour la Ligue 1 l’année prochaine en vue des objectifs que le club se fixe en vue des prochaines saisons.

« Avec Antonetti, on sait où on va »

- Le président Cohen, en officialisant l’arrivée de Frédéric Antonetti, semble vouloir fixer comme objectif d’intégrer durablement la première moitié de tableau. Est-ce réalisable ou ambitieux ?
C’est ambitieux, car il faut essayer d’être ambitieux. Mais il faut aussi aller doucement car le club sort de pas mal de déboires il y a quelques années. Gernot a su remettre un peu de stabilité, c’est tout à son honneur. Il est passé aussi par des moments difficiles. Maintenant il faut aussi aller doucement et continuer de pérenniser ce club. Quand nous aurons enfin de vraies structures professionnelles, nous pourrons je pense être un peu plus ambitieux. Pour le moment, il faut rester calme. Il ne faut pas formuler d’ambitions trop importantes, sinon on risque de déchanter très rapidement. Allons doucement et puis ensuite, à force de stabiliser le club en Ligue 1, nous monterons doucement d’un cran.

- Le fait de connaître dès aujourd’hui le nom de l’entraîneur c’est important à vos yeux en vue de la saison prochaine ?
Complètement. On sait où on va. Le nouvel entraîneur a déjà sa petite idée pour la saison prochaine. Il va travailler prochainement sur le recrutement et on va repartir dare-dare dès que possible. C’est important qu’il soit là à la reprise. Cela serait bien aussi d’avoir les nouvelles recrues dès le premier jour de la reprise, on pourrait tout de suite essayer de trouver des complémentarités et ainsi travailler complètement.

- Quelle image avez-vous de Frédéric Antonetti, vous le connaissez ?
Je ne le connais pas personnellement. Je l’ai croisé en tant qu’adversaire quand il était au Sporting (NDLR : de Bastia). Je ne le connais pas particulièrement.

- Que peut-on vous souhaiter pour la saison prochaine ?
Déjà, on va terminer celle-là avant d’entamer la prochaine. On a un très beau déplacement à Lyon dimanche. Après nous aurons tout le temps pour nous reposer. Et puis dans quelques semaines nous reprendrons le chemin de l’entraînement. D’ici là, nous allons savourer cette fin de saison.

Olivier DE LOS BUEIS
Football365







- Retour -






38e journee de Ligue 1
sam. 21/05/2022 à 21h


Reims - Nice : 2-3

Résumé » Vidéo »



Saison terminée, rendez-vous pour la saison 2022/2023



Pts J V N D Diff
 3.    Monaco 69 38 20 9 9 +25
 4.    Rennes 66 38 20 6 12 +42
 5.    Nice 66 38 20 7 11 +16
 6.    Strasbourg 63 38 17 12 9 +17
 7.    Lens 62 38 17 11 10 +14



   33e  mer. 20/04 (19h) Monaco - Nice : 1 - 0
   34e  dim. 24/04 (15h) Nice - Troyes : 1 - 0
   35e  dim. 01/05 (17h05) Bordeaux - Nice : 0 - 1
  sam. 07/05 (21h) Nice - Nantes : 0 - 1
   36e  mer. 11/05 (19h) Nice - St-Etienne : 4 - 2
   37e  sam. 14/05 (21h) Nice - Lille : 1 - 3
   38e  sam. 21/05 (21h) Reims - Nice : 2 - 3